La rencontre aura lieu à l'Elysée (actualisé) :

Grand débat : invités par Macron des élus iront à Paris, d'autres n'iront pas et les derniers réfléchissent


Publié / Actualisé
Imaz Press en sait désormais plus sur la rencontre qui aura lieu dans le cadre du Grand débat entre les élus ultramarins et Emmanuel Macron. Elle a été fixée au vendredi 1er février 2019 à 15 heures à Paris (18 heures à La Réunion) à l'Élysée. Tous les élus des outre-mer sont invités, a-t-on appris en début d'après-midi ce vendredi 25 janvier. À La Réunion, tous les maires, députés, sénateurs et les présidents du Département et de la Région ont donc été conviés. Reste à savoir qui fera le déplacement. Pour certains élus, cette rencontre initiée par le chef de l'État a un arrière-goût d'Assises des Outre-mer, la montagne qui avait accouché d'une souris. Et ils ne comptent pas se refaire avoir. D'autres élus iront parce qu'ils "veulent faire entendre la voix de La Réunion" et parce qu'ils sont "polis". Il y aussi des élus qui n'iront pas en raison "d'incompatibilité d'agenda". Et puis il y a ceux qui réfléchissent encore
Imaz Press en sait désormais plus sur la rencontre qui aura lieu dans le cadre du Grand débat entre les élus ultramarins et Emmanuel Macron. Elle a été fixée au vendredi 1er février 2019 à 15 heures à Paris (18 heures à La Réunion) à l'Élysée. Tous les élus des outre-mer sont invités, a-t-on appris en début d'après-midi ce vendredi 25 janvier. À La Réunion, tous les maires, députés, sénateurs et les présidents du Département et de la Région ont donc été conviés. Reste à savoir qui fera le déplacement. Pour certains élus, cette rencontre initiée par le chef de l'État a un arrière-goût d'Assises des Outre-mer, la montagne qui avait accouché d'une souris. Et ils ne comptent pas se refaire avoir. D'autres élus iront parce qu'ils "veulent faire entendre la voix de La Réunion" et parce qu'ils sont "polis". Il y aussi des élus qui n'iront pas en raison "d'incompatibilité d'agenda". Et puis il y a ceux qui réfléchissent encore

Il faut dire qu’à une semaine tout juste de l’événement, certains élus aimeraient y voir plus clair avant de prendre une décision car pour le moment aucune invitation officielle avec le cachet de l’Élysée ne leur est parvenu.

Les élus ont été contactés oralement par les services de la préfecture qui leur ont annoncé qu’Emmanuel Macron souhaitait rencontrer les élus ultramarins à Paris le 1er février prochain dans le cadre du grand débat national. Une invitation confirmée par l’Association des maires du département de La Réunion (AMDR). Mais au final, rien de la part de l’Élysée. Au vu de l’emploi du temps chargé du président de la République ces derniers temps (Emmanuel Macron est en tournée dans l’hexagone pour animer plusieurs débats publics et surtout, mettre un terme à la crise Gilets jaunes) certains élus péi attendent confirmation avant de s’envoler pour la métropole.

La peur du "qu’en dira-t-on" ?

Les prochaines élections municipales approchent à grands pas. Après une mobilisation des Gilets jaunes particulièrement suivie à La Réunion en novembre dernier, certains élus sont frileux à l’idée de rencontrer Emmanuel Macron, très contesté par  le mouvement. Des maires souhaitant se représenter se demandent comment cet entretien avec le président pourrait être perçu et attendent de voir comment leurs homologues réagissent avant de se lancer. Nos appels dans les différentes communes ont, parfois, donné lieu a ce genre d’interrogation " le maire de telle commune, il vous a dit quoi, il y va ? "

Ils ne sont pas sûrs d’y aller

Certains élus n’ont pas encore décidé. À Saint-Leu, Bruno Domen réfléchit encore.

Même chose du côté de La Possession, pour Vanessa Miranville " la priorité des priorités, c’est de faciliter la gestion locale du débat national, écouter les doléances des citoyens sur le territoire réunionnais ".

André Thien Ah Koon sera à Paris cette semaine là, mais rien ne dit que le maire du Tampon ira rencontrer Emmanuel Macron. 

