Le virus continue à se propager :

Mayotte: 82 cas humains de fièvre de la Vallée du Rift signalés


Publié / Actualisé
Cette maladie animale d'origine virale affecte principalement les ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) provoquant des avortements et une forte mortalité chez les jeunes animaux. Mais la Fièvre de la Vallée du Rift peut se transmettre de l'animal à l'homme. En général l'infection est bénigne mais elle peut tout de même avoir de graves conséquences, comme une diminution de la vision, des séquelles neurologiques ou des phénomènes hémorragiques. Dans de très rares cas, la maladie peut être mortelle. Depuis fin novembre dernier, l'épidémie circule dans le centre et le nord-ouest de l'île aux parfums, ce qui inquiète les autorités sanitaires. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Cette maladie animale d'origine virale affecte principalement les ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) provoquant des avortements et une forte mortalité chez les jeunes animaux. Mais la Fièvre de la Vallée du Rift peut se transmettre de l'animal à l'homme. En général l'infection est bénigne mais elle peut tout de même avoir de graves conséquences, comme une diminution de la vision, des séquelles neurologiques ou des phénomènes hémorragiques. Dans de très rares cas, la maladie peut être mortelle. Depuis fin novembre dernier, l'épidémie circule dans le centre et le nord-ouest de l'île aux parfums, ce qui inquiète les autorités sanitaires. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Depuis trois semaines, l’épidémie s’est stabilisée. Toutefois, les autorités sanitaires restent sur le qui-vive car 39 foyers animaux ont été identifiés, parmi eux, 30 foyers bovins. L’agence régionale de santé (ARS) rappelle les mesures pour se protéger de la maladie.

Comment reconnaître les symptômes ?

Chez l’homme, la maladie se manifeste généralement, par un syndrome grippal : forte fièvre (39°), douleurs musculaires et/ou articulaires, maux de tête intense, fatigue. Dans la grande majorité des cas, la guérison survient en quelques jours. Il est recommandé de consulter un médecin dès la survenue des signes afin que les prélèvements à la recherche de la maladie soient faits.

Les recommandations pour se protéger de la maladie pour les éleveurs :

• Se laver les mains avec du savon après contact avec des ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins).
• Ne pas manipuler sans protection des animaux malades ou ayant avorté, ni les produits d’avortements.
• Ne pas manipuler les carcasses d’animaux sans protection.
• Porter obligatoirement des gants, des lunettes couvrantes et surtout un masque pour l’abattage de tout animal. En effet, les animaux infectés  peuvent ne présenter aucun signe, alors qu’ils peuvent transmettre le virus.

Les précautions alimentaires :

• Faire bouillir le lait
• Ne pas consommer de lait caillé sauf s’il a été bouilli puis caillé par ferments lactiques.
• Se laver les mains après découpe de la viande.
• Ne pas consommer de viande non cuite
• Ne pas consommer la viande d’un animal malade.

L’agence régionale de santé recommande aussi de se protéger des moustiques.

Si " seulement " quatre cas humains de la Fièvre de la Vallée du Rift ont été signalés début janvier, nos confrères de France Mayotte Matin indiquent que les autorités sanitaires veillent au grain car depuis quelques jours " les urgences  enregistrent une suractivité saisonnière liée à la bronchiolite, aux symptômes grippaux et à la gastro-entérite. " Une nouvelle épidémie en parallèle de celle de la Vallée du Rift pourrait avoir des conséquences gravissime dans le département.

Un plan de surveillance a été mis en place par l’ARS et un arrêté d’interdiction de commercialisation du lait non traité thermiquement est en vigueur depuis le 27/02/2019.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !