MENU

Centré sur la jeunesse et les personnes âgées, il est voté ce mercredi :

Conseil Départemental : Un budget 2017 "contraint et difficile"


Posté par
Ce mardi 13 décembre, le vice-président du Conseil Départemental a présenté le budget primitif de la collectivité. Il sera voté en séance plénière ce matin au Palais de la Source. Un budget "contraint, difficile" qui a été centré autour des personnes âgées et des jeunes. Malgré une baisse des dotations de l'État, le Département a tout de même réussi à épargner 15 millions d'euros. Qui seront investis en 2017.
Ce mardi 13 décembre, le vice-président du Conseil Départemental a présenté le budget primitif de la collectivité. Il sera voté en séance plénière ce matin au Palais de la Source. Un budget "contraint, difficile" qui a été centré autour des personnes âgées et des jeunes. Malgré une baisse des dotations de l'État, le Département a tout de même réussi à épargner 15 millions d'euros. Qui seront investis en 2017.

Les routes, les personnes âgées et les jeunes

Le projet de budget primitif 2017 s'appuie sur trois piliers principaux : l'épanouissement humain (1 083,6 millions d'euros), le développement territorial (89,7 millions d'euros) ainsi que l'intelligence institutionnelle (422,8 millions d'euros). Le premier est le poste de dépenses le plus important. "Ce projet de budget intègre deux problématiques : la jeunesse et la population vieillissante" argumente Cyrille Melchior. 17 millions sont ainsi prévus pour les étudiants tandis que 3 millions devraient servir à la mise en place de maisons d'accueil familial, pour éviter d'accueillir les personnes âgées dans "de grandes structures".

Le financement des AIS

"C'était le point principal de notre combat cette année" insiste Cyrille Melchior, le vice-président du Conseil Département. Avec un écart de "150 millions" entre les aides de l'État et ce que la collectivité dépense pour les aides sociales, la présidence "crie à l'injustice". En estimant qu'ils sont en droit d'attendre "25 milions d'euros alors que l'enveloppe du fonds de soutien pour le financement des AIS est d'environ 5 millions pour La Réunion cette année. Après avoir interpellé les députés, c'est maintenant au tour des sénateurs. La ministre de l'Outre-Mer a également été appelée à se prononcer sur le sujet. Cyrille Melchior est optimiste à l'idée d'une possible augmentation de cette dotation, mais sans non plus trop en attendre. "C'est un élément extrêmement important dans notre budget. Là, ce n'est plus la solidarité nationale qui s'exprime, mais la solidarité locale" déplore le vice-président. Le projet de loi de finances qui fixe les modalités de répartition du fonds de soutien sera examiné à partir de jeudi au Sénat. Il reviendra ensuite à l'Assemblée et devrait être voté vers la fin du mois de décembre. En attendant, la dotation versée à la Caf sera diminuée de 11 millions d'euros. Bien sûr, le versement du RSA ne sera pas impacté mais ce sera à l'État de régler le déficit.

Un plan d'économie drastique

En réalisant "des économies" sur leurs dépenses de fonctionnement, le Département a pu épargner "15 millions d'euros". Les emprunts ont également été réduits en 2016. Ce qui permet à la collectivité d'investir 133 millions d'euros l'année prochaine. Sur les actions suivantes : l'agriculture, les collèges, le logement, les bâtiments administratifs, le Sdis et les routes. Deux nouveaux collèges devraient notamment voir le jour en 2017, sur La Plaine des Palmistes et le Mont Roquefeuil.

Un montant "ridiculement bas", souligne Nassimah Dindar

L’annonce du montant "ridiculement bas" prévu pour La Réunion au titre du fonds de soutien aux départements en difficulté a provoqué un "choc" à Nassimah Dindar, présidente du conseil départemental de La Réunion. Elle a interpellé tous les députés de La Réunion sur le sujet. La présidente du Département dit avoir découvert "avec stupéfaction" les propositions du gouvernement pour la répartition de ce fonds de soutien exceptionnel mis en place en 2015 pour soutenir les collectivités départementale ayant le plus de difficultés pour payer les bénéficiaires des allocations individuelles de solidarité (AIS).

Le montant du fonds a quadruplé entre 2015 et 2016, passant de 50 à 200 millions d’euros, mais "la création d’une part spécifique pour l’Outre-mer et les critères d’attribution réduiraient la dotation attribuée au Département de La Réunion de 6,7 millions à 4,99 millions d’euros" s'insurge Nassimah Dindar

En tenant compte de ces montants, La dotation par habitant de La Réunion serait de 5,86 euros c'est à dire  14 fois inférieure à celle de la Guyane (19 millions d’euros pour 240 000 habitants, soit 80,27 euros habitant) et 23 fois inférieure à celle de Saint-Martin (35 000 habitants, soit 137,62 euros par habitant).

www.ipreunion.com

 

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !