Le Département avait apporté une aide à la replantation :

Convention canne : Nassimah Dindar et Serge Hoareau saluent "la responsabilité des acteurs"


Publié / Actualisé
Le conflit opposant les planteurs au groupe sucrier Tereos a pris fin ce mardi 11 juillet 2017. Les trois syndicats agricoles ont accepté la nouvelle convention canne ainsi que la revalorisation du prix de base de la tonne de canne à hauteur de 2,60 euros, proposé par l'usinier. Dans un courrier, Nassimah Dindar, présidente du Conseil départemental et Serge Hoareau, conseiller départemental délégué à l'agriculture, saluent "la responsabilité des acteurs concernés dans la résolution de la situation de crise". Pour rappel, le Département a proposé une aide financière pour la replantation de la canne, moyennant un forfait de 3440 euros par hectare pour les planteurs. Ci-après, nous publions le communiqué de la collectivité dans son intégralité.
Le conflit opposant les planteurs au groupe sucrier Tereos a pris fin ce mardi 11 juillet 2017. Les trois syndicats agricoles ont accepté la nouvelle convention canne ainsi que la revalorisation du prix de base de la tonne de canne à hauteur de 2,60 euros, proposé par l'usinier. Dans un courrier, Nassimah Dindar, présidente du Conseil départemental et Serge Hoareau, conseiller départemental délégué à l'agriculture, saluent "la responsabilité des acteurs concernés dans la résolution de la situation de crise". Pour rappel, le Département a proposé une aide financière pour la replantation de la canne, moyennant un forfait de 3440 euros par hectare pour les planteurs. Ci-après, nous publions le communiqué de la collectivité dans son intégralité.

La Présidente du Conseil Départemental Nassimah Dindar et son Conseiller Départemental en charge des affaires agricoles, Serge Hoareau, souhaitent saluer solennellement la grande responsabilité des acteurs concernés dans la résolution de la situation de crise qui a profondément marqué, pendant plusieurs semaines, la filière canne.

L'accord intervenu entre l'industriel et les syndicats agricoles permet l'essentiel : une revalorisation du revenu des planteurs, une sortie de crise et le début nécessaire de la campagne sucrière. Il s'agit d'un acte soulignant l'intelligence collective des acteurs. La Collectivité Départementale soutient l'importance d'une juste répartition de la valeur ajoutée produite par la filière, pilier de l'économie agricole de notre île et filière exportatrice dont le développement est possible grâce au travail de plus de 3400 planteurs. La Collectivité Départementale a apporté sa pierre à l’édifice en tant qu'autorité de gestion du FEADER en renforçant l'aide à la replantation pour les exploitations cannières.

Cela constitue une contribution, globalement à l'ensemble de la filière, et permettra un développement du produit d'exploitation des planteurs. Néanmoins, le Département est très attaché à ce que les planteurs, forces vives de notre territoire et de notre société, disposent d'un revenu juste et équilibré au regard de l'équilibre économique du secteur. Par ailleurs, lors de cette crise, certains observateurs ont soulevé la question de la pérennité de la filière canne alors même que la fin du système des quotas sucriers est programmée depuis plus de 10 ans. Cette problématique doit être au cœur de la réflexion que la Collectivité engagera, dès le mois de septembre, en vue de définir avec l'ensemble des partenaires, les conditions et moyens du développement  de l'agriculture de demain sur notre île de La Réunion.

Nassimah Dindar, présidente du Département et Serge Hoareau, conseiller départemental délégué à l'agriculture

   

1 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Ou comment encourager les barrages de routes à condition d'avoir un tracteur ou un camion.

Une honte !