Des soignants s'interrogent sur le bien-fondé de la décision :

Covid-19 : le Rivotril peut désormais être prescrit pour des soins palliatifs


Publié / Actualisé
Dans une note partagée avec les professionnels de santé, le Syndicat des Pharmaciens a informé que les médecins étaient désormais autorisés à prescrire du Rivotril, un antiépileptique, dans "l'accompagnement en soins palliatifs de malades du covid-19 en état d'asphyxie et ne pouvant être admis en réanimation ou pour lesquels une décision de limitation de traitements actifs a été prise". L'initiative alerte certains professionnels de santé, qui y voient une façon de ne pas encombrer les services de réanimation. Cette recommandation concernerait surtout les EHPAD d'après un soignant. "On peut abréger la vie d'un pensionnaire d'un EHPAD en état d'asphyxie pour libérer les places en réanimation" s'indigne ce dernier. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Dans une note partagée avec les professionnels de santé, le Syndicat des Pharmaciens a informé que les médecins étaient désormais autorisés à prescrire du Rivotril, un antiépileptique, dans "l'accompagnement en soins palliatifs de malades du covid-19 en état d'asphyxie et ne pouvant être admis en réanimation ou pour lesquels une décision de limitation de traitements actifs a été prise". L'initiative alerte certains professionnels de santé, qui y voient une façon de ne pas encombrer les services de réanimation. Cette recommandation concernerait surtout les EHPAD d'après un soignant. "On peut abréger la vie d'un pensionnaire d'un EHPAD en état d'asphyxie pour libérer les places en réanimation" s'indigne ce dernier. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le Rivotril, habituellement utilisé pour soigner les crises épileptiques, n'est que très peu prescrit à La Réunion. En cause : un détournement de son usage à titre récréatif par de nombreuses personnes, qui l'associent avec de l'alcool. Nombre de pharmaciens refusent donc d'en délivrer.

Depuis le 29 mars, il est désormais possible pour les médecins d'en prescrire sous forme injectable, et ce jusqu'au 15 avril. On appelle cela une prescription hors "Autorisation de mise sur le marché".

"Il peut arriver que des médecins décident d'utiliser certains médicaments hors AMM, mais cela n'est normalement pas pris en charge par la sécurité sociale : dans le cas du Rivotril, une double dérogation a été faite. La prescription est remboursée à 100% par la Sécurité sociale dans ce cas présent" souligne une pharmacienne ayant reçu la note d'information, qu'Imaz Press a pu consulter.

- Une décision qui soulève la question de capacité de prise en charge -

Cette dérogation l'a faite s'interroger sur le bien-fondé de l'initiative : "si l'on en prescrit aux personnes âgées atteintes du covid-19, c'est pour les accompagner dans une mort plus tranquille et donc ne pas tenter de les soigner. Est-ce que cela veut dire que nous ne pouvons pas les accueillir en service de réanimation ? Ne peut-on rien faire pour eux ?".

"Personnellement, je trouve cela un peu hypocrite dans un pays où l’euthanasie est constamment mise en cause, d’avoir à faire à cette forme de soin" souligne un autre soignant. Car il considère lui aussi que cette prescription n'est qu'une forme d'accompagnement dans une mort plus douce, sans tentative de guérison des malades.

Les deux soignants s'interrogent sur les capacités de prise en charge des malades. "J'aimerais de la transparence sur la situation dans laquelle nous nous trouvons : s'il n'est pas possible de prendre en charge les personnes âgées, plus susceptibles de ne pas survivre au virus, il faut nous le dire !" s'exclame la pharmacienne.

S'ils ne disposent pas de stock dans leur pharmacie, la pharmacienne indique cependant qu'elle doute avoir accepter d'en délivrer si elle avait été confrontée à une ordonnance du type. "Nous avons le droit de refuser de délivrer certaines ordonnances, je pense que j'aurais usé de ce droit" admet-elle.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Dede, Posté
Que dire d'une personne qui parle de la souffrance des autres, quand il est en bonne santé.
Jacques, Posté
On est en guerre, il faut arrêter les bisounourseries, quelqu'un en fin de vie, qui s'asphixie, je ne vois pas où est le mal de le soulager, quitte à ce qu'il s'en aille sans souffrances inutiles.
L'acharnement thérapeutique alors qu'il y a des urgences à ne plus que savoir en faire, c'est n'importe quoi.
Moi, mes proches, je leur souhaite ne ne pas passer leurs derniers jours a souffrir au nom de la sacro-sainte prolongation de la vie, quels qu'en soit les souffrances.
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
A cause de son utilisation pour usage récréatif, ....... les " vrais " malades depuis plusieurs années doivent passer par une visite chez le neurologue Qui transmet l autorisation de délivrance du Rivotril au médecin traitant pendant 1 an .......
Double visite ... double frais et encombrement .....
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Si une personne âgée, avec comorbidités sévères, est en état d asphyxie à cause du covid 19 , tenter la réanimation c est prolonger ces souffrances. Les dégâts sont malheureusement déjà faits .