Nombre de guéris, premier centre d'hébergement covid, dépistage élargi... :

Covid-19 : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de l'ARS


Publié / Actualisé
L'agence régionale de santé (ARS) a tenu une conférence ce jeudi 9 avril afin de faire un point sur la situation sanitaire à La Réunion et les nouvelles mesures envisagées ou déjà entreprises pour lutter contre la propagation du covid-19 à La Réunion. 14 nouveaux cas ont été annoncés peu avant le début de la conférence faisant monter le total de cas à 376 à La Réunion. L'ARS a annoncé envisager la création d'un tout premier centre d'hébergement pour les personnes contaminées qui ne peuvent pas rester à domicile. Un dépistage plus massif est également envisagé pour être pratiqué également sur des personnes asymptomatiques. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
L'agence régionale de santé (ARS) a tenu une conférence ce jeudi 9 avril afin de faire un point sur la situation sanitaire à La Réunion et les nouvelles mesures envisagées ou déjà entreprises pour lutter contre la propagation du covid-19 à La Réunion. 14 nouveaux cas ont été annoncés peu avant le début de la conférence faisant monter le total de cas à 376 à La Réunion. L'ARS a annoncé envisager la création d'un tout premier centre d'hébergement pour les personnes contaminées qui ne peuvent pas rester à domicile. Un dépistage plus massif est également envisagé pour être pratiqué également sur des personnes asymptomatiques. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

14 nouveaux cas de covid-19 sont confirmés à La Réunion, soit 376 au total. 348 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS et Santé publique France : 260 cas sont importés, 63 secondaires et le nombre d'autochtones augmente et passe à 25. Par ailleurs 2.440 personnes sont considérées comme sujets contact.

Les personnes en réanimation sont moins nombreuses et ne sont plus que 3, une "bonne nouvelle" a estimé la directrice de l'ARS Martine Ladoucette. Autre bonne nouvelle : "sur les 376 cas, 199 sont considérées comme guéries par les infectiologues du CHU" a déclaré la directrice, "et toujours aucun décès à signaler".

- Situation "plateau" -

Le bilan quotidien de cas s'est amoindri. Les 14 nouveaux cas annoncés jeudi sont une nouvelle "légère" hausse alors que précédemment, entre 4 et 10 cas par jour étaient signalés. "Nous assistons à une situation plateau" évoque Martine Ladoucette, notamment liée au nombre très réduit d'arrivées de Métropole et au confinement actuel des Réunionnais.e.s

Comme indiqué précédemment, une aide-soignante travaillant dans un EHPAD a été testée positive au covid-19 "et pourtant a travaillé 2 nuits tout en étant contaminée" précise l'ARS. Depuis 24 heures l'agence procède à un dépistage très large des résidents et personnels, comme vous avez pu le suivre en direct via les efforts de la Croix-Rouge. "Les analyses sont encore en cours au CHU. Les résultats partiels sont tous négatifs, aucune personne n'est considérée comme contaminée."

- Dépistage élargi -

"Nous voulons élargir les indications de dépistage" a ajouté la directrice de l'ARS. 700 prélèvements journaliers sont exécutés en ce moment avec le concours du CHU mais aussi des laboratoires privés. En utilisant le dépistage à bon escient, l'ARS veut travailler sur "des personnes qui ne présentent pas de symptômes". Un travail est en cours avec chercheurs et cliniciens.

A ce jour, 2.512 dépistages ont été réalisés au CHU nord, 1.654 par les laboratoires.

Par ailleurs l'ARS a indiqué vouloir davantage de dépistages dans les EHPAD. L'agence annonce avor mis l'accent sur la distribution des masques chirurgicaux dans ces établissements.

"Nous voulons procéder à du dépistage massif dans ces EHPAD dès lors qu'un personnel présente des signes évocateurs de la maladie" a déclaré Martine Ladoucette. "Nous organisons le renfort en personnel de ces EHPAD, qui va s'ajouter au personnel travaillant habituellement dans ces établissements".

Exemple avec l'EHPAD concerné par la soignante contaminée : les personnels co-exposés ne travaillent plus au contact des résidents et ont tous été remplacés.

Un médecin gériatre doit aussi être présent ou joignable à tout moment pour répondre aux questions des résidents en EHPAD. "Nous devons aussi pouvoir compter à tout moment sur un infirmier" ajoute la directrice de l'ARS.

