Fermeture administrative d'une semaine :

Le Port : la police intervient dans une épicerie pour non-respect des mesures de confinement


Publié / Actualisé
Ce jeudi matin 9 avril 2020, la police est intervenue à la Rivière des galets au Port dans une épicerie ne respectant pas les mesures de confinement. Les forces de l'ordre ont indiqué que le propriétaire continuait à vendre de l'alcool tard le soir, malgré l'arrêté préfectoral interdisant la vente de boissons alcoolisées après 17 heures. Par ailleurs, le propriétaire laissait les clients consommer sur place, chose qu'il n'est pas autorisé à faire non plus. Il s'est donc vu notifié d'une fermeture administrative d'une semaine. (Photo rb / www.ipreunion.com)
Ce jeudi matin 9 avril 2020, la police est intervenue à la Rivière des galets au Port dans une épicerie ne respectant pas les mesures de confinement. Les forces de l'ordre ont indiqué que le propriétaire continuait à vendre de l'alcool tard le soir, malgré l'arrêté préfectoral interdisant la vente de boissons alcoolisées après 17 heures. Par ailleurs, le propriétaire laissait les clients consommer sur place, chose qu'il n'est pas autorisé à faire non plus. Il s'est donc vu notifié d'une fermeture administrative d'une semaine. (Photo rb / www.ipreunion.com)

Une dizaine de policiers ont été mobilisés pour cette intervention, qui s'est "très bien déroulée" d'après l'adjoint au commandant du Port. "Le propriétaire a compris qu'il était en tord" a-t-il précisé. Le propriétaire en question a de son côté admit sa faute, mais "garde le sourire, cela ne sert à rien de s'énerver en ces temps qui courrent" a-t-il déclaré à Imaz Press.

Seul bémol pour ce commerçant : il s'était rendu ce mercredi au marché de gros de Saint-Pierre pour se ravitailler, et avait acheté pour 2.300 euros de marchandises. Il a donc entre 700 et 800 kg de fruits et légumes en stock, qu'il ne pourra pas écouler. "J'espère pouvoir trouver une solution" a indiqué le commerçant.

Ce dernier est convoqué au commissariat du Port pour s'expliquer devant les forces de l'ordre. Il espère pouvoir trouver une solution pour écouler ses stocks. Une fois la boutique rouverte, la police a indiqué que des contrôles réguliers seront effectués pour s'assurer que le propriétaire respecte cette fois-ci les mesures mises en place.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Da cour, Posté
Bin... dan bas l'immeuble na in ta marmaille i respecte pas non plus. I amuse a zot ek in spece gros moto, permis mi lé sur na point. A koz i fé pas control dan les cités o port. Surtout dan titan. Zot va gagne plus l'argent dan pv.
Gio420, Posté
Boutik lépire kun grande surface ou la poste, pankor rouvert na buveur lo matin y fé la queue. Banna y passe zot zourné devan la boutik là.
Jacques, Posté
"Il a donc entre 700 et 800 kg de fruits et légumes en stock, qu'il ne pourra pas écouler" Vendez le tout à prix coûtant à un autre bazardier, ça limitera vos pertes !
KUNTA KINTé, Posté
" Une dizaine de policiers ont été mobilisés " purée !
Semble t-il à distance d'un mètre et cinquante centimètres , masque et gants , le gel hydroalcoolique ...
Martin Niemöller, Posté
Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester.