La Région et la Cinor ont chacune leur tram :

Un tramway peut en cacher un autre...


Publié / Actualisé
Annoncé en juillet 2018, le projet d'une ligne de tramway reliant l'aéroport Roland Garros au centre-ville de Saint-Denis a fait son chemin. Le TAéO (tramway aéroport entrée ouest) - devenu TAO - pourrait être le projet phare du mandat de Gérald Maillot, le patron de la Cinor, maître d'ouvrage du TAO. Sauf qu'en face il y a le Run Rail de Didier Robert, depuis que la NRL est à la peine, ce tramway est devenu le projet phare du président de Région. Deux réseaux ferrés pour une seule commune, la Commission nationale du débat public (CNDP) émet de sérieuses réserves estimant que les deux projets pourraient entrer en concurrence. Une question légitime quand on sait que chaque tramway coûterait plus de 300 millions d'euros. (photo d'illustration)
Annoncé en juillet 2018, le projet d'une ligne de tramway reliant l'aéroport Roland Garros au centre-ville de Saint-Denis a fait son chemin. Le TAéO (tramway aéroport entrée ouest) - devenu TAO - pourrait être le projet phare du mandat de Gérald Maillot, le patron de la Cinor, maître d'ouvrage du TAO. Sauf qu'en face il y a le Run Rail de Didier Robert, depuis que la NRL est à la peine, ce tramway est devenu le projet phare du président de Région. Deux réseaux ferrés pour une seule commune, la Commission nationale du débat public (CNDP) émet de sérieuses réserves estimant que les deux projets pourraient entrer en concurrence. Une question légitime quand on sait que chaque tramway coûterait plus de 300 millions d'euros. (photo d'illustration)

Ce mercredi 29 juillet 2019, la Commission nationale du débat public statuait sur les modalités de concertation préalable du projet TAO de la Cinor, l’occasion de revenir sur ce tramway qui pourrait faire de l’ombre au Run Rail de la Région.

Le TAO, le tramway discret... 

Jusqu’ici TAO avait peu fait parler de lui, c’est pourtant l’un des projets les plus ambitieux et les chers porté par la Communauté intercommunale du nord de La Réunion (Cinor). TAO est né de deux constats, une fréquentation des transports plus élevée que prévue, une circulation de plus en plus difficile pour rentrer dans Saint-Denis depuis l’Est et dans la zone de l’aéroport.

Dominique Picardo, le chef de projet de tramway Nord qualifie TAO d’"indispensable" et détaille les arguments qui ont poussé la  Cinor à se lancer dans l’aventure "le transport collectif en site propre (TCSP) de Saint-Denis est ultra saturé, nous sommes à plus de 42 000 voyageurs par jour et les projections pour le nombre de passagers à Gillot étaient bien en deçà de la réalité, à l’horizon 2023, il y aura 3 millions de passagers à l’aéroport, répondre à ces problématiques était urgent et augmenter le nombre de bus insuffisant. C’est ainsi qu’a germé l’idée du tramway".

Début 2018, au moment de la révision du plan de déplacement urbain établi sur la période 2013-2023, le projet d’un tramway est mis sur la table. Gérald Maillot, le patron de la Cinor en fait son fer de lance.

Le Run Rail, le tramway tonitruant

Entre temps, la Région a vu son plus beau projet s’effondrer ou du moins prendre énormément de retard. La Nouvelle route du Littoral, c’était la fierté de Didier Robert, un projet colossal qui aurait permis au président de la collectivité de rentrer dans l’Histoire par la grande porte. Aujourd’hui, cette NRL est le caillou dans la chaussure du patron de la Région. Les roches massives, les carrières, les décisions du tribunal administratif, du Conseil d’État… Tout cela a bien ralenti la machine. Et pour le moment, c’est toujours statu quo sur le chantier de la NRL.

Après toutes ces difficultés, le président de Région a décidé d’exhumer un vieux projet. Il l’a baptisé Run Rail, à l’origine, il s’appelait Tram Train. Une idée de la précédente mandature, celle de Paul Vergès que Didier Robert s’était empressé d’enterrer en arrivant à la tête de la pyramide inversée. Côté Région, on assure que le Run Rail et le Tram Train n’ont strictement rien à voir. Mais on peut, raisonnablement, en douter…

Le concept de ce Run Rail, c’est de relier Sainte-Marie au centre-ville de Saint-Denis en passant par le boulevard Sud. 10 kilomètres, 10 stations et un temps de trajet de 20 minutes entre les deux terminus. L’objectif, c’est que 30 000 voyageurs utilisent ce mode de transport chaque jour. La Région souhaite mettre en service son tramway en 2024.

