Développement du dépistage à La Réunion :

Plus de 700 tests par jour au lieu de 75 avant le 22 mars


Publié / Actualisé
La Réunion reste au stade 2 de l'épidémie pour l'instant. Cela signifie vouloir limiter la propagation de la maladie sur le sol réunionnais. Le nombre de prélèvements dépasse les 700 tests par jour au lieu de 75 avant le 22 mars, a indiqué la directrice de l'ARS, Martine Ladoucette. Le taux de positivité est d'un peu moins de 8%. Nous publions ci-dessous le communiqué de la préfecture. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La Réunion reste au stade 2 de l'épidémie pour l'instant. Cela signifie vouloir limiter la propagation de la maladie sur le sol réunionnais. Le nombre de prélèvements dépasse les 700 tests par jour au lieu de 75 avant le 22 mars, a indiqué la directrice de l'ARS, Martine Ladoucette. Le taux de positivité est d'un peu moins de 8%. Nous publions ci-dessous le communiqué de la préfecture. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

- La stratégie de dépistage a évolué de la mi-février à aujourd’hui -

Dès mi-février :

Le laboratoire du CHU nord a été opérationnel pour réaliser les analyses biologiques Covid. Au regard de l’évolution de la situation internationale, et conformément aux instructions nationales, les critères de dépistage ont dans un premier temps ciblé les voyageurs de retour de zones à risque, avec une définition des zones à risque qui s’est progressivement élargie au fur et à mesure de l’évolution de la situation internationale, puis qui a intégré d’abord les régions métropolitaines les plus touchées, ensuite l’ensemble de la métropole.

Ce dispositif s’est appuyé et s’appuie encore sur une information large des voyageurs rappelant l’importance de se signaler au SAMU-Centre 15 en cas d’apparition de symptômes au retour de voyage.

Les indications de dépistage se sont progressivement élargies également à des notions de contacts auprès de voyageurs que ces derniers aient été diagnostiqués ou pas.

- A partir du 27 février -

Les dépistages ont également concerné les pneumopathies sévères hospitalisées non directement liées à une notion de voyage.

Depuis la semaine dernière :

Des laboratoires privés sont également en charge du dépistage (Réunilab, Laboratoire de Biologie Médicale de Saint-Benoît, Cerballiance) et permettent dorénavant d’élargir largement les indications de dépistage sur prescription de médecins généralistes, et notamment pour :

- les personnes symptomatiques fragiles (personnes âgées, personnes atteintes de pathologies chroniques, femmes enceintes) ;
- les soignants de retour de voyage à J 5 ou ayant été en contact avec un patient Covid-19 et les soignants symptomatiques
- les personnes asymptomatiques ayant eu un contact étroit avec un patient Covid et vivant avec une personne fragile
- les personnes asymptomatiques de retour de métropole et devant travailler en contact avec les publics
- les nouveaux entrants en EHPAD ou en établissement pour personnes en situation de handicap ou encore pour les admissions en établissements de santé de personnes ayant voyagé dans les 15 jours précédents.

Le dispositif de dépistage s’est ainsi progressivement renforcé :

• 20 à 100 analyses/jour de mi-février au 22 mars

• 200 à 300 analyses/jour jusqu’au 29 mars

• 600 à 800 analyses/jour depuis le 30 mars  (575 analyses réalisées le 31/03 et 756 le 01/04).

Au total :

Plus de 4000 analyses ont été réalisées depuis début mars pour 321 cas confirmés sur la période, soit un taux de positivité de 7,5 %, relativement bas confirmant une large activité de dépistage actuellement par rapport au nombre de cas effectivement confirmés.

Maintien et renforcement du " contact tracing "

Le " contact-tracing " mis en place par l’ARS, en concertation avec Santé Publique France, est un dispositif qui a pour objectif d’identifier et de rappeler toutes les personnes ayant été en contact proche avec un cas confirmé de Coronavirus pendant sa période de contagiosité et avant qu’il n’ait été confirmé (on parle de "sujets contacts" ou de "contacts").

Concrètement, comment se passe le contact-tracing ?

Etape 1 : appel téléphonique du cas confirmé

Dès la réception par l’ARS des résultats d’analyse, le cas confirmé de Corconavirus est enquêté sans délai par les équipes de Santé Publique France afin de :

·         retracer son parcours ;

·         déterminer une hypothèse de contamination ;

·         identifier toutes les personnes considérées comme " contact ".

Cela peut concerner :

·         l’entourage proche : famille, amis, personnes ayant participé à un évènement en commun (repas, activités) ;

·         l’entourage professionnel proche ;

·         les personnes ayant voyagé à coté dans un avion (classiquement sont considérés comme " contacts " les personnes assises sur les 2 rangées de devant, de derrière et sur les côtés du cas).

Etape 2 : réalisation d’une enquête

L’ARS procède sans délai au rappel individuel de tous les " contacts ". L’entretien téléphonique avec un " contact " permet de :

·         S’assurer de son état de santé et l’orienter sans délai vers le SAMU-Centre 15 en cas d’identification de symptômes ;

·         Lui demander un confinement strict pendant les 14 jours suivants le dernier contact avec le cas confirmé ;

·         Lui demander la réalisation d’une auto-surveillance de son état de santé (avec prise de température quotidienne) pendant toute la période de quatorzaine

·         Lui demander de rappeler tous les jours un numéro vert mis à sa disposition pour s’assurer de son suivi et du maintien de son confinement.

En complément, un lot de 5 masques lui est livré par transporteur privé pour garantir son isolement strict vis-à-vis de son entourage proche, ainsi qu’un formulaire rappelant toutes les consignes d’isolement et de suivi déjà expliquées par téléphone.

Etape 3 : suivi des personnes contacts et des voyageurs

·         Le dispositif de suivi des personnes " contacts " est actuellement renforcé à 2 niveaux :

-      A mi-parcours de leur quatorzaine : les contacts qui ne rappellent pas régulièrement le numéro vert mis à leur disposition sont rappelés (dans le cadre d’une collaboration avec le centre d'investigation clinique du CHU) pour s’assurer du maintien de leur isolement et de leur bon état de santé (si des symptômes sont signalés, la personne est orientée vers le SAMU-Centre 15).

-      En fin de quatorzaine : ces mêmes contacts sont également rappelés une dernière fois pour s’assurer de leur état de santé et leur signifier la fin des mesures d’isolement strict (tout en étant bien sûr toujours soumis aux règles de confinement actuel en population générale).

   

3 Commentaire(s)

Jakdi, Posté
800 000 habitants / 700 tests par jour = il nous faudra 1243 jours pour tester la population réunionnaise !! ha ha ha !! ben voyons !! on a tout notre temps
Volcan974, Posté
Règles de mathématiques 700 dépistés à hauteur de 8% de positivités ça fait 56 non 13 soit y prends à nous pour couillon soit c'est 2 pour cent donc l ARS et la préfecture y connaît pas compter comme les masques d ailleurs
Didier, Posté
Moins de 0,1 % de la population . Ridicule ,lamentable , honteux ....