Pas de réel argument scientifique :

Non-désinfection des voiries : une recommandation du Haut conseil de sécurité de la santé publique


Publié / Actualisé
Dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19, des pays ou des villes procèdent à un nettoyage avec utilisation de produit désinfectant dans l'espace public. Pour répondre à la question sur l'opportunité de telles mesures, le HCSP a étudié les expériences internationales et la littérature scientifique ; il a réalisé une analyse relative au risque de contamination de la population par les espaces publics (voirie et mobilier urbain) ainsi qu'au risque lié à l'utilisation de produits détergents et désinfectants sur l'écosystème et l'environnement urbain. Le HCSP conclue de ne pas mettre en oeuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie, du fait de l'absence d'argument scientifique de l'efficacité d'une telle mesure sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2. (Photo d'illustration TCO)
Dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19, des pays ou des villes procèdent à un nettoyage avec utilisation de produit désinfectant dans l'espace public. Pour répondre à la question sur l'opportunité de telles mesures, le HCSP a étudié les expériences internationales et la littérature scientifique ; il a réalisé une analyse relative au risque de contamination de la population par les espaces publics (voirie et mobilier urbain) ainsi qu'au risque lié à l'utilisation de produits détergents et désinfectants sur l'écosystème et l'environnement urbain. Le HCSP conclue de ne pas mettre en oeuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie, du fait de l'absence d'argument scientifique de l'efficacité d'une telle mesure sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2. (Photo d'illustration TCO)

Il préconise aussi de continuer d’assurer le nettoyage habituel des voiries et d’assurer le nettoyage et la désinfection à une fréquence plus régulière du mobilier urbain, avec les équipements de protection habituels des professionnels.

Enfin, il recommande de ne surtout pas employer d’appareils pouvant souffler des poussières des sols de type souffleurs de feuilles.

Le HCSP rappelle également l’importance des gestes barrières comme moyen de lutte contre la propagation du coronavirus.

   

1 Commentaire(s)

Rosine, Posté
risques évidents des dérivés chlorés (hypochlorite de sodium, dichloroisocyanurates et il y a des sous-produits halogénés générés sur les matières organiques et azotées) massivement utilisés par la méthode de la nébulisation sur les voiries publiques qui sont des biocides réglementés et par conséquent réservés à des usages professionnels en milieu clos et évacués de leurs occupants et non à une utilisation dans les milieux ouverts ! : le brouillard pouvant aussi être inhalé par les riverains est très toxique pour les alvéoles pulmonaires , très caustique pour la muqueuse des voies aériennes : Â" La prévention des risques des biocides Â" : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=513