Conseil départemental :

Le compte administratif 2016 et le budget supplémentaire 2017 approuvés


Publié / Actualisé
Il était question de chiffres à l'assemblée plénière du conseil départemental organisée ce matin, mercredi 21 juin 2017, au palais de la Source, à Saint-Denis.
Il était question de chiffres à l'assemblée plénière du conseil départemental organisée ce matin, mercredi 21 juin 2017, au palais de la Source, à Saint-Denis.

Les élus évoquaient le compte administratif (CA) de 2016 et le budget supplémentaire (BS) de l’exercice 2017. Deux délibérations d'importance adoptées. Après la prise en compte des restes à réaliser et des résultats antérieurs, le résultat excédentaire cumulé pour l'année dernière s’élève à 44,6 millions d'euros. Un montant quasiment similaire à celui de 2015 (45,6 millions d’euros). Cyrille Melchior, premier vice-président, en charge des finances, détaille ce CA.

" Il n’y a pas de déficit. On a voulu rembourser les emprunts faits par le Département pour reconstituer une capacité d’investissement dans les années à venir. En cinq ans, le conseil départemental s’est désendetté de 150 millions d’euros. Nous avons voté le budget supplémentaire 2017 de 47 millions d'euros. Notamment pour l’aide aux personnes âgées et pour le dispositif "tremplin activité pour les jeunes", décrypte le premier adjoint à la mairie de Saint-Paul.

Un excédent affecté au BS 2017, voté ce mercredi, et en partie dédié au financement de l’allocation individuelle de solidarité. Ce type de dépenses représente 60 % de la section de fonctionnement. Philippe Robert, conseiller départemental d’opposition, siégeant dans le groupe " La gauche unie ", ne partage pas l’analyse du candidat battu par Huguette Bello au second tour des élections législatives de dimanche dernier dans la deuxième circonscription.

" Je m’abstiendrai avec mon groupe sur ce budget car il y a une mauvaise répartition géographique des fonds. Notamment pour La Possession ou pour Le Port. Des communes oubliées. Le budget du personnel est opaque. C’est anormal", lance l’opposant municipal dans la commune possessionnaise. Autre annonce effectuée ce mercredi matin par la présidente, Nassimah Dindar : la création d’une commission éthique sur le fonctionnement du département. Les élus de sa majorité ne nommeront pas les membres de cette structure. Celle-ci se composera d'un conseil des sages -des personnalités ayant déjà occupé des postes dans l’administration-, de jeunes étudiants et de Réunionnais tirés au sort sur les listes électorales.

Leurs travaux devraient démarrer d'ici la fin de l’année 2017. Ces trois collèges pourront visiter les services du conseil départemental, accéder aux données des ressources humaines ou encore évaluer les associations subventionnées par la collectivité. Le rapport d’observations définitives du 3 février 2017 de la Chambre régionale des comptes (CRC), à propos du groupement de lutte anti-vectorielle, d’insertion et de valorisation de l’environnement (GLAIVE), était aussi présenté durant la séance. La gestion de cette association par le conseil régional a récemment été pointée du doigt dans le précédent rapport provisoire édité par la CRC.

Madame Dindar se félicite des nouvelles conclusions de la Chambre. " Nous mettons à disposition ce rapport définitif car c’est facile d’attaquer lorsqu’il s’agit d’un rapport provisoire. Le nouveau rapport a largement été modifié. Mais le mal est fait. Le soupçon ne doit pas livrer à la vindicte populaire le travail des élus. Nous finançons cette association mais je ne siège pas dans le conseil d’administration. Ce n’est pas parce que nous sommes des financeurs que nous sommes des baiseurs de paquet ", contre-attaque-t-elle.

Peu avant l’examen de ces différentes affaires, les conseillers départementaux validaient trois motions. Ils demandent à l’État d’inscrire dans le futur plan de relance pour les agriculteurs une aide à la filière canne locale et militent également pour la revalorisation du prix de la tonne de la ressource. Un dossier actuellement discuté entre l’usinier, Téréos, et les syndicats de planteurs. Le groupe d'élus " Tampon avenir", souhaite, lui, la modernisation de la route départementale de Bois-Court afin de lancer des travaux d’ici cette fin d’année 2017.

ts/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Doudou, Posté
bien dit PR; mais dans lo zafère kosa i pense AFD; mi espère qué elle i bouze in pé .