Suite à l'accord entre le gouvernement et les représentants du BTP :

Les architectes refusent une reprise "à risque" des chantiers


Publié / Actualisé
La ministre du Travail Muriel Pénicaud s'est dite "heureuse" ce samedi 21 mars d'avoir trouvé un accord avec le BTP pour une reprise du travail sur les chantiers. Le chef de l'Etat, pour sauvegarder l'économie du pays, demande ainsi à chacun d'assurer la poursuite de son activité "dans des conditions de sécurité sanitaire satisfaisantes". Les entreprises du bâtiment et des travaux publics sont en première ligne. Ce dimanche, le Conseil de l'Ordre des Architectes Réunion-Mayotte réagit et refuse de prendre le moindre risque dans le contexte sanitaire actuel. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La ministre du Travail Muriel Pénicaud s'est dite "heureuse" ce samedi 21 mars d'avoir trouvé un accord avec le BTP pour une reprise du travail sur les chantiers. Le chef de l'Etat, pour sauvegarder l'économie du pays, demande ainsi à chacun d'assurer la poursuite de son activité "dans des conditions de sécurité sanitaire satisfaisantes". Les entreprises du bâtiment et des travaux publics sont en première ligne. Ce dimanche, le Conseil de l'Ordre des Architectes Réunion-Mayotte réagit et refuse de prendre le moindre risque dans le contexte sanitaire actuel. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Dans un accord publié par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, on peut lire ceci : "Depuis plusieurs semaines, notre pays fait face à la propagation d'une épidémie sans précédent, conduisant le chef de l'Etat à demander à chacun d'assurer la poursuite de son activité dans des conditions de sécurité sanitaire satisfaisantes. Les entreprises du bâtiment et des travaux publics sont essentielles à la vie économique du pays et à son fonctionnement, en contribuant à des besoins du quotidien des Français comme le logement, l'eau, l'énergie, la gestion des déchets, les transports et les télécommunications. Il est donc nécessaire d'oeuvrer à la poursuite de leur activité, pour éviter une mise à l'arrêt totale des chantiers, qui déstabiliserait non seulement les entreprises concernées mais aussi l'ensemble de la chaîne économique."

Ce dimanche 22 mars, l'ordre des architectes dit s'opposer fermement à toute reprise "à risque" des chantiers.

Voici leur communiqué :

"Nous venons de prendre connaissance de l'accord du gouvernement avec les représentants des artisans et entreprises du BTP sur la reprise des chantiers. C'est oublier qu'il ne peut y avoir de reprise de chantier sans la maîtrise d'ouvre et la décision de la maîtrise d'ouvrage. Ce sont les architectes, et leurs vingt mille entreprises réparties sur l'ensemble du territoire, qui gèrent les chantiers, coordonnent l'intervention des entreprises et conseillent les maîtres d'ouvrage.

Les architectes ont organisé en urgence la sécurisation et les arrêts de chantier ce début de semaine avec les entreprises du BTP. Ils l'ont fait en concertation avec la maîtrise d'ouvrage, et en cohérence avec les déclarations du Président de la République et du Premier Ministre le week-end dernier.

Ils ne pourront s'occuper de leur réouverture et de la reprise des travaux que si les conditions le permettent, conditions et garanties qu'ils évalueront avec les coordonnateurs SPS, les entreprises et la maîtrise d'ouvrage. Ils sont prêts bien évidemment à apporter leur expertise pour cela, auprès du conseil scientifique ou de toute autre instance.

Le Conseil National de l'Ordre des Architectes rappelle néanmoins que les chantiers sont arrêtés en Italie, et que pendant deux mois toute activité économique a été suspendue en Chine à l'exception de l'industrie médicale et de l'alimentation. Aujourd'hui les timides reprises des chantiers en Chine se font avec des mesures drastiques qui nécessitent des moyens et du matériel qui manquent cruellement en France.

Avant de faire prendre des risques aux ouvriers, alors que le discours officiel est un confinement renforcé de la population, le gouvernement doit donc peser l'impact d'une décision qui risque d'être éphémère.

Nous considérons que les conditions ne sont pas remplies pour une reprise rapide des chantiers, et nous ne le permettrons pas si nous estimons qu'un seul acteur, maître d'ouvrage, entreprise ou maîtrise d'oeuvre prend des risques inconsidérés pour des motifs macroéconomiques. Il faut par contre mettre en place ce que nous réclamons depuis plusieurs jours, à savoir le service minimum d'intérêt général qui s'impose, pour répondre aux besoins d'urgence
chez les particuliers et dans les bâtiments de service public. Il ne faut pas aller au delà aujourd'hui.

