La chambre régionale des comptes du côté de Marco Boyer :

Plaine-des-palmistes : le projet de compte administratif certifié conforme


Publié / Actualisé
En trame de fond, des rivalités politiques au sein du conseil municipal. À un an des élections, l'animosité entre opposition et majorité est à son paroxysme. À tel point que les deux partis n'arrivent pas au consensus. Le 9 avril dernier, le budget primitif 2019 a été rejeté, l'opposition a freiné des quatre fers pensant ainsi bloquer l'édile de la commune. Le préfet a donc appelé la chambre régionale des comptes (CRC) à la rescousse pour arbitrer le débat. Le mercredi 5 juin 2019, l'institution a rendu son avis. Il est plutôt favorable à Marco Boyer (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
En trame de fond, des rivalités politiques au sein du conseil municipal. À un an des élections, l'animosité entre opposition et majorité est à son paroxysme. À tel point que les deux partis n'arrivent pas au consensus. Le 9 avril dernier, le budget primitif 2019 a été rejeté, l'opposition a freiné des quatre fers pensant ainsi bloquer l'édile de la commune. Le préfet a donc appelé la chambre régionale des comptes (CRC) à la rescousse pour arbitrer le débat. Le mercredi 5 juin 2019, l'institution a rendu son avis. Il est plutôt favorable à Marco Boyer (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Ce qui se passe à la Plaine des Palmistes reste à la Plaine des Palmistes. Enfin, ça, c’était avant. Marco Boyer, en minorité au sein de son propre conseil municipal n’arrive plus à contenir ses conseillers. La fronde menée par son premier adjoint Daniel Parny, qui veut être calife à la place du calife bloque.

Marco Boyer, affaibli, doit donc composer avec les propositions de la chambre régionale des comptes. Pas une mise sous tutelle de l’État mais, un tiers qui s’occupe de ses petites affaires, Marco Boyer, connu pour son caractère bien trempé, a eu du mal à encaisser la nouvelle. L’opposition se frottait les mains, pensant que l’institution irait dans son sens. Et bien, tel est pris qui croyait prendre.

Après avoir épluché les dépenses et recettes de la commune dans le détail, le budget principal et quatre budgets annexes (eau, lotissement de la Petite Plaine, pompes funèbres et service public de l’assainissement non collectif) ont été analysés à la loupe. À la lumière de tous ces éléments, la CRC a tranché et c’est du côté de Marco Boyer que la balance penche.

Après avoir jugé recevables les saisines du préfet, la chambre régionale des comptes émet quelques bémols, une réaffectation de dépenses et de lignes budgétaires seront nécessaires mais l’institution précise bien que "le projet de compte administratif 2018 présenté par le maire est conforme au compte de gestion 2018 établi par le comptable public."

Un point pour Marco Boyer, zéro pour l’opposition mais le match n’est pas terminé. Si la décision de la chambre régionale des comptes a dû conforter l’édile dans son siège de premier magistrat de la commune, les élections municipales arrivent à grands pas et l’opposition veut à tout prix la tête du patron, il est possible qu’il y ait de nouveau du rififi au conseil municipal de la Plaine-des-Palmistes…

fh/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !