Covid-19 :

Cas importé ou cas autochtone, on vous explique la différence


Publié / Actualisé
Ce mardi 31 mars 2020 marque le début de la troisième semaine de confinement à La Réunion comme en Métropole. L'occasion de faire un retour rapide sur la différence entre les cas de covid-19 importés et les cas autochtones. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 31 mars 2020 marque le début de la troisième semaine de confinement à La Réunion comme en Métropole. L'occasion de faire un retour rapide sur la différence entre les cas de covid-19 importés et les cas autochtones. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

- Cas importé  -

Il s'agit des personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire de La Réunion, et qui ont déclaré les premiers symptômes une fois de retour dans l'île. Il s'agit par exemple du premier cas qui a été confirmé dans l'île, un homme de 80 ans qui était en vacances dans les Bahamas, et qui a contracté le virus lors de son séjour.

- Cas de transmission locale -

D'autres personnes peuvent tomber malades au contact de cas importés : on parle donc de cas de transmission locale direct, c'est-à-dire des personnes ayant été en contact direct avec des personnes tombées malade en dehors du territoire. Il y aussi des cas indirectement liés à des cas importés, c'est-à-dire qu'ils ont été contaminés par une personne ayant elle-même contracté le virus auprès d'un cas importé. "Ce sont parfois des contacts de contacts, et finalement cette chaîne ramène à des cas importés, souvent de Métropole", explique le docteur François Chièze de l'ARS.

A l'heure actuelle, au moins 153 des 224 cas confirmés sont importés. 9 personnes sont des cas de transmission locale direct et 27 sont des cas indirects. Les cas importés représentent 68% des cas.

- Cas autochtone -

Les cas autochtones sont des personnes ayant été contaminées à La Réunion même et qui n'ont aucun lien direct ou indirect avec les cas importés. On parle donc d'"autochtone" car le virus a été contracté sur l'île, sans que l'on puisse retracer la chaîne de transmission.

A noter que depuis le début de l'épidémie, le terme "autochtone" a été utilisé de manière erronée, y compris parfois par les autorités sanitaires, à l'oral. En effet, le mot a servi à de nombreuses reprises à décrire les cas de transmission locale, qui ne sont en réalité pas autochtones puisqu'elles étaient liées, directement ou non, à des cas importés.

"Dans le cas d'un autochtone, on ne retrouve pas la filiation, comme s'il y avait un chaînon manquant", indique le docteur Chièze. "Cela signifie donc que le virus circule de façon autonome sur l'île." Il ne dépend plus en effet de cas importés dans ce cas. Le risque est que la maladie se poursuive, même si plus aucun voyageur ne fait son entrée sur le territoire réunionnais.

Un premier cas autochtone, sans lien a priori direct ou indirect avec des voyageurs ou d’autres cas déjà connus, a été identifié dans un centre d'hébergement et de réinsertion sociale. Il s’agit d’un homme de 47 ans qui est actuellement hospitalisé au CHU Nord.

 

L'évolution des cas confirmés à La Réunion depuis le 11 mars, jour par jour :

 

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

Debian, Posté
N'a point de cas autochtone ici. Le covid 19 la arrive en avion. Zot y croit que tt domoun la rentre de France où d'ailleurs la rest confiné zot case.non..c'est à partir de là que la commence propagé.z'otorité la laiss rentrer exprès comme ça ait y gagn un pé travail, zot y croyé gagne zer la situation ben non zot lé dépassé.avec le manque de masques,gel, blouses, équipements pour les tests et les cris d'alerte des personnels de santé sans oublier les poursuites judiciaires que y attend à zot (are, préfet, hommes politiques qui ont promis des choses.....). Maintenant que les cas y augmente la zot y mett do Moun en 14 zen lé trop trop tard.le seul z'affair qui faut faire c REST ZOT CASE, PROTÈGEa zot bien et zot famille. Bon courage à tous..
Daniel FAIVRE, Posté
L'ARS ne communique pas assez sur les porteurs sains une communication, ou vidéo sur ce sujet inciterait les personnes a restez confiné
Sapoties, Posté
Évidemment que les cas ont été importés et, évidemment qu'ils se sont propagés! Tous les Réunionnais l'ont vu venir et ont supplié que l'on ferme Gillot, mais les Elus, comme d'habitude, attendent que le mal soit fait pour réagir et, maintenant on nous fait un cours sur les cas importés et les cas autochtones, SUPER, c'est trop génial et ça nous fait vraiment une belle jambe.
Ramier, Posté
Tout à fait d'accord jacques. Si dès le début le Préfet avait pris la décision de confiner ces arrivants ds des lieux dédiés, nous n'en serions pas à ce stade de contagion. Ce n'est pas aujourd'hui avec les 3 pekins qui débarquent qu'on le fait . Trop tard le virus est partout. Pourquoi ne pas citer les villes où il est le plus présent ? Le nombre de cas est bien au delà que ce que l'on ns annonce.
Tc 974, Posté
Laisser entrer le virus et après venir dire que maintenant le confinement devient plus strict alors qu'il y a par hasard un cas autochtone c louche. Donc le monsieur s'est contaminé tout seul? Vu que les voyageurs infectés ne respectent pas leur confinement, il suffisait que ce monsieur soit proche d'eux sans les connaitre. Bravo les autorités
Gillet vert, Posté
Mr chiez le coronavirus a ete enmener dans notre ile il n est pas de chez nous ce n est pas une maladie auctotone les contaminés circulent partout ils laissent leurs microbe et ceux qui vient derrière est cuit et pis c est tout
Jacques, Posté
"Le risque est que la maladie se poursuive, même si plus aucun voyageur ne fait son entrée sur le territoire réunionnais."
Avoir laissé grand ouvert pendant plus d'un mois l'aéroport a été la plus grosse connerie.
Tous ces écervelés qui sont partis et revenus ont ramenés le virus ici, nous sommes tous confinés à cause d'eux.
On savait tous que le virus se développait partout dans le monde, et que les transports étaient les meilleurs lieux de contamination, aérogares, aéroports compris.