Ericka Bareigts avait annoncé qu’elle participerait à cette rencontre mais elle attend encore d'avoir des précisions sur le déroulé de l’entretien " si cela se passe comme pour les Assises des Outre-mer, elle n’y sera pas " affirme son attaché parlementaire.

Même son de cloche du côté de Jean Hugues Ratenon, le député a d’ailleurs envoyé un courrier au président de la République ce jeudi 24 janvier pour avoir plus de détails sur l’événement. Il fera aussi un tour de l’île des Gilets jaunes ce week-end pour les consulter, en fonction de ces deux éléments, il répondra positivement ou pas à l’invitation d’Emmanuel Macron.

Ils y seront

Nadia Ramassamy sera au rendez-vous pour " faire entendre la voix des Réunionnais ".

Michel Dennemont sera du voyage " parce que je suis poli même si je ne me fais pas beaucoup d’illusions ". Le sénateur espère pouvoir discuter en tête à tête avec le président de la Carrière de Bois blanc dont " la validation du projet par le préfet va à l’encontre de l’avis de 60.000 personnes " selon lui.

Maurice Gironcel, le maire de Sainte-Suzanne sera de la partie " pour qu’on écoute et qu’on entende le malaise social qui couve à La Réunion " explique-t-il.

Stéphane Fouassin, le maire de Salazie et président de l’AMDR compte bien y aller même si il aurait préféré que ce soit une séquence régionale car " tous les élus ultramarins n’ont pas les mêmes revendications ".

Olivier Hoarau, l’édile du Port participera à ce grand débat ultramarin " je veillerai à ce que les inspirations des Réunionnais soient véritablement prises en compte " a-t-il affirmé.

Ils n’y seront pas

Jean-Claude Fruteau n’y sera pas.

Gilbert Annette non plus. " Mes obligations liées à la gestion communale ne me permettront pas d'assister à cet échange " explique l’édile par communiqué. En précisant ensuite qu’il avait déjà " à maintes reprises, évoqué les problématiques et les inégalités locales " et qu’il va s’atteler à " organiser donc le Grand Débat National avec, dès la semaine prochaine la mise à disposition d'un cahier de doléances dans les 18 mairies annexes du territoire ".

Nassimah Dindar ne fera pas partie de l’aventure pour une question logistique " la sénatrice sera en voyage à l’étranger, un voyage prévu de longue date " explique son attaché parlementaire.

Les autres élus n’ont pas donné suite à nos demandes d’interview, n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet ou n’ont pas reçu nos requêtes.

Les élus indécis ont encore quelques jours pour se décider. D’ici là, peut-être recevront-ils l’invitation officielle de l’Élysée avec les détails sur le déroulé de la rencontre, ce qui pourrait changer la donne. 

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Nassimah quelle honte , depuis son mobile, Posté
Elle se moque du monde c’est quoi la priorité ? C’est nous le peuple pas ses petits voyages à l’étranger et ses promenades. Honte à vous les sénateurs inutiles
Patou, depuis son mobile, Posté
débat national ou monologue du président...
pour Mme la mairesse, il faudrait déjà quelle écoute ces concitoyens avant d'écouter le président.
Eri974, depuis son mobile, Posté
C'est plus un renouvellement d'allégeance qu'autre chose: le roi compte ses soutiens.
Plus terre à terre: que les "élus" partent ou que Macron vienne, ça ne change en rien l'empreinte écologique. Ah bravo, les sermons écologiques du président ! Mais ça ne s' appliquent pas à lui !
Et à côté, les élus se vautrent en voyages professionnels avec des retombées plus qu'un certaines aux frais du contribuables, encore une fois. Ignorent-ils les visioconferences ?
CECCU , depuis son mobile, Posté
Vue le niveau intellectuel de certaines .........pour ne pas dire de nombreux ce serait bien qu'ils soient triés ça donnera une meilleure image de le Réunion
Dinarobin , Posté
Le président de region sera de la partie avec l'appareil photo du petit toutou suiveur...... mdr ! Gilet jaune i vient pour twoi bientôt , tu sais très bien que tes ateliers n'ont guère fonctionné , l'inquie Pèse !