Rappelons que les chantiers de bâtiment ne pourront reprendre sans l'accord des architectes. Remettre en marche la filière nécessite une vision globale. Les entreprises de travaux constituent un maillon de la chaîne qui comprend la conception, la prescription, la disponibilité et la livraison des matériaux et matériels, le suivi des travaux, et la maîtrise d'ouvrage qui a la responsabilité de l'ouverture et de la fermeture des chantiers.

Il est donc indispensable d'associer la maîtrise d'oeuvre, et les architectes qui interviennent tout le long du processus et engagent leur responsabilité sur la construction, aux discussions concernant ce secteur essentiel à la bonne marche de notre économie. Nous l'avons indiqué hier par courrier au premier Ministre.

Denis Dessus
Président du Conseil national de l'Ordre des Architectes
"

   

9 Commentaire(s)

Tony, Posté
L'économie passe avant les gens..... mais soyons raisonnable la ministre a qu'a montrer l'exemple et venir travailler sur les chantiers une semaine....mais moi je lui choisis les chantiers .....
Mafaoc, Posté
Assis à 50 cm dans les camions les équipes font comment... Sa fait bientÃ't une semaine que on reste enfermé et que il faut un papier pour aller chercher du pain et la on veut les envoyé à la morgue ou quoi nous importe quoi...
Ver, Posté
FRBTP et les autres et Mr Balmine lorsque La ministre derriére son écran a traité le BTP de défaitiste avec colére bla bla vous aviez exposé on ne peut plus clair les risques par écrit et là vous retournez votre veste !!! sous conditions c'est de la poudre aux yeux c'est pour amorcer votre ramassis de vomissure moi je suis dirigeante de PME et je refuse d'exposer mes salariés et leur famille pour le profit et payer pour les indemnités à vie de ces dictateurs pourquoi c'est vous qui décidez pour les autres.Restez confiné mais allez risquer de crever?ils ont une conscience ???et la rénovation les familles on les oblige aussi à nous laisser entrer chez eux?
Mano, Posté
Selon l'OPPBTP....augmentation des accidents de travail en 2018% 2017, moins de décès 107/120, mêmes causes : manutention manuelles et chutes de hauteur...le virus serait susceptible d'aggraver la situation.... sous réserve qu'il soit considéré comme une cause d'accident de travail....bref, je pense que chaque chantier est un cas particulier et nul doute que chaque partenaire au sein d'un projet est à même d'évaluer les risques et de décider ensemble des suites à donner.L'OPPBTP définira un protocole à respecter par tout un chacun....bien sÃ"r il y a aussi le chÃ'mage partiel...
Frigidaire, Posté
Et les syndicats de travailleurs qui peuvent mettre en avant ma dangerosité de reprendre le travail dans les conditions actuelles.
Jojo, depuis son mobile, Posté
La ministre du Travail c'est Muriel Pénicaud. Elisabeth Borne c'est les transports
Ginette, Posté
D'accord avec l'ensemble. Mais surtout que tous les employés soient très bien équipés contre le virus et tout ce qui s'y rattache : livreurs etc.
Nout pei, Posté
Mais à quoi joue ce gouvernement ! Un Président qui soit disant tape les poings sur la table parce qu'ils y a des gens qui respectent pas son ordre de confinement, il n'arrive pas à mettre les moyens pour faire face aux besoins des soignants, les forces de l'ordre sont contaminées parce qu'ils ont été exposés au plus près des porteurs du virus sans un équipement de protection optimale... et là il voudrait que les ouvriers du BTP retournent sur les chantiers disséminés aux 4 coins pour avoir encore des personnes contaminées. Quand on sait que travailler dans ce secteur, il y a une grande promiscuité. Déjà que les entreprises ont du mal pour faire respecter les consignes de sécurité liées à l'activité elle-même (avec les Accidents Travail) et ce Président et ces ministres croient vraiment que les consignes sanitaires (port de masque sanitaire) vont êtres suivies strictement alors que les ouvriers portent déjà un important EPI.
Les architectes ont bien raison, une reprise d'activité n'est possible qu'une la situation de crise sanitaire complètement résolue.
Les ministres de ce gouvernement doivent arrêtés de se contredire les uns autres aux autres. Entre celui qui dit vous pouvez aller faire un jogging (Ministre Intérieur), un autre rester confiné (Ministre Santé), un autre aller travailler (Ministre travail)...

Mettez d'abord les moyens humains et matériels pour crises
Elo974, Posté
C'est une blague mon mari travail dans le btp si il est contaminer et ramenne ce virus a la maison et que mes enfants asthmatiques l'attrapent qui sera responsable.