Tout l'Outre-mer est concerné :

Coronavirus : interdiction des vols entre l'Hexagone et La Réunion à partir de ce lundi


Publié / Actualisé
Les vols entre la Métropole et les départements et collectivités d'Outre-Mer (Martinique, Mayotte, Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Saint Martin et Saint-Barthélemy) seront interdits à partir de lundi minuit et jusqu'au 15 avril, selon un arrêté publié dimanche au Journal Officiel.
Les vols entre la Métropole et les départements et collectivités d'Outre-Mer (Martinique, Mayotte, Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Saint Martin et Saint-Barthélemy) seront interdits à partir de lundi minuit et jusqu'au 15 avril, selon un arrêté publié dimanche au Journal Officiel.

Les déplacements entre ces îles est également interdit sauf dérogation pour des motifs "impérieux d'ordre personnel ou familial", de "santé relevant de l'urgence" ou "professionnel ne pouvant être différé", selon ce qu'indique cet arrêté du 21 mars.

"La situation sanitaire propre à l'insularité, à l'isolement et à l'éloignement des territoires ultra-marins du reste du territoire national, caractérisés par les difficultés majeures auxquelles ces territoires seraient confrontés en cas de propagation massive due à des cas d'importation du virus par voie aérienne" justifient ces mesures déjà annoncées la semaine dernière par les préfectures de ces territoires, selon l'arrêté.

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l'une des exceptions mentionnées doivent présenter au transporteur aérien lors de leur embarquement les documents justifiant du motif et une déclaration sur l'honneur, précise l'arrêté.

L'Etat précise que cette mesure ne fait pas obstacle au retour dans l'hexagone des touristes partis en outre-mer, ni de résidents ultramarins qui étaient partis pour un court séjour dans l'hexagone et n'auraient pas de solution pour y rester.

Le gouvernement a également demandé aux compagnies aériennes de rester mobilisées pour assurer une continuité minimale des liaisons aériennes avec les territoires ultramarins.

L'arrêté en question :

"Sont interdits jusqu'au 15 avril 2020, sauf s'ils relèvent de l'une des exceptions mentionnées au II, les déplacements de personnes par transport commercial aérien :
" - au départ du territoire hexagonal et à destination de La Réunion, Mayotte, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin et Saint-Barthélemy ;
" - au départ de l'une de ces collectivités et à destination du territoire hexagonal ;
" - au transport commercial aérien entre ces collectivités.

II. - Par dérogation au I, restent autorisés les déplacements justifiés par l'un des motifs suivants :

" - motif impérieux d'ordre personnel ou familial ;
" - motif de santé relevant de l'urgence ;
" - motif professionnel ne pouvant être différé.

Les personnes souhaitant bénéficier de l'une des exceptions mentionnées au II présentent au transporteur aérien lors de leur embarquement un ou plusieurs documents permettant de justifier du motif de leur déplacement accompagnés d'une déclaration sur l'honneur de ce motif.

Les dispositions du présent article s'appliquent aux vols dont le décollage est prévu à compter du lundi 23 mars 2020 à zéro heure."

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com avec AFP

   

5 Commentaire(s)

Clack Hanoo, Posté
Il ne s'agit pas de suppression des liaisons aériennes avec la métropole, et le retour des réunionnais en séjour en métropole setaient autorisés. Et M. le Préfet considère que ce serait un manque d'humanité que de les bloquer en métropole. On partage ou on ne partage pas. Pour une fois, nous allons devoir compter sur notre responsabilité dans la mise en oeuvre des mesures. Il faut accepter de s'émanciper.
RIPOSTE974, Posté
En attendant K ' bri i manz salade verte , vu la situation en ce moment .
Noel, Posté
L'arrêté ne parle pas d'interdiction des vols, mais des déplacements des personnes PAR TRANSPORT COMMERCIAL AÉRIEN
Art. 7 ter A . - I. - Sont interdits jusqu'au 15 avril 2020, sauf s'ils relèvent de l'une des exceptions mentionnées au II, les déplacements de personnes par transport commercial aérien
SOWETO, Posté
TROP TARD MONSIEUR LE PREFET ET MADAME L'ARS LE MAL EST FAIT ET LA MALADIE NOUS GUETTE. AVEZ-VOUS ENCORE LA CONSCIENCE TRANQUILLE? J'EN DOUTE.
Tia maca, Posté
Ca arrive un peu tard. Le "mal" est déjà là.... depuis le temps que nous le demandions il aura fallu quoi pour qu'il comprenne enfin.