- L'ARS soutient les projets de centres ambulatoires covid -

Plus de 80% des personnes contaminées à La Réunion subissent des formes "légères de la maladie" a indiqué Martine Ladoucette. Dans ce cas, pas d'hospitalisation mais des soins à domicile : "les médecins traitants sont en première ligne dans cette mission" a noté la directrice de l'ARS. Ils travaillent "main dans la main" avec les infectiologues du CHU.

Il est actuellement possible de réorganiser les cabinets médicaux pour dissocier les cas possibles de covid-19 des autres patients. Mais certains médecins considèrent qu'il vaut mieux dédier des centres ambulatoires et l'ARS soutient ces projets.

Il n'est pas question pour l'ARS de distribuer des masques FFP2 dans ces centres mais bien des masques chirurgicaux, "le bon niveau de protection" si le patient et le soignant le portent tous les deux.

- Un premier centre d'hébergement covid -

La préfecture, l'ARS et le Département veulent mettre en place "un premier centre d'hébergement covid" pour proposer aux personnes contaminées dont le domicile n'est pas approprié de rejoindre ce centre et être suivies par leur médecin.

Ceka devrait être mis en place d'ici une semaine à quinze jours au maximum. Les modalités et le règlement intérieur sont encore en réflexion mais toute logique vise à penser que les visites seront interdites à l'établissement.

Par ailleurs, de nouvelles unités vont être prévues pour les résidents co-exposés en EHPAD. Si un premier résident est contaminé dans un établissement, il doit être "le mieux possible protégé des autres et réciproquement" ainsi il faut être en moyen de sortir les résidents co-exposés "soit à l'hôpital si leur état nécessite une hospitalisation soit dans des nouvelles unités auxquelles nous réfléchissons actuellement".

L'une pourrait être dans l'ouest, dans l'ancien hôpital Gabriel Martin, une dans le sud à Bois d'Olives et une dans l'est au village troisième âge.

- Attention à l'automédication -

L'ARS demande aux Réunionnais.e.s de ne pas utiliser d'anti-inflammatoires mais du paracétamol en cas de maladie, prescrit par le médecin ou le personnel hospitalier.

"Toutes les personnes qui ne sont pas atteintes peuvent en utiliser mais en quantité limitée, le gouvernement a pris des dispositions pour ne plus l'utiliser librement". Il est désormais délivré sur ordonnance.

- Toujours pas de communication des communes touchées -

Concernant la communication sur la répartition géographique des cas à La Réunion, l'ARS maintient que l'annonce des communes touchées reste inutile puisqu'aucun cluster n'est observé à La Réunion. Martine Ladoucette a indiqué qu'en Métropole, ce sont les départements qui sont recensés, les communes ne sont citées qu'en cas d'apparition d'un cluster.

L'interdiction des reportages en CHU, elle, est justifiée pour "respecter l'intimité" des personnes hospitalisées.

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Jacques, Posté
"notamment liée au nombre très réduit d'arrivées de Métropole"
On serait à 0 cas autochtones si cette irresponsable avait demandé la fermeture, ou à minima la mise en quarantaine forcée et contrainte des voyageurs dès le 17 mars.
Sabine, depuis son mobile, Posté
Madame, vous n'êtes qu'un pion dans l'échiquier et certainement pas un roi. même pas une reine. vous nous mentez sous couvert, et nous le savons. Il arrivera un moment où il faudra dire la seule vérité à ces personnes que nous sommes au même TITRE que vous Madame. vous êtes une Directrice, certe, mais nous , nous sommes ce petit peuple qui vous permettons d'être des directeurs Ä--clair. Pensez bien Madame, que nous n'oublierons votre passage sur le caillou. Quand je pense que dans quelques temps vous allez vous retrouver avec les vÃ'tres, et que moi je ne les aurais plus, croyez-moi que je vous aime énormément avec vos mensonges. advienne que pourra, pour cette France qui a bravé 2 combats puissant. Mais force est de constater qu'aujourd'hui que nous n'avons pas tous compris l'histoire de ce pays d'avant et après. La GUERRE.
AngeGabriel, Posté
Les calamars planqués de l'ARS obligés de se bouger un peu et de communiquer, mais c'est une révolution ! Je riais de voir un préfet perdu demander du regard l'acquiescement d'une directrice toute aussi perdue lors des premières conférences de Presse. Un must ;-)