Attention au relâchement :

Ralentissement du nombre de cas à La Réunion, le confinement reste capital


Publié / Actualisé
On l'observe depuis quelques jours, le nombre de cas annoncés quotidiennement par les autorités sanitaires semble ralentir à La Réunion. Alors qu'entre 20 et 30 cas étaient annoncés chaque jour, voilà que depuis le 3 avril ce nombre chute drastiquement. Ce lundi 6 avril, seuls 5 nouveaux cas ont été annoncés. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
On l'observe depuis quelques jours, le nombre de cas annoncés quotidiennement par les autorités sanitaires semble ralentir à La Réunion. Alors qu'entre 20 et 30 cas étaient annoncés chaque jour, voilà que depuis le 3 avril ce nombre chute drastiquement. Ce lundi 6 avril, seuls 5 nouveaux cas ont été annoncés. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les autorités sanitaires le disent et le répètent : la courbe de La Réunion n'est pas et n'a jamais été exponentielle. Face à d'autres pays qui ont vu leur nombre de cas exploser au fur et à mesure des jours, la courbe de La Réunion, elle, reste plutôt linéaire, comme on peut le constater sur cette infographie d'Imaz Press :

 

 

Depuis le 3 avril, le nombre de cas quotidiens est ralenti. La Réunion avait connu un pic inquiétant le 28 mars dernier avec 38 cas annoncés en une journée. Depuis le bilan est resté fluctuant avec un nombre de cas situé entre 20 et 30 malades. Le 1er avril a fait exception avec un nouveau dépassement de la barre des 30 : 34 cas ont été confirmés ce jour-là.

Depuis le nombre de cas se stabilise, on parle alors d'une "évolution en plateau" c'est-à-dire que la courbe réunionnaise s'aplatit. Ces derniers jours, la préfecture a annoncé 13 nouveaux cas, puis 10 nouveaux cas et enfin ce lundi 6 avril : seulement 5 nouveaux cas.

Plusieurs facteurs : une réduction du trafic aérien et un confinement beaucoup strict pour les passagers venus en avion et emmenés depuis le 31 mars dans des centres dédiés. Une mesure qui peut expliquer un ralentissement de la courbe.

Le confinement n'y est pas pour rien bien sûr et le "rest' zot kaz" commence à faire effet. Les médecins, infirmiers et autorités sanitaires préviennent : "ce n'est pas le moment de relâcher le confinement". Plus que jamais, il est nécessaire. Et le risque de recommencer à sortir, en constatant que le nombre de cas diminue, est terrible : il pourrait entraîner un nouveau pic de cas de covid-19.

Les mesures de confinement durent officiellement jusqu'au 15 avril selon le gouvernement et pourrait se poursuivre au-delà. L'occasion pour La Réunion de se plier aux règles, plus que jamais, pour continuer dans une lancée positive. La levée du confinement ne doit pas s'en trouver accélérée pour autant.

La publication d'une carte de Santé publique France avec les premières localisations de cas, qui a fuité il y a deux jours, ne doit pas donner la sensation aux zones "épargnées" qu'elles peuvent sortir à nouveau. Le risque est réel et sur tout le territoire. Par ailleurs, 74% des cas actuellement recensés à La Réunion sont des cas importés. La carte publiée sur les réseaux sociaux ne révèle en aucune cas une circulation virale sur le territoire puisque le nombre de cas dits "autochtones" est très limité : seules 22 personnes sont concernées.

Autre explication : la circulation virale que certains pensaient bien engagée sur le sol de l'île est finalement moins importante que prévue. Car malgré la hausse des dépistages avec 4 laboratoires au lieu d'un seul et la création de centres dédiés, le nombre de cas n'explose pas pour autant, au contraire.

Les responsables de santé ne font pas pour autant de plans sur la comète. Le ralentissement de la courbe péi n'est observé que depuis le début de la semaine, et le recul n'est pas suffisant. Il est nécessaire d'attendre encore quelques jours avant de crier victoire. 

Un nouveau pic est toujours possible. Cela a été observé dans d'autres pays. L'Italie par exemple avait cru entrapercevoir un début d'accalmie avec une baisse des cas journaliers. Le chiffre est finalement reparti à la hausse. Des variations sont possibles et ce pendant une durée indéterminée. Le ralentissement de la courbe réunionnaise est donc une bonne nouvelle, le signe, sans doute, que le confinement doit se poursuivre et s'améliorer jusqu'à arriver à un nombre nul de cas quotidiens.

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Lolo, Posté
Il faut continue' a rester nout case et appliquer les gestes barrieres iln y a que comme ca qu on gagnera cette guerre et merci encore a tous ceux qui sont aux premiers plans soyons solidaires
Babouk, depuis son mobile, Posté
non mais c'est sÃ"r que si on a les symptÃ'mes, que le médecin pense qu'on a le covid MAIS qu'il prescrit pas de dépistage, les cas vont pas augmenter...
KUNTA KINTé, Posté
Un nouveau pic est toujours possible , évident !
Les chiffres annoncés sont-ils réels ?
Chacun va de son complet .
On ne nous dit pas tout , Anne Roumanoff - Radio Bistro