Tribune libre de 40 élus remise au Préfet et à la Ministre de l'Outremer :

La colère légitime des Réunionnais doit être entendue : 10 propositions pour La Réunion


Publié / Actualisé
La population manifeste dans la rue. Il faut lui accorder toute notre attention car les difficultés que rencontrent nos concitoyens dans leur vie de tous les jours sont devenues insurmontables, estiment une quarantaine d'élus : parlementaires, conseillers départementaux et maires.
La population manifeste dans la rue. Il faut lui accorder toute notre attention car les difficultés que rencontrent nos concitoyens dans leur vie de tous les jours sont devenues insurmontables, estiment une quarantaine d'élus : parlementaires, conseillers départementaux et maires.

Dans ce contexte, les mesures de rigueur prises par le gouvernement au plan national pour le redressement des comptes publics fragilisent un tissu économique et social réunionnais déjà extrêmement précaire et confèrent au mouvement de colère porté par les Gilets Jaunes une dimension bien supérieure à celle de l'hexagone :

- un niveau de pauvreté hors norme, qui touche plus de 40% de la population
- un coût de la vie très cher dû à l'éloignement
- des collectivités qui ne peuvent plus assumer leurs missions sociales
- un chômage structurel et persistant malgré un dynamisme économique
- la réduction drastique du nombre de contrats aidés
- l'augmentation de la fiscalité qui réduit le pouvoir d'achat des classes moyennes

Nous, élus de La Réunion, sollicitons une réponse volontariste immédiate et concrète du gouvernement pour les Réunionnais et notamment pour les publics les plus en difficulté, sur les 3 axes suivants :

1) Pour un pouvoir d'achat amélioré :
Une adaptation urgente des projets de Loi de finances 2019 et de Loi de financement de la Sécurité Sociale s'avère nécessaire en vue de permettre la prise en compte de la situation de crise actuelle vécue sur l'île de La Réunion :
1- une exclusion de La Réunion des mesures prévues par les projets de Loi précités impactant les revenus les plus faibles (la désindexation des retraites de base, des aides au logement et des allocations familiales) et paupérisant les classes moyennes (suppression de l'abattement fiscal).
2- la mise en place d'un fonds de concours exceptionnel de l'Etat, alimenté par une partie des recettes de la Française des Jeux, pour financer les mesures d'accompagnement social des familles en difficulté et des services d'aide à la personne (insertion des jeunes, accompagnement des personnes âgées et des personnes handicapées).
3- l'exclusion de La Réunion de l'augmentation de la CSG sur les retraites les plus faibles.
4- la garantie des retraites agricoles à 75% du SMIC.
5- par ailleurs, la mise en oeuvre d'une nouvelle concertation locale en vue de réviser la fiscalité sur les carburants.

2) Pour une insertion renforcée en particulier des jeunes :
6- restaurer un dispositif attractif en faveur des emplois aidés, en volume et en modalités
de financement (jusqu'à 95 % d'aides pour 26 heures travaillées) permettant aux collectivités, de mettre en place des dispositifs renforcés de création d’activités et d'accompagnement social par l'insertion économique dans l'économie sociale et solidaire. Il s'agit notamment de démultiplier les chantiers d'insertion afin d'en faire un outil d'inclusion.
7- revoir le périmètre des contrats de confiance pour l'adapter aux réalités des collectivités locales réunionnaises notamment par l'exclusion de son périmètre des dépenses d'insertion et de formation.
 

3) Pour le développement de l’activité et de l’emploi dans les principales filières de La Réunion :
8- développer l'emploi dans le domaine du BTP par le rétablissement pérenne de l'allocation logement accession à la propriété dans les mêmes conditions qu'à l'origine, et la mise en place d'un nouveau dispositif plus attractif de défiscalisation spécifique à l'outre-mer couvrant le financement de l'ensemble des besoins en logement (du logement social au logement libre).
9- développer l'emploi dans le domaine de l'agriculture par la mise en place d'un statut spécifique d'ouvrier agricole saisonnier et temporaire n'impactant pas les avantages sociaux des bénéficiaires (maintien du RSA).
10- développer l'emploi dans le domaine de l'environnement et du tourisme : mise en place d'un grand chantier à vocation environnemental et écologique (lutte anti-vectorielle, valorisation des espaces naturels) ; mise en place de défiscalisations spécifiques dans les secteurs de l'environnement et du tourisme (fiscalité verte pour la valorisation des déchets et l'incitation à l'utilisation d'énergies renouvelables, fiscalité incitative pour les équipements éco-touristiques).

L'ensemble des élus signataires de ce mémorandum rappelle que cette contribution propose des mesures concrètes sur 3 axes fondamentaux.
Nous nous exprimons résolument non seulement en faveur du rétablissement d'un climat social apaisé, mais surtout pour la mise en place des conditions d'un réel développement équilibré.
Nous rappelons que l'expression démocratique du mouvement des Gilets Jaunes doit être entendue, cependant nous déplorons et dénonçons toutes les exactions commises sur le territoire réunionnais qui ne sauraient être tolérées.
Nous appelons donc à la responsabilité de tous nos concitoyens, jeunes et adultes, afin qu'ensemble nous puissions porter de réelles mesures de développement pour notre île.

SIGNATAIRES

Parlementaires : David LORION, Vivianne MALET, Michel DENNEMONT

Maires : Bruno DOMEN, Michel FONTAINE, Stéphane FOUASSIN, Jean-Claude FRUTEAU, Daniel GONTHIER, Serge HOAREAU, Jean-Claude LACOUTURE, Patrick MALET, René MONDON, André THIEN AH KOON, Bachil VALY

Conseillers départementaux : Cyrille MELCHIOR, Jean-Marie VIRAPOULLE, Béatrice SIGISMEAU, Laurence MONDON, Claudette GRONDIN, Marie-Lyne SOUBADOU, Alain ARMAND, Marie-Paule BALAYA, Philippe POTIN, Augustine ROMANO, Enaud RIVIERE, Michèle CANIGUY, Patrick DORLA, Jacqueline HENRY, Daniel JEAN BAPTISTE dit PARNY, Rémy LAGOURGUE, Philippe LECONSTANT, Isabelle PAYET, Jacqueline SILOTIA, Emmanuelle SINACOUTY, Maryse DACHE, Yvette DUCHEMANN, Sergio ERAPA, Thérèse FERDE, Serge François HOARAU, Vivianne PAYET BEN HAMIDA, Giovanny POIRE, Guilaine QUESSOI, Sabrina RAMIN.

   

5 Commentaire(s)

EXCLUS, Posté
OU SONT LES AUTRES ÉLUS IL FAUT UN FRONT COMMUN IL MANQUE L ASSEMBLÉE UNIQUE LA RÉDUCTION DU NOMBRE D ÉLUS L INTÉGRITÉ DE CES ÉLUS ETC...
Guy, Posté
Maintenant, il faut être dans l'action et construire la Réunion de 2030.
Mettre notre île en zone franche, et former nos jeunes pour qu'ils restent travailler ici.Il faut aussi arrêter avec les monopoles des grandes familles qui épargnent vers les niches fiscales qui se trouvent à côté de nous...
Mekoué, Posté
Les " Gilets Jaunes " ne demandent ni aumône, ni passe droit, ils demandent simplement de ne plus être maltraités par les technologies et " autre bureaucratie légale " arrogante, tatillonne, arnaqueuse et inhumaine. ils demandent surtout de pouvoir vivre correctement et sans subsistes du fruit du travail fournit et à fournir par chaque individu.
Pour ce faire ils demandent en stoppant les automatismes outranciers en tout domaine, du travail comme il se doit pour TOUS et avec un pouvoir d'achat émanant de ce travail permettant de vivre correctement et sans quémander des additifs.
C'est possible il suffit simplement de mieux et plus équitablement répartir les richesses produites.
L'échelle des salaires se situant en moyenne entre 1 et 200, n'est plus tolérable.
C'est le monde d'en bas qui crée l'essentiel des richesses produites.
Z974, Posté
Vie Chère= monopole des supermarchés !
Que fais l etat???
Z974, Posté
La vie chère pour cause d'éloignement c'est une blague!!:
Casser le monopole des super Marché; leur imposer les mêmes marges qu'en métropole, elle est là la mesure et elle coute ZERO CENTIMES à l'état