Quatre jours pour "éveiller les consciences" :

Le Sidelec vent debout contre le réchauffement climatique


Publié / Actualisé
En partenariat avec l'Université de La Réunion et la Cinor notamment, le Sidelec (Syndicat intercommunal d'électricité du département de La Réunion *) organise du samedi 3 au mardi 6 mars 2018 des journées d'action en faveur de la préservation de l'environnement et contre le réchauffement climatique. Pour Maurice Gironcel, président du Sidélec, l'objectif de cette manifestation est "d'éveiller les consciences"
En partenariat avec l'Université de La Réunion et la Cinor notamment, le Sidelec (Syndicat intercommunal d'électricité du département de La Réunion *) organise du samedi 3 au mardi 6 mars 2018 des journées d'action en faveur de la préservation de l'environnement et contre le réchauffement climatique. Pour Maurice Gironcel, président du Sidélec, l'objectif de cette manifestation est "d'éveiller les consciences"

Reprenant les conclusions rapport du groupement d’experts environnement Maurice Gironcel a souligné ce jeudi 22 février au cours d'une conférence de presse : "les perspectives sont inquiétantes, d’ici 2040 on assistera à un réchauffement climatique global sans précédent". "Plus de 100 millions de personnes seront affectés par le réchauffement climatique, à cause des conséquences sur la santé, l’agriculture et l’accès à l’eau" alerte-il.  Il ajoute "nous devons être plus ambitieux et agir dès maintenant".

C’est donc pour agir que le Sidelec a organisé ces journées d'actions en partenariat avec, notamment l'Université de La Réunion et la Cinor. "L’inquiétude collective liée aux changements climatiques sans précédent que nous subissons a eu pour effet de mettre en relation des mondes qui jusqu’à présent ne se croisaient pas" a souligné ce jeudi Laurent Blériot, professeur associé à l’Université. Il fait ainsi allusion à Jean Jouzel, climatologue et Pierre Larrouturou, économiste, co-auteurs du livre "Pour éviter le chaos" où les auteurs proposent des solutions concrètes justement pour "éviter le chaos".

À noter que le programme de l’Université de La Réunion s’est adapté aux besoins de formations des étudiants en matière de développement durable. Ainsi, le master "Aménagement du territoire" qui existait depuis vingt ans a été reformaté pour y intégrer la problématique du développement durable. Des cycles de conférences sont aussi programmés à l’UFR des Sciences de l’Homme et de l’environnement pour diffuser l’état des connaissances sur la question.

Le club des entrepreneurs participera lui aussi aux journées d'action. "Les bouleversements climatiques ont des conséquences dramatiques sur l’économie" affrime Jean-Claude Yekpe, représentant du club des entrepreneurs. "Chaque entreprise qui disparaît a un impact sur l’environnement, c’est pourquoi le club des entrepreneurs apporte conseil et soutien aux entreprises" a-t-il ajouté. "La question est de savoir : comment les entreprises peuvent avoir impact positif sur l’environnement" a--t-il également déclaré.

Agir et agir vite, c’est le leitmotiv du Sidelec et de ses partenaires, a indiqué Maurice Gironcel. Moins de pourparlers et plus d’actions, "le premier week-end de mars ouvre la porte à de nombreuses autres actions à venir" a-t-il terminé.

• Le programme

Le samedi 3 mars Pierre Larrouturou sera l’invité  d’honneur du Sidelec. Il sera présent pour une séance de dédicace à la médiathèque Aimé Césaire de Sainte-Suzanne dès 16h30.

Le dimanche 4 mars, la ville de Sainte-Suzanne lancera la première marche pour l’environnement à La Réunion. Les familles sont attendues pour cette journée de mobilisation et de sensibilisation à la lutte contre le réchauffement climatique. La marche d’une distance d’environ 5 km partira du bocage.

Le lundi 5 mars, l’Université de La Réunion accueillera à son tour l’économiste pour une conférence à la salle bioclimatique de l’Université. Le thème abordé sera "Crise climatique, crise financière quelles solutions ?". Cette conférence est ouverte à tous.

Pour clôturer ces journées d’action, rendez-vous à Mafate, avec Cyrille Melchior le mardi 6 mars. Le président du Département sur rendra à Marla pour visiter les installations photovoltaïques que le Sidelec a posé pour les 313 familles mafataises. "L’installation d’équipements photovoltaïques sur Mafate est une première. Le Sidelec met en place un service public d’électricité sur 4 ans à Mafate", explique Maurice Gironcel. Il précise "c’est un programme à 20 millions d’euros pour le développement durable à Mafate".

(*) Le Sidelec (Syndicat intercommunal d’électricité du département de La Réunion) est la collectivité propriétaire des réseaux de distribution publique d’électricité. Il regroupe la totalité des 24 communes de l’île et adhère à la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) qui fédère les syndicats d’électricité.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Joseph, Posté
L'énergie la plus vertueuse est celle qui n'a pas été consommée.
Pour réduire sa production, donc la consommation, il faut diminuer le nombre de consommateurs.
Ça c'est pas gagné, car les politiques, c'est leur gagne pain.