Un risque de concurrence 

Tout cela c’est bien beau sur le papier mais en réalité, deux trams pour la seule commune de Saint-Denis, ça fait beaucoup. Le 9 mai dernier, la Commission nationale du débat public remet en question la pertinence du TAO "en l’état, il apparaît que la complémentarité de ce projet avec le tramway Tao n’est pas évidente: que ce soit en termes de tracé, de caractéristiques, de coût, de calendrier ou de jeux d’acteurs, tout porte à penser que les deux projets risquent d’entrer en concurrence, aux dépens de la qualité de la participation du public".

De plus, dans son courrier, la Commission nationale, dont le rôle est de s’assurer qu’une information claire et pertinente soit apportée au grand public, indiquait qu’"il était nécessaire d’amener les deux porteurs de projet à se coordonner".

Car oui, ce n’est pas clair. Pour l’instant, ce que voit le grand public, ce sont deux gros projets qui coûtent chers et qui semblent similaires.

Pas de bataille du rail

Mais la Cinor et la Région se défendent et excluent en bloc l’hypothèse d’une gabegie financière "la responsabilité de la Région est de gérer le réseau interurbain, de relier les villes. Celle de la Cinor est intra-urbaine, la mobilité à l'intérieur de la ville. Les tracés des deux tramways n’ont rien à voir, celui de la Cinor passera par la ville, notamment le centre-ville du chef-lieu " justifie Dominique Picardo, le chef de projet du TAO de la Cinor.

Un discours complété par Karim Lechlech, le directeur des transports et des déplacements de la Région "nous n’entrerons pas dans la ville à proprement parler, le Run Rail s’arrêtera aux gros pôles de déplacements comme l’université, la sécurité sociale, la technopole… " précise-t-il.

Les deux tramways ne joueront donc pas dans la même cour. Il n’y a pas de bataille du rail à Saint-Denis mais plutôt deux projets distincts aux objectifs bien différents. "Le Run Rail entre dans le cadre de l’armature du Réseau régional de transport guidé (RRTG), un dispositif qui permettra de relier l’est à l’ouest de La Réunion. Le Run Rail est un maillon de ce dispositif. Ce tramway est inscrit dans le schéma d’aménagement régional de 2011" indique Karim Lechlech avant d’ajouter que "la Région a choisi de commencer son projet (RRTG) par Saint-Denis non pas pour concurrencer la Cinor mais parce-qu’il s’agit de la ville la plus congestionnée".

Cette différence entre les deux projets est "évidente" acquiesce Dominique Picardo "notre objectif est de restituer la ville aux habitants en sortant de la dictature de la voiture."

Ça discute

Cela n’empêche pas la Cinor et la Région de se concerter comme préconisé par la Commission nationale du débat public. Il est notamment question du tronçon Technor-aéroport, un tronçon commun qui permettra aux deux porteurs de projet de mutauliser les moyens en mettant en place un rail commun. De plus, il y a un mois, lors d’une rencontre où étaient présents Gérald Maillot et Didier Robert, après que les équipes techniques ont exposé chaque projet, l’idée d’une co-maîtrise d’ouvrage aurait été évoquée…

Une concertation qui n'est pas sans risque 

On se concerte mais le risque est que l’un des porteurs de projet tire la couverture à lui. Car la question qui se pose est: qui aura la dernier mot en cas de débat ?

Par ailleurs, à quelques mois de plusieurs échéances électorales clés, les tramways pourraient permettre à un candidat de marquer des points auprès de la population. Il ne faudrait pas que les projets deviennent des arguments électoraux. C’est ce que souligne la CNDP "dans le contexte actuel d’urgence urbaine ‘congestion routière), socio-économique (besoin de déplacements efficaces et nécessité du report modal) et politique (élections municipales de 2020) comment garantir une concertation permettant de débattre l’opportunité du projet ?" se questionne la Commission. C’est justement tout l’enjeu… 

fh/www.ipreunion/redac@ipreunion.com 

   

3 Commentaire(s)

Mia, Posté
Un terrain peut en cacher un autre
Myke97441, Posté
La CINOR devrait plutôt porter ce projet sur l'axe Ste-Suzanne-Duparc (Ste-Marie), je ne vois pas l'intérêt de réaliser deux lignes de tramway sur le même trajet ... Les autres communautés de communes devrait réaliser le même projet afin d'en finir avec le "tout voiture" et les embouteillages que nous connaissons tous les jours sur l'île. Mais bon le Lobbying des concessionnaires a encore de beaux jours devant lui !
ZembroKaf, Posté
que se soit REGION ou CINOR...c'est le CONtribuable qui paie...alors que se soit Maillot ou Robert...pourvu que les 2 projets se mutualisent se réalisent au plus vite au bénéfice des voyageurs !!!
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...