Distance entre habitations et zones d'épandage (actualisé) :

Consultation publique sur les pesticides : la grande méfiance des associations


Publié / Actualisé
Le gouvernement a lancé, ce lundi 9 septembre, une vaste consultation publique sur les distances minimales à respecter entre habitations et zones d'épandage de pesticides. Une annonce qui n'a pas particulièrement mis en joie les associations écologistes à La Réunion. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le gouvernement a lancé, ce lundi 9 septembre, une vaste consultation publique sur les distances minimales à respecter entre habitations et zones d'épandage de pesticides. Une annonce qui n'a pas particulièrement mis en joie les associations écologistes à La Réunion. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Pour nous, c'est 0 pesticide sinon rien" assène Bertrand Astruc, co-coordinateur d'Oasis Réunion avec Simon Vienne. L'association milite depuis un moment maintenant pour l'interdiction pure et simple des pesticides à La Réunion. Alors, pour eux, autoriser l'épandage à condition qu'il soit à 5 ou 150 mètres des habitations, n'est pas une option.

"En autorisant l'épandage à une certaine distance, on fait croire que les pesticides ne se trouvent qu'à l'endroit où on l'a vaporisé, ce qui est totalement faux ! Ce sont des produits extrêmement volatiles, qui se répandent dans l'air, l'eau et la terre" explique Bertrand Artruc. Aux yeux de l'association, s'éloigner des habitations ne règlerait donc aucun problème.

Une position partagée par le collectif Cétanou, qui se dit "méfiant" vis-à-vis de cette consultation. "Imaginons que nous signons pour une autorisation à une certaine distance des habitations : cela pourrait être utilisé contre nous lorsque nous continuerons à militer pour l'arrêt des pesticides" explique Tara, militante de Cétanou. Elle craint qu'accepter un compromis sur la question pourrait alors se retourner contre l'association.

"De plus, cela semble compliqué à appliquer à La Réunion. Nous avons un territoire restreint, avec de grandes surfaces agricoles : est-il réellement possible de s'éloigner des habitations ?" s'interroge-t-elle. Un avis partagé par Bertrand Astruc. "Un arrêté du genre ne ferait que compliquer encore plus la tâche des agriculteurs finalement, qui ne font que respecter les lois, détaille-t-il. Ce qu'il faut changer, c'est tout le système d'agro-chimie actuel".

Geneviève Payet, conseillère Europe Ecologie les Verts, se réjouit cependant de la tenue de cette consultation. "Ça met sur le devant de la scène une problématique extrêmement importante, on peut au moins accorder cela à la consultation, explique-t-elle. Cependant, je pense que cette consultation pose une fausse question : ce n'est pas le métrage qui compte, mais tous les caractéristiques spécifiques de chaque territoire" continue-t-elle. Par ailleurs, elle s'inquiète surtout pour la santé des agriculteurs. "Ce sont les plus exposés aux pesticides, que l'on éloigne l'épandage ou pas, ils seront toujours en première ligne" termine-t-elle. Comme ses homologues, elle préconise donc un arrêt total de l'utilisation de pesticides.

Lire aussi : Planteurs attention, les pesticides menacent dangereusement votre santé

Du côté de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) de La Réunion, la réaction est cependant un peu plus mitigée. "De manière générale, on évite de plus en plus d'utiliser des pesticides" explique Floris Carpay, membre de la Fédération. Il indique par ailleurs que les agriculteurs suivront bien évidemment la législation si un arrêté devait être pris. "Le problème c'est que c'est difficilement réalisable avec la géographie réunionnaise. Nous sommes prêts à le faire si besoin, mais il faudra que l'Etat nous soutienne dans l'effort" indique-t-il. La Chambre d'agriculture, elle, malgré nos sollicitations, n'a pas donné suite à nos appels.

Il semblerait en tout cas que cette annonce ait été précipitée par les nombreuses initiatives prises par des maires en métropole afin d'interdire tout simplement les pesticides à proximité des habitations. A voir ce qu'il ressortira finalement de cette consultation.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com
 

   

2 Commentaire(s)

Jacobus, Posté
Diablement difficile, même présentement impossible de trouver l'adresse URL du site... Quoi que, ça ne m'étonne pas. Vous l'avez peut-être ? Cdlmt. JV
Titi974, Posté
J'invite simplement ces deux crétins sur une exploitation agricole et leur demande aussi comment ils comptent faire pour empêcher les produits traités d'entrer à la Réunion.
Déjà qu'on arrive pas à concurrencer les produits d'importation, .
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)