Face à la baisse de la production 2018 :

Filière Canne : le Conseil Départemental vote à l'unanimité des aides exceptionnelles


Publié / Actualisé
Voilà une décision qui va remonter le moral aux planteurs de canne : ce mercredi 31 octobre 2018, le Conseil départemental a voté à l'unanimité une aide exceptionnelle à leur intention, pour compenser la baisse de production générée par des conditions climatiques difficiles. Une convention tri-partite entre le Comité interprofessionnel de la canne et du sucre, le Conseil Départemental et le Comité technique interprofessionnel de la canne et du sucre va permettre d'aider les planteurs de canne à hauteur de 50% de leurs besoins de fertilisants. Par ailleurs le Conseil départemental a aussi voté une aide à hauteur de 25% de la facture d'eau du 2ème semestre 2018 des planteurs de canne en difficulté.
Voilà une décision qui va remonter le moral aux planteurs de canne : ce mercredi 31 octobre 2018, le Conseil départemental a voté à l'unanimité une aide exceptionnelle à leur intention, pour compenser la baisse de production générée par des conditions climatiques difficiles. Une convention tri-partite entre le Comité interprofessionnel de la canne et du sucre, le Conseil Départemental et le Comité technique interprofessionnel de la canne et du sucre va permettre d'aider les planteurs de canne à hauteur de 50% de leurs besoins de fertilisants. Par ailleurs le Conseil départemental a aussi voté une aide à hauteur de 25% de la facture d'eau du 2ème semestre 2018 des planteurs de canne en difficulté.

Les planteurs de canne crient au loup depuis des mois, s'attendant à une baisse de la production en raison des conditions climatiques. Selon les estimations, la campagne sucrière 2018 présenterait des pertes de récolte de 10 à 50% de baisse selon les secteurs et un volume de production de canne inférieur à 1 500 000 tonnes, alors que la moyenne s'établit en général à 1 800 000 tonnes. Selon les planteurs, la campagne 2018 risque d'entrer dans les annales des plus mauvaises campagnes depuis la fin des années 60. En conséquence de quoi le volume de sucre produit devrait être inférieur de 40 000 tonnes par rapport à une année moyenne (200 000 tonnes).

Le comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre a donc sollicité l'appui de la collectivité départementale pour créer des conditions d'une bonne relance des repousses en 2019, autrement dit des aides pour accompagner les planteurs dans les travaux d'entretien des cannes juste après la coupe, travaux d'entretien qui imposent l'utilisation de fertilisants et une forte consommation d'eau. Donc de lourdes dépenses pour des entreprises dont la trésorerie est mise à mal par la baisse de la production.

Des bons d'achats pour les fertilisants

Le Conseil départemental a donc décidé de débloquer une enveloppe de deux millions cinq cent mille euros pour l'achat de fertilisants. En clair, l'aide départementale exceptionnelle est accordée aux planteurs à hauteur de 120 euros par hectare dans la limite de l'enveloppe votée. Cette aide exceptionnelle est conditionnée à un soutien aux planteurs d'un même montant par le comité interprofessionnel de la canne à sucre. 

Mises bout à bout, ces deux aides devraient représenter 50% des coûts générés par l'achat de fertilisants pour les planteurs. L'aide apportée aux planteurs prendra la forme de bons d'achats, édités par le Comité technique interprofessionnel de la canne et du sucre (CTICS) destiné à l'acquisition de fertilisants auprès de fournisseurs choisis par les planteurs ayant rempli leur dossier de demande d'aide.

Une réduction sur la facture d'eau

Parallèlement, le Conseil départemental a également voté en faveur d'une aide à hauteur de 25% de la facture d'eau émise à l'issue du deuxième semestre 2018 pour les planteurs en difficulté. La SAPHIR, organisme fournisseur, accordera donc une remise de 25% aux planteurs, remise qui sera compensée par le Conseil départemental pour un montant prévisionnel évalué à 500 000 euros. Sur ce point, comme pour les fertilisants, l'aide départementale est conditionnée à la mmise en place par l'interprofession canne-sucre d'un dispositif spécifique qui permttrait d'assurer aux planteurs une avance de trésorerie permettant de faciliter le paiements des factures d'eau du 1er semestre 2018.

Pour Cyrille Melchior, président du Conseil départemental, "cette aide est essentielle car l’agriculture est un pan important de notre économie et du tourisme. Les planteurs font beaucoup d’efforts pour se moderniser, ils ont besoin de notre solidarité quand il y a des cyclones".

Gouverner, c'est prévoir

Sur ce chapitre des catastrophes naturelles, le président du Conseil départemental a fait le choix de l'anticipation, comme évoqué d'ailleurs par Annick Girardin lors de son passage dans l'île : "Le 12 décembre, nous allons voter par anticipation une enveloppe d'aide exceptionnelle en cas de tempête ou de cyclone. Nous sommes en zone tropicale et les impacts cycloniques sont une réalité pour notre territoire. Pour éviter de devoir nous réunir en urgence en cas de catastrophe naturelle pour voter des aides, nous allons donc désormais anticiper et prévoir en début de chaque année une enveloppe de secours en cas de cyclone".

ml/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !