Tribune libre de Cyrille Melchior :

72 ans de la départementalisation : renforcer l'unité réunionnaise


Publié / Actualisé
Nous célébrons aujourd'hui les 72 ans de la départementalisation. C'était le 19 mars 1946. La Réunion, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane accédaient au statut de Département d'Outre-mer. Notre île intégrait pleinement la République une et indivisible, adhérant à ses principes, à ses valeurs et à sa devise, Liberté, Égalité, Fraternité. Notre île bénéficiait aussi de toute une dynamique de rattrapage impulsée par l'État, en faveur de ses nouveaux départements français
Nous célébrons aujourd'hui les 72 ans de la départementalisation. C'était le 19 mars 1946. La Réunion, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane accédaient au statut de Département d'Outre-mer. Notre île intégrait pleinement la République une et indivisible, adhérant à ses principes, à ses valeurs et à sa devise, Liberté, Égalité, Fraternité. Notre île bénéficiait aussi de toute une dynamique de rattrapage impulsée par l'État, en faveur de ses nouveaux départements français

C’est dans ce contexte, et grâce à cette dynamique, que La Réunion a connu un développement fulgurant ces 50 dernières années dans tous les domaines : éducation, emploi, social, économie, aménagement, développement etc.

Oui, La Réunion a su se saisir de l’opportunité d’un processus de départementalisation fortement soutenu et accompagné, pour entamer sa transformation, devenir un pôle d’excellence (santé, éducation, formation, recherche et développement agro-alimentaire, innovation technologique, digital etc.)

Oui, La Réunion a su renforcer son ancrage indianocéanique, développer sa politique de coopération régionale grâce à des partenariats forts et ambitieux avec les pays de la zone océan Indien, mais aussi les pays d’Afrique, et d’Asie continentale.

Oui, La Réunion exprime plus que jamais son attachement à la République, à son statut institutionnel, à la France et à l’Europe. Pour autant, des freins persistent à son développement : un taux de chômage record, tout comme le taux d’illettrisme et de décrochage scolaire. Un tissu économique qui a envie d’entreprendre, d’innover et de construire, mais qui, faute de confiance, n’arrive pas à atteindre les objectifs qu’il se fixe.

Ce constat a déjà été posé et longuement débattu. Tout comme il y a une unanimité bienveillante et constante quant aux solutions à apporter. Il faut bâtir un nouveau modèle de développement, basé sur la solidarité réunionnaise.

Mais l’unanimité des idées ne se traduit malheureusement pas forcément en unanimité dans l’action. Malgré les discours et des volontés affichées, on ne peut que constater que les forces vives réunionnaises n’ont pas su s’unir, se réunir et construire ensemble ce nouveau modèle de développement. Pourtant, l’unité est la condition sine qua non pour bâtir notre nouvelle société qui doit donner toute sa place au génie réunionnais, à l’innovation et à l’expérimentation.

C’est dans cet esprit d’unité et de concorde que j’assume la présidence du Conseil Départemental depuis le 18 décembre 2017.

J’ai l’honneur d’être le douzième Président de cette institution depuis la départementalisation. Je mesure pleinement le poids de l’histoire, ces 72 années de développement. J’ai aussi conscience de la responsabilité qui m’incombe, tout comme les défis à relever pour notre territoire et pour notre avenir.

Le vote du budget 2018 de la Collectivité, le 14 mars dernier, a d’ailleurs été un temps fort de la vie politique départementale. Ce budget porte une ambition majeure, celle de renouveler nos politiques de solidarité. Solidarité sociale, solidarité économique et solidarité territoriale ne s’opposent pas. C’est dans le terreau des solidarités que naîtront les germes d’un nouveau modèle de développement durable pour notre territoire.

L’approbation, à l’unanimité, de ce budget démontre une volonté de tous les conseillers départementaux de travailler, dans l’unité et la cohésion, pour bâtir ce nouveau modèle économique, social, et sociétal pour La Réunion et les Réunionnais.

En ce 19 mars, jour de célébration du 72e anniversaire de la départementalisation, je renouvelle mon message : alors que le monde se transforme, sous l’effet des mutations et des confrontations, je veux, qu’ensemble, nous soyons capables de renforcer l’unité réunionnaise et de faire preuve de responsabilité.

Cette unité doit être le sens de notre action, pour aujourd’hui, et pour demain. Cette unité doit guider notre ambition, celle d’un territoire en harmonie avec son histoire, son environnement et sa population. Cette unité doit permettre à La Réunion de trouver clairement et durablement toute sa place dans l’océan Indien dans la France, et dans l’Europe. Il en va de notre responsabilité face à l’histoire.

Cyrille Melchior,
Président du Département

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !