Coronavirus :

La SIDR solidaire de ses 4900 locataires les plus âgés


Publié / Actualisé
La Société Immobilière du Département de la Réunion a mené, une action dite de phoning solidaire, d'appels téléphoniques menés auprès de tous nos locataires de plus 60 ans. Nous publions leur communiqué rendant compte de ce geste solidaire, ci-dessous. (Photo DR Pierre Marchal).
La Société Immobilière du Département de la Réunion a mené, une action dite de phoning solidaire, d'appels téléphoniques menés auprès de tous nos locataires de plus 60 ans. Nous publions leur communiqué rendant compte de ce geste solidaire, ci-dessous. (Photo DR Pierre Marchal).

Parce que le confinement ne doit pas rimer avec isolement, les équipes de la SIDR se sont mobilisées depuis le 24 mars pour téléphoner individuellement à chaque locataire de plus de 60 ans. 4900 locataires ont été ainsi contactés par 60 collaborateurs de la SIDR, en majorité des volontaires dont ce n’est pas le métier. Premier bailleur social de l’île, le parc locatif de la SIDR compte 26 500 logements sur 22 communes.

L’objectif initial était de sensibiliser les locataires les plus fragiles aux gestes barrières, rappeler les consignes sanitaires de confinement et informer des services de proximité des collectivités et partenaires. Ces coups de fil ont duré en moyenne 20 minutes pour répondre au besoin d’écoute. Un échange très apprécié des locataires : " Merci pour sat zot i fé la pa oubli a nou ", témoigne Marie âgée de 80 ans, locataire à Moufia.

Au terme de ces appels, une minorité de situations alarmantes d’isolement et de grande précarité ressort. Par contre, l’angoisse de l’épidémie et la tristesse d’être coupé des proches sont très présents. La plupart des gramounes s’informent par les médias, et se sachant vulnérables face au virus, respectent strictement les règles de confinement.

L’entraide familiale reste toujours une évidence et une valeur sacrée à La Réunion. En grande majorité, les enfants aident pour les courses, appellent régulièrement voire cohabitent pour s’occuper de leurs parents.

Lorsqu’une situation d’urgence liée à l’isolement ou la précarité alimentaire est détectée, les conseillères sociales de la SIDR prennent le relais pour réaliser une évaluation sociale plus complète et prendre contact avec les proches. Cet échange avec les enfants ou les frères et sœurs est un canal privilégié car il permet d’apporter une réponse urgente aux difficultés. Les équipes des agences SIDR font aussi le relais avec les services sociaux du CCAS ou du Département pour mettre en place la livraison de colis alimentaires ou l’orientation vers la plateforme d’écoute. Parfois les besoins sont d’ordre pratique : récupérer des médicaments à la pharmacie, sortir les poubelles, se faire livrer une bouteille de gaz ; une solution individuelle est trouvée pour chacun.
Sur leur situation financière, les personnes âgées évoquent être économes de leurs dépenses alimentaires pour faire attention à leur budget serré et se montrent soucieuses de payer leurs charges en priorité.

Cette action de " phoning " a été aussi l’occasion de faire remonter certains problèmes techniques dans les logements ou les parties communes ou d’enregistrer des besoins d’adaptation du logement après une perte de mobilité ou une maladie.

C’est enfin une action gratifiante pour les 60 collaborateurs qui ont passé les appels. Habituellement assistante de direction au siège social, Cécile n’est pas en contact quotidien avec les locataires. En télétravail, elle a été volontaire pour passer 270 appels depuis son domicile. " C’est une action qui me marquera durablement ! Passer autant d’appels est intensif, prenant, épuisant mais tellement valorisant. Les Gramounes ont la palme d'or de la gentillesse. Tous ont accueilli mon appel avec joie ou avec un étonnement bienveillant. Les "enfants" répondant pour leurs parents étaient aussi très touchés qu'un bailleur social prenne du temps pour eux. Je me souviens d'une dame qui devait s'occuper de son oncle et de sa tante particulièrement âgés. Elle était leur seule famille à La Réunion et avec de longues journées de travail, elle n'arrivait pas à mettre en place une aide pour eux. J'ai appelé une association en charge de la distribution de colis alimentaires. Cette dame me rappelait tard le soir chez moi pour coordonner l’aide. J’ai le sentiment d’avoir été utile à ces trois personnes ", raconte Cécile.

Dans la continuité de cette action, la SIDR apporte son soutien aux initiatives solidaires en mettant à la disposition d’associations ses locaux administratifs et locaux communs résidentiels pour la distribution de paniers fraîcheur ou pour des ateliers de couture de masques en tissu.

   

1 Commentaire(s)

Angel, Posté
Cc telephone un peu aussi aux locataires SIDR ste clotilde qui font du boucan avec leur sono du matin au soir le quartier était tranquille jusqua l arrivée d'éléments perturbateurs qui mettent la sono comme d autres mettent au feu leur carri arretez de faire du bruit on est en confinement , ayez un peu de respect et de savoir vivre .... c est insupportable on ne peut sortir et obligé de subir le manque de savoir vivre de ces trentenaires parents , des plaintes au procureur et police sont en cours riez bien qui rira le dernier honte a vos parents qui vous ont mal éduqués!!!!