Tribune libre du Snj Réunion :

Madagascar : Non au scandaleux Code de la communication !


Publié / Actualisé
Un nouveau " Code de la communication " a été voté le 7 juillet dernier à Madagascar. Ce texte est un danger pour la liberté de la presse selon le Syndicat national des journalistes et Solidaires Réunion. Nous diffusons leur communiqué en intégralité, ci-après.
Un nouveau " Code de la communication " a été voté le 7 juillet dernier à Madagascar. Ce texte est un danger pour la liberté de la presse selon le Syndicat national des journalistes et Solidaires Réunion. Nous diffusons leur communiqué en intégralité, ci-après.

Comment un gouvernement démocratique peut-il ainsi vouloir museler la presse de son pays ? C’est ce qui se passe à Madagascar, avec le vote d’un nouveau " Code de la communication " le 7 juillet dernier. Ce texte prévoit par exemple des amendes variant entre un et six millions d’ariary, alors qu’un rédacteur en chef gagne moins d’un million d’ariary (moins de 300 €) par mois. Les amendes prévues par l'article 20 de la loi sur la cybercriminalité vont jusqu'à 100 millions d'ariary (plus de 28 000 €). Elles s'appliquent pour les cas de diffamation des autorités politiques ou des agents publics.

Parmi les infractions (délits) de presse, on trouve par exemple " toute incitation, par tout support audiovisuel, à s’abstenir de participer à des fêtes nationales ". Ou encore la " publication, diffusion ou reproduction (d’une information) de nature à ébranler la confiance du public en la solidité de la monnaie ".

En cas de récidive dans ces " infractions de presse ", le juge pourra ordonner la confiscation du matériel et fermer définitivement l’entreprise. De plus, la couverture audiovisuelle nationale serait réservée aux stations publiques, et interdites aux stations privées. Il est clair que ce texte vise à faire taire les médias d’opposition politique, ce qui est incompatible avec

Sensible aux difficiles conditions de travail de nos confrères et consoeurs malagasy, le Syndicat national des journalistes (section Réunion-océan Indien) exprime son indignation suite à ce vote. Il demande aux autorités françaises de s’adresser au gouvernement malagasy pour lui demander de ne pas appliquer ce " Code de la communication ". Le SNJ Réunion-océan Indien fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider nos confrères et consoeurs malagasy, notamment le " Mouvement pour la liberté d’expression " qui

Ho ela velona anie ny fahalalahan'ny asa fanaovan-gazety ! (Vive la liberté de la presse !)

SNJ Réunion-océan Indien

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !