En première ligne face au Covid-19 :

La revanche de ces métiers (injustement) dévalorisés


Publié / Actualisé
Caissiers, enseignants, éboueurs, infirmiers, pompistes etc, ces corps de métier sont régulièrement injustement dévalorisés. Pourtant, ils agissent au quotidien, dans l'ombre, en apportant des services essentiels à la société. En ces temps de confinement, et d'épidémie de Covid-19, ces personnels leur revanche. Bravant le danger et les risques sanitaires pour permettre à La Réunion de ne pas sombrer dans un chaos total, ils sont passés de l'ombre à la lumière. L'épidémie aura enfin réussi à changer les regards de la population sur ces personnes, et ces métiers qui méritent le même respect que toute autre profession. Pourvu que ça dure... (Photo rb/www.ipreunion.com)
Caissiers, enseignants, éboueurs, infirmiers, pompistes etc, ces corps de métier sont régulièrement injustement dévalorisés. Pourtant, ils agissent au quotidien, dans l'ombre, en apportant des services essentiels à la société. En ces temps de confinement, et d'épidémie de Covid-19, ces personnels leur revanche. Bravant le danger et les risques sanitaires pour permettre à La Réunion de ne pas sombrer dans un chaos total, ils sont passés de l'ombre à la lumière. L'épidémie aura enfin réussi à changer les regards de la population sur ces personnes, et ces métiers qui méritent le même respect que toute autre profession. Pourvu que ça dure... (Photo rb/www.ipreunion.com)

- "Si tu ne travailles pas tu deviendras caissier ou éboueur" -

Les caissiers et les éboueurs sont malheureusement des cibles faciles. Nombre de parents n’hésitent pas à faire peur à leurs enfants en prenant ces métiers comme exemple d’échec scolaire ou professionnel.

Sans caissier, les supermarchés fermeraient car force est de constater que malgré le développement des caisses automatiques, les Réunionnais restent adepte du bon vieux tapis roulant et du caissier qui scanne chaque produit. De même, sans éboueurs, nos poubelles déborderaient en ces temps de crise. Outre le rôle essentiel de ces femmes et de ces hommes,  rappelons que ce sont des métiers, exigeants tant en terme d’effort physique que de résistance mental, devant  affronter les mouvements d’humeur ainsi que les quolibets des usagers. 

- "Si tu ne réussis pas ta fac de médecine, tu ne seras qu’un simple infirmier" -

Les infirmiers sont eux aussi malmenés en temps normal. Considérés comme subalternes des médecins, leurs compétences sont régulièrement minimisées, voire remises en cause par certains patients qui préfèrent exiger de " voir un docteur ". En première ligne dans cette crise sanitaire, les infirmiers ont tout simplement démontré combien leur rôle est indispensable  au bon fonctionnement des soins et du système de santé français. Ne comptant par leurs heures en ces périodes sombres, beaucoup sacrifient leur vie de famille pour la santé d’illustres inconnus qu’ils ont à cœur de soigner et de guérir.

- "De toute façon les enseignants, ils ne font rien et ont 4 mois de vacances par an" -

Nous ne pouvons pas ne pas évoquer le cas des enseignants, critiqués, malmenés, menacés voire agressés par certains parents qui remettent en cause leur professionnalisme et les considèrent comme paresseux. En ces temps de confinement, nombre de parents ont été obligés de se muer en professeur, découvrant tout la difficulté et toutes les subtilités de ce métier. Oui, être enseignant, ce n’est pas tenir une garderie, ni profiter des vacances pour se dorer la pilule au soleil. Enseigner, c’est faire preuve de pédagogie et de patience. Alors, pour les parents qui s’arrachent actuellement les cheveux avec leur(s) enfant(s) alors que les enseignants en gèrent 15, 20 voire 30, les regardes vont très certainement évoluer.

- Il y aura un avant et un après covid-19 -

Cette phrase est une réalité dans bien des domaines. En termes de consommation, les habitudes vont certainement évoluer, laissant place à davantage de solidarité et de consommer local. Dans le domaine de la santé, cette crise va indéniablement pousser les pouvoirs publics à revoir de fond en comble le système de santé (et notamment hospitalier) français. D’un point de vue social, après ce mois et demi de confinement qui aura mis les nerfs à rudes épreuves, beaucoup prendront conscience de la valeur de la liberté, de la vie sociale et du fait de profiter de chaque instant que la vie nous offre.

D’un point de vue sociétal, gageons que le regard de la société évoluera enfin, et durablement, et que tous les métiers seront enfin respectés et valorisés, car c’est dans les pires moments qu’ils sont plus que jamais présents pour assurer, en réalité, la continuité de ce qu’ils font au quotidien.

Respect !

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Mariegaïa, Posté
Encore une fois je constate amèrement que les grandes oubliées se sont nous les auxiliaires de vie/assistantes de vies enfin tous les personnels de l'intervention à domicile sachant que nos rÃ'les sont hyper importants pour toutes les personnes en perte d'autonomie temporaire ou définitives sachant que nous sommes souvent les seuls personnes que nos aînées voient dans leur journée et personne ne s'inquiète de savoir si nous sommes protégées afin de protégées les personnes que l'on assistent dans les gestes de leur vie quotidienne (toilettes, lien social, aide à la préparation et à la prise de leur repas, et bien d'autres missions primordiales dans l'échelle des besoins de Maslow)
Bussy, Posté
BRAVO pour cet article qui reflète bien les idées reçues que l'on se fait sur les différents corps de métier.
Dans la vie de tous les jours nous avions besoin de tout ces différents métiers.
Le médecin travaille avec une équipe pluridisciplinaire composée d'infirmières, d'aides soignant, aide medico psychologique, auxiliaire de vie...
Merci de reconnaître enfin que tout le monde est utile dans ces moments difficiles.
Mano, Posté
Une remise en question de la Société ? Les faits, hélas, nous ont montré que l'être humain fait fi de ses errements ou erreurs...seul être vivant à buter sur le même obstacle...à maintes reprises...RESPECT....à réintégrer dans notre savoir être.....
Yae, Posté
Vous oubliez les administratifs. Ceux qui traitent vos demandes de prestations sociales, vos indemnités journalières, vos pensions .
Vous oubliez les conseillers des assurances et banques. Ceux qui traitent vos demandes de crédit, vos contrats d assurance.
Car la machine ne peut rien sans eux.
Un avant et un apres covid 19 ? bullshit, Posté
En 2008 apres le krach boursier, rien n'a changé et tout est reparti exactement comme avant. Nuit debout, gilets jaunes, occupy wall street ont ete reprimés à coup de matraque et les poussée facho ont ete jugulées.