Assaut en Seine-Saint-Denis :

VIDEO : Les derniers instants de Hasna Aït Boulahcen, la "cousine" du cerveau présumé des attentats de Paris


Publié / Actualisé
Le Parquet a annoncé vendredi 20 novembre avoir identifié le corps de Hasna Aït Boulahcen parmi les trois morts dans les décombres de l'appartement de Saint-Denis (93). Deux vidéos qui circulent sur internet montrent un échange entre une femme de groupe des assaillants et les forces de l'ordre ainsi qu'une explosion dans l'appartement.
Le Parquet a annoncé vendredi 20 novembre avoir identifié le corps de Hasna Aït Boulahcen parmi les trois morts dans les décombres de l'appartement de Saint-Denis (93). Deux vidéos qui circulent sur internet montrent un échange entre une femme de groupe des assaillants et les forces de l'ordre ainsi qu'une explosion dans l'appartement.

A sa fenêtre, un habitant du quartier filme avec son smartphone l'appartement où se déroule l'intervention des forces de l'ordre, ce mercredi 18 novembre à Saint-Denis (en Seine-Saint-Denis). On entend les policiers échanger avec une femme qui se trouve à l'intérieur et qui pourrait être Hasna Aït Boulahcen. "Elle a les deux mains apparentes à la fenêtre", notent les forces de l'ordre. "Monsieur s'il-vous-plaît, laissez-moi sortir, laissez-moi sortir au moins", lance la femme. Elle poursuit: "Monsieur, j'ai peur, j'ai peur". "Il est où ton copain?!"demande l'un des policiers. "C'est pas mon copain!" s'époumone la femme. "Il est où?" "C'est pas mon copain!" (Les quarante premières secondes du reportage de France 2).


Les enquêteurs sur la piste d'Hasna Aït Boulahcen, kamikaze présumée de Saint-Denis

Cette seconde vidéo amateur montre l'explosion causée par la ceinture d'explosifs que portait l'une des personnes retranchées dans l'appartement. Elle a été diffusée par le site de la chaine d'informations américaine ABC News. Hasna Aït Boulahcen, âgée de 26 ans et originaire de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), est présentée comme la "cousine" du commanditaire présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud. Dans un premier temps, les enquêteurs ont pensé que la femme s'était fait exploser. Finalement, une source policière a confirmé à l'AFP vendredi 20 novembre qu'il s'agissait d'un homme. 

Trois personnes sont mortes dans l'assaut: l'organisateur présumé des attentats Abdelhamid Abaaoud, sa cousine Hasna Aït Boulahcen, et un homme encore non identifié.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !