Dotation de l'Etat aux mairies (actualisé) :

Prendre aux riches pour donner aux pauvres, ça marche que pour les communes


Publié / Actualisé
En 2019, la dotation globale de fonctionnement (DGF) de l'Etat aux communes de La Réunion est de 168 millions d'euros. Elle est en hausse de 1,9% par rapport à 2018, se félicite l'Etat par préfecture interposée, ce lundi 8 avril 2019. Par habitant, elle est même de 29 euros plus élevée que la moyenne nationale, se rengorge encore l'Etat. Généreux, magnifique, grandiose, youpi ! On se calme. En fait l'Etat ne dépense pas un sou supplémentaire. Par un savant tour de passe-passe, il se transforme en Robin des Bois. Il prend l'argent des communes "les plus riches" pour le donner aux Villes les plus pauvres. Attention, cette redistribution des richesses, l'Etat appelle ça "la solidarité nationale," ne marche que pour les communes, pas pour les particuliers... La suppression de l'ISF le prouve...
En 2019, la dotation globale de fonctionnement (DGF) de l'Etat aux communes de La Réunion est de 168 millions d'euros. Elle est en hausse de 1,9% par rapport à 2018, se félicite l'Etat par préfecture interposée, ce lundi 8 avril 2019. Par habitant, elle est même de 29 euros plus élevée que la moyenne nationale, se rengorge encore l'Etat. Généreux, magnifique, grandiose, youpi ! On se calme. En fait l'Etat ne dépense pas un sou supplémentaire. Par un savant tour de passe-passe, il se transforme en Robin des Bois. Il prend l'argent des communes "les plus riches" pour le donner aux Villes les plus pauvres. Attention, cette redistribution des richesses, l'Etat appelle ça "la solidarité nationale," ne marche que pour les communes, pas pour les particuliers... La suppression de l'ISF le prouve...

L’Etat délègue ou transfère un certain nombre de compétences et de services aux collectivités locales et aux communes, il est normal qu'en échange, il en assume en partie le coût… Abracadabra ! 168 millions d’euros de dotation globale de fonctionnement pour les communes réunionnaises en 2019....

Cette DGF est en hausse de 1,9% par rapport à 2018, une augmentation "nettement supérieure à la hausse moyenne au niveau national," se félicite la Préfecture de la Réunion. Dans certaines communes de l’île, on n’hésite et l’on trouve même cela "surprenant…"

Il ne faut pas oublier que depuis 2011, ces dotations baissent. Par souci d’économie, l’Etat  parlait d’un "gel." En 2015, ce gel devient un coup de massue, Manuel Valls alors Premier ministre annonce une baisse de 11 milliards d’euros sur trois ans 2015, 2016 et 2017…

Alors, merci l’Etat ? Depuis 2018, la DGF est stable. En 2019 le total national est de 11,83 milliards d’euros. L’engagement du Gouvernement est donc tenu… Mais sur le papier seulement. Dans les détails, la DGF augmente pour 16.011 communes, se stabilise pour 361 et diminue pour 18.684. Mélangez tout ça et vous aurez quoi : Bibbidi-Bobbidi-Boo.

"Renforcer la solidarité avec les communes"

Une formule magique permet à l’Etat de ne pas ajouter un seul centime, un mécanisme, bête et méchant qui s’appelle "péréquation." Il viserait à réduire les écarts de richesse entre les différentes communes françaises…

A La Réunion, le montant par habitant de la DGF communale est ainsi de 193 euros, contre 164 euros pour le montant moyen national. 29 euros en plus. Un peu moins de 30 euros pour rattraper le retard structurel de La Réunion, un peu moins de trente euros pour réduire les inégalités avec la métropole...

Alors merci l’Etat ? Non, merci les communes les plus riches : dans son beau costume de Robin de Bois, l’Etat prend dans les poches des communes riches pour donner aux autres, plus pauvres. Une astuce, faite dans le "choix de renforcer la solidarité avec les communes," explique sur son site le Ministère de la Cohésion des Territoires. Elle marche plutôt bien : la solidarité, c’est joli alors, après tout, pourquoi pas ? Le problème c’est qu’elle ne fonctionne que lorsque l’on parle de commune… Quand ce sont aux particuliers les plus riches de mettre la main au portefeuille, c’est une autre histoire. Pour l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) Emmanuel Macron a été très clair, "on n’y touchera pas tant que je suis là," martelait-il en septembre dernier à Christophe Castaner.

Baisse des impôts, baisse de l'octroi de mer ?

Et l’exécutif qui retient de son Grand débat national qu'il faut "baisser plus vite les impôts" face à une "immense exaspération fiscale",  a annoncé Edouard Philippe. Mais a qui va-t-il demander de baisser les impôts ? Aux communes ? Celles qui s’en sortent de moins en moins avec ces baisses de dotations, avec la disparation des contrats aidés et avec la baisse de la taxe d’habitation ?

Et que faire de l’octroi de mer ? Cette taxe ourdie par les Gilets jaunes et versée au budget des communes. Emmanuel Macron s'était déclaré plutôt ouvert à sa réforme lors du débat avec les élus de l'Outre-mer. Magnifique ! Mais comment l'Etat va compenser les euros manquants s'il la baisse ou la supprime ? Va-t-il les demander aux communes les plus riches de France ?

nt/mb/www.ipreunion.com (mis en ligne mardi 9 avril 2019 à 3 heures - actualisé)

   

1 Commentaire(s)

Colimaconvert, Posté
ce qui est gênant dans ce système c'est qu'il est sas fin: les pauvres qui reçoivent l'argent pris aux riches deviennent riches à leurs tours ....? alors on leurs reprend de l'argent pour le redonner à d'autres pauvres qui deviennent riches à leurs tours etc etc...