Tollé en métropole :

Du requin-renard, espèce protégée, vendu dans un Intermarché


Publié / Actualisé
C'est une sacrée découverte qu'a fait l'association Sea Shepherd dans un magasin Intermarché en métropole : des tranches de requin-renard étendues sur l'étal de poissons. Or le requin-renard est classé parmi les espèces animales menacées et protégées. L'enseigne a présenté ses excuses et retiré le requin-renard de ses rayons, en affirmant que cela ne représente pas l'éthique générale des magasins, et qu'il s'agit d'une "initiative isolée".
C'est une sacrée découverte qu'a fait l'association Sea Shepherd dans un magasin Intermarché en métropole : des tranches de requin-renard étendues sur l'étal de poissons. Or le requin-renard est classé parmi les espèces animales menacées et protégées. L'enseigne a présenté ses excuses et retiré le requin-renard de ses rayons, en affirmant que cela ne représente pas l'éthique générale des magasins, et qu'il s'agit d'une "initiative isolée".

Mauvaise surprise dans l'Intermarché d'Argelès : l'association Sea Shepherd a découvert que l'enseigne vendait du requin-renard, espèce pourtant protégée.

Pour rappel, le requin-renard est classé comme espèce menacée et protégée depuis 2017, sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Mais il existe une nuance qui peut justifier cette vente : en France il est interdit d'en pêcher mais pas d'en vendre ou d'en acheter. Mais l'image du squale, tête bien visible, accompagnée d'une large promotion a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

Selon la présidente de l'association Sea Shepherd France, qui s'exprimait auprès de nos confrères métropolitains de franceinfo, il est interdit de pêcher volontairement le requin-renard, mais si on l'attrape par erreur dans ses filets, la vente est autorisée. Un flou juridique problématique dans ce cas de figure, car des espèces menacées peuvent ainsi se retrouver sur les étals des poissonneries.

Mauvais rattrapage

Très vite, Intermarché a présenté ses excuses sur Twitter, expliquant "qu’il ne s’agit nullement d’une politique d’enseigne mais de regrettables initiatives isolées". Par ailleurs, l'enseigne a affirmé avoir "immédiatement fait cesser ces ventes".

Mauvais rattrapage cependant : la promotion sur le requin-renard a été remplacée par une autre sur l'espadon et le thon rouge... Ces deux espèces sont aussi défendues par les associations de protection de l'environnement. Oups.

 


www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !