Coronavirus :

Nadia Ramassamy attire l'attention sur les étudiants ultramarins de Métropole


Publié / Actualisé
Nadia Ramassamy, députée de la Réunion et présidente de l'Intergroupe parlementaire des Outre-mer, adresse, ce mardi 7 avril 2020, un courrier aux ministres des Outre-mer et de l'Enseignement supérieur, Annick Girardin et Frédérique Vidal. Elle y mentionne la situation des étudiants ultramarins confinés en Métropole, alertant notamment sur leur bien-être mental et financier, alors qu'ils se trouvent éloignés de leurs proches. Nous publions cette lettre dans son intégralité ci-dessous. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Nadia Ramassamy, députée de la Réunion et présidente de l'Intergroupe parlementaire des Outre-mer, adresse, ce mardi 7 avril 2020, un courrier aux ministres des Outre-mer et de l'Enseignement supérieur, Annick Girardin et Frédérique Vidal. Elle y mentionne la situation des étudiants ultramarins confinés en Métropole, alertant notamment sur leur bien-être mental et financier, alors qu'ils se trouvent éloignés de leurs proches. Nous publions cette lettre dans son intégralité ci-dessous. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Mesdames les Ministres,

Je souhaiterais attirer votre attention par la présente lettre sur la situation des étudiants ultramarins actuellement confinés dans l’hexagone.
Par respect des mesures de lutte contre la diffusion de l’épidémie, pas manque de moyens financiers, et afin de ne pas importer le coronavirus dans les différents territoires ultramarins, l’essentiel des étudiantes et des étudiants ultramarins qui effectuent actuellement leurs études supérieures dans l’hexagone sont restés en métropole.

Depuis le début de la période de confinement, les résidences universitaires se sont vidées des autres étudiants, et les jeunes originaires des Départements et Collectivités d’Outre-mer se retrouvent non seulement isolés, mais aussi davantage éloignés de leurs familles qu’à l’accoutumé.

Hors période épidémique, étudier et vivre à des milliers de kilomètres, sur un autre continent et avec un décalage horaire par rapport à sa terre natale et à ses proches, n’est pas aisé pour les jeunes ultramarins, plus précaires que les étudiants métropolitains, contraints de s’adapter brutalement sans accompagnement, et confrontés aux préjugés voire au racisme, et à des discriminations à l’emploi et au logement. Cette épreuve est, par conséquent, avec la crise actuelle doublement douloureuse pour tous ces étudiants.

La crise sanitaire que nous traversons frappant davantage l’hexagone que les territoires ultramarins, les familles s’inquiètent pour leurs enfants restés en métropole.

Malgré la solidarité improvisée par des associations diasporiques, étudiantes et le lancement d’une plate-forme d’entraide numérique et téléphonique par le Délégué interministériel à l'Egalité des chances des Français d'Outre-mer, les 40 000 étudiants ultramarins de l’hexagone ont besoin davantage de soutien de la part de l’État, et en particulier dans le paiement des loyers.

Ainsi, Mesdames les Ministres, je vous serais très reconnaissante de bien vouloir étudier avec la plus grande attention la situation psychologique et financière des étudiants ultramarins de l’hexagone.

Je vous prie de bien vouloir accepter, Mesdames les Ministres, l’expression de ma plus haute considération.

Députée Nadia Ramassamy

   

4 Commentaire(s)

Coco, Posté
Merci madame de penser à nos étudiants, en plus des difficultés rapportées par vous s'ajoute l'insécurité. Mon fils étudiant à Montpellier alors qu'il attendait à un arrêt de tram s'est vue contraint de remettre le pauvre petit sachet de riz qu'il venait d'acheter
Volcan974, Posté
To be or not to be
Popote, Posté
Je ne sais pas si elle a de la famille ou pas. Moi pour ma part si, vivre tout ce confinement dans un 20 m2, ne plus avoir accès au cafétéria de l université et se débrouiller a survivre avec 170 euros de bourse sur lesquels mutuelle, téléphone n est pas encore déduit, c le cas de mon enfant. Avec le reste de cette Somme elle doit penser à se nourrir tout un mois. Sachant que moi je paie son loyer a 396 euros. Cette député a raison de traiter le cas de nos enfants, qui pas manque de place pour étudier ici, sont obligés de partir.
Pfeuuu, Posté
Y a t'il un membre de sa famille proche concerné ? Sur le sujet de l'éloignement, nous sommes normalement en pleine période scolaire et donc les étudiants allaient être en métropole. De plus tous les outils numériques fonctionnement encore !!!!