Epidémie de Covid-19 :

Mascarin industriel Réunionnais produit plus 40.000 litres de solution hydroalcoolique


Publié / Actualisé
Dans le cadre de la pandémie du coronavirus COVID-19, l'entreprise Mascarin industriel Réunionnais s'engage elle aussi dans la production de gel hydroalcoolique. La société a produit pas moins de 40.000 litres de solution à l'heure actuelle. Cette production est destinée principalement aux infirmiers, professions médicales et est réservée en priorité aux CHU de la Réunion. Cependant afin de contribuer au bon fonctionnement de l'économie locale, elle fournit des entreprises par le biais de plusieurs distributeurs spécialisés. (Photo d'illustration)
Dans le cadre de la pandémie du coronavirus COVID-19, l'entreprise Mascarin industriel Réunionnais s'engage elle aussi dans la production de gel hydroalcoolique. La société a produit pas moins de 40.000 litres de solution à l'heure actuelle. Cette production est destinée principalement aux infirmiers, professions médicales et est réservée en priorité aux CHU de la Réunion. Cependant afin de contribuer au bon fonctionnement de l'économie locale, elle fournit des entreprises par le biais de plusieurs distributeurs spécialisés. (Photo d'illustration)

Le mot de Frédéric Auché, président : "Nous avons pris la décision en interne de travailler sur le projet très rapidement. La difficulté a été de continuer à faire tourner les usines Sucre Sirops et Chocolats et de lancer ce produit que nous ne connaissions pas. Au début nous avons essayé sur notre petite chaine d’alcool à brûler pour finalement prendre la décision d’arrêter la fabrication de nos Sirops pour faire en priorité et en urgence de la solution SHA."

"Il nous fallait rapidement accompagner les établissements Isautier dans cet élan industriel. Nous sommes malheureusement bloqués par le nombre de bouteilles. Nous fabriquons chaque année 600 000 litre de bouteilles et nous avons en stock environ 100 000 bouteilles. Nous ne pouvons engager plus de 40 % de ce stock sachant que les usines en métropoles tournent aussi au ralenti. Nous devrions donc être contraint d’arrêter espérant que d’autres prendront le relai."

Après avoir produit les premières bouteilles en plastique, habituellement utilisées pour l’alcool à brûler 90° (1.500 unités), Mascarin utilise désormais sa ligne de production des "bouteilles en verre 1 litre", qui lui a permis de produire plus de 38.000 litres en 7 jours.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !