Groupe Benard Hayot :

Une étude bientôt menée pour déterminer l'impact du rachat de Vindemia par GBH


Publié / Actualisé
Ce vendredi 9 août 2019 se tenait l'assemblée plénière de l'Observatoire des Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus (OPMR). Il a été annoncé qu'une étude serait menée afin de déterminer l'impact du rachat de Vindemia par le groupe Bernard Hayot. Tous les détails n'ont pas encore été communiqués mais l'étude va être lancée prochainement.
Ce vendredi 9 août 2019 se tenait l'assemblée plénière de l'Observatoire des Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus (OPMR). Il a été annoncé qu'une étude serait menée afin de déterminer l'impact du rachat de Vindemia par le groupe Bernard Hayot. Tous les détails n'ont pas encore été communiqués mais l'étude va être lancée prochainement.

L'étude en question va s'attarder sur les conséquences économiques à La Réunion. Pour rappel, le grouoe GBH, qui possède déjà les enseignes Carrefour, met la main sur les 22 magasins Jumbo et Score de l'île. Une transaction à 219 millions d'euros. Pour éviter de tomber dans une situation de monopole, 4 magasins sont vendus à la société Make Distribution.

Selon Sébastien Fernandez, président de l'OPMR "le rachat de Vindemia par GBH soulève de nombreuses questions. L'OPMR a donc pris la décision de lancer une étude d'impact de cette opération, elle sera définie dans les prochains jours." Parmi les points étudiés : l'impact sur les consommateurs en terme de prix, l'impact sur le modèle de la grande distribution, la production locale et l'emploi des salariés.

Les députées Ericka Barigts et Huguette Bello, présentes lors de cette session plénière, ont bien précisé que "ce nouveau modèle, induit par le rachat de Vindemia, n'est pas celui que nous voulons". Ericka Bareigts a précisé pour sa part qu'il fallait "mettre l'accent sur les petits commerces et le circuit court" tout en rappelant que le groupe GBH pèse entre 40 et 50% sur le portefeuille des Réunionnais.

Les syndicats et de nombreux élus s'inquiètent de ce rachat. Principal doute : le maintien des salariés. Avec ce rachat, le risque de postes doublons est réel, et malgré l'affirmation du groupe GBH, qui assure que tous les postes seront maintenus, le doute subsiste.

Lire aussi : Rachat de Vindémia par GBH : vive inquiétude du côté des syndicats

Lire aussi : Rachat de Vindemia: les questions que vous vous posez sur ce changement majeur

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Gueénec, Posté
Nos Députées veulent du circuit cour manger local du boeuf pays aussi?