Gestes barrières et lavage de main :

Coronavirus : une société enseigne les gestes de protection aux entreprises


Publié / Actualisé
En période de crise sanitaire, les salariés des entreprises encore en activité expriment des craintes légitimes quant à la continuation de leurs professions. La boulangerie O'Copain, située à Sainte-Marie, a écouté ces peurs et demandé à Akali, une société spécialisée dans les formations professionnelles, d'inculquer aux employés les mesures à appliquer pour se protéger contre le coronavirus. (Photos DR)
En période de crise sanitaire, les salariés des entreprises encore en activité expriment des craintes légitimes quant à la continuation de leurs professions. La boulangerie O'Copain, située à Sainte-Marie, a écouté ces peurs et demandé à Akali, une société spécialisée dans les formations professionnelles, d'inculquer aux employés les mesures à appliquer pour se protéger contre le coronavirus. (Photos DR)

“C’est vrai que ça fait peur. J’ai des enfants, mon mari est ambulancier, lui aussi est exposé”, explique Pamela, salariée de la boulangerie O’Copain de Sainte-Marie. Comme elles, ses collègues ont fait part de leurs inquiétudes à leur employeur. Des inquiétudes amoindries grâce à la formation prodiguée par la société Akali.

Lire aussi : Les entreprises s'adaptent au confinement

“On est spécialisé dans tout ce qui est médical et préventions des risques liés aux activités professionnelles”, indique Marie-Claude Dupont, directrice du centre de formation. “C’est la première fois qu’on met en place une formation concernant les virus, on n’a jamais été confronté à ce genre de problème. On a voulu faire quelque chose par rapport au coronavirus. On s’est adapté pour rassurer les salariés.”

- "On évite de prendre les espèces" -

Pendant 2h à 2h30, les employés écoutent attentivement les conseils qui leur permettront de travailler de manière beaucoup plus sereine et surtout en sécurité. D’abord une partie théorique pour expliquer les spécificités du coronavirus : les symptômes, les modes de transmission, le diagnostic et la prise en charge. Tout ce qui concerne également les protections individuelles, les gestes de protection, le nettoyage et la désinfection des mains, les protections collectives. Puis ensuite, une partie pratique.

“On a appris les mesures d’hygiène, les gestes barrières qu’il faut respecter, la désinfection des locaux, des mains… On n’était pas du tout familier avec ces gestes. Avant c’était un lavage de mains simple, maintenant on sait bien comment faire. Comme un chirurgien”, relate Pamela. “On a mis des bandes par terre pour signaler 1 mètre entre chaque client. Devant la caisse, on a mis une vitre. On désinfecte tout, on essaye d’éviter de prendre de l’espèce, on prend plutôt les paiements sans contact.”

Lire aussi : Manger à l'ère du coronavirus : la sécurité alimentaire mondiale en question

Chez Akali, on se félicite de prendre part, avec ces formations, au vaste effort de solidarité qui se développe à travers l’île. “C’est surtout pour permettre aux entreprises qui sont en activité actuellement de ne pas fermer. On a constaté qu’il y avait une peur au niveau des salariés, des employeurs. Il y avait des salariés qui ne voulaient plus venir travailler. On a voulu répondre à la demande. Maintenant ils voient que l’employeur met en place une action pour les informer, leur expliquer la maladie et leur montrer les gestes de protection”, justifie Marie-Claude Dupont.

O’Copain n’est pas la seule entreprise à avoir fait appel aux services d’Akali, dont les formations rencontrent un fort succès grâce au bouche-à-oreille. “On a fait de la publicité sur les réseaux sociaux, ce sont les entreprises qui viennent vers nous. Après les gens nous disent qu’ils se sentent plus en confiance, et qu’ils peuvent venir travailler tranquille.”

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !