Grâce au dispositif d'aide européen FEADER :

Petit-Tampon : un agriculteur va pouvoir construire son étable


Publié / Actualisé
Par le biais du Conseil départemental et des fonds européens FEADER mis en place pour la période 2014-2020, Jean-Pierre Hoarau, agriculteur, bénéficie d'une subvention pour construire une étable de 201 mètres-carré sur son exploitation au Petit-Tampon. Son projet est la première convention signée dans le cadre de ce dispositif d'aide. (Photo d'illustration)
Par le biais du Conseil départemental et des fonds européens FEADER mis en place pour la période 2014-2020, Jean-Pierre Hoarau, agriculteur, bénéficie d'une subvention pour construire une étable de 201 mètres-carré sur son exploitation au Petit-Tampon. Son projet est la première convention signée dans le cadre de ce dispositif d'aide. (Photo d'illustration)

Serge Hoarau, mairie de Petite-Ile et conseiller départemental est allé à la rencontre de l'agriculteur Jean-Pierre Hoarau, à l'occasion de la signature de la première convention donnant suite au dispositif d'aide européen FEADER, dans le cadre du Programme de développement rural de La Réunion. L'agriculteur, qui s'occupe de vaches laitières bénéficie par ce biais d'une enveloppe de près de 50 000 euros pour contruire une étable de 201 mètres-carré sur son exploitation pour y accueillir 28 vaches, évalué au prix de 125 000 euros.

"Cela permettra à cet agriculteur de bénéficier de meilleures conditions pour ses vaches (...) Elles sont actuellement en prairie et auront aujourd’hui une étable. Cela permettra aussi de meilleures conditions de travail pendant la traite lors de la période hivernale" précise Serge Hoarau, conseiller départemental.



Le dispositif global d'aide européen représente 385 millions d'euros sur une enveloppe totale de 515 millions, les contreparties nationales provenant de l'Etat, du Département et de la Région pour la période 2014-2020.

"Un bilan sera effectué à mi-parcours, en 2018. Il est important que nous puissions consommer un maximum de cette enveloppe pour pouvoir rassurer Bruxelles et la Commission européenne sur notre capacité à utiliser les fonds européens à La Réunion" assure Serge Hoarau.

Pour les agriculteurs qui souhaitaient bénéficier de ce dispositif, "la période 2014-2017 a été longue. Il a fallu attendre que tout se mette en oeuvre, mais maintenant que tout est actionné, nous sommes bien dotés humainement pour pouvoir rapidement instruire les dossiers et arriver aux conventionnement" souligne le conseiller départemental.

Les exploitants doivent, pour toute démarche, se rapporcher de la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF), du Conseil départemental ou du Conseil régional.

jm/www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !