[LIVE] Cinq personnes sont en réanimation :

Covid-19 : 5 nouveaux cas confirmés à La Réunion, 417 au total


Publié / Actualisé
Ce samedi 25 avril 2020, 5 nouveaux cas de covid-19 ont été déclarés à La Réunion, soit un total de 417 cas confirmés dans l'île depuis le début de l'épidémie. Seuls 7 patients sont hospitalisés, cependant 5 en réanimation, soit trois nouvelles personnes en une journée. On compte également 300 patients guéris. Les Réunionnais se préparent peu à peu au déconfinement prévu à partir du 11 mai. Ainsi on observe une hausse du nombre de déplacements sur les routes avec 40% du trafic habituel contre 20% en début de confinement. Près de 250.000 Réunionnais ont vu leur attestation contrôlée, et 5% d'entre eux ont été verbalisés. Côté écoles, la reprise se précise : les élèves réunionnais vont recommencer à aller en classe progressivement à partir du 18 mai. Suivez notre live (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce samedi 25 avril 2020, 5 nouveaux cas de covid-19 ont été déclarés à La Réunion, soit un total de 417 cas confirmés dans l'île depuis le début de l'épidémie. Seuls 7 patients sont hospitalisés, cependant 5 en réanimation, soit trois nouvelles personnes en une journée. On compte également 300 patients guéris. Les Réunionnais se préparent peu à peu au déconfinement prévu à partir du 11 mai. Ainsi on observe une hausse du nombre de déplacements sur les routes avec 40% du trafic habituel contre 20% en début de confinement. Près de 250.000 Réunionnais ont vu leur attestation contrôlée, et 5% d'entre eux ont été verbalisés. Côté écoles, la reprise se précise : les élèves réunionnais vont recommencer à aller en classe progressivement à partir du 18 mai. Suivez notre live (Photo rb/www.ipreunion.com)

Ce qu'il faut retenir

• La Réunion compte 417 cas de covid-19. 5 personnes sont toujours en réanimation. Une personne a été co-infectée dengue et covid-19.

• Seuls 7 patients sont hospitalisés dont 5 en réanimation. On compte également 300 personnes guéries.

• A La Réunion, les cas de moins de 14 ans sont désormais deux fois plus nombreux que les plus de 75 ans à raison de 8% contre 3,9%.

• Le rectorat de La Réunion a annoncé une rentrée progressive à partir du 14 mai pour le corps enseignant et à partir du 18 mai pour les élèves, à raison de 12 à 15 élèves par classe.

• Le trafic sur les routes réunionnaises est en hausse : 40% du trafic habituel contre 20% en début de confinement. Près de 250.000 personnes ont été contrôlées en tout, 5% d'entre elles ont été verbalisées.

L'Elysée a donné des précisions sur l'après 11-mai : le déconfinement ne sera pas régionalisé, le retour à l'école se fera sur la base du volontariat des parents et les masques devraient être obligatoires dans les transports.

• Mayotte recense 380 cas en tout, et 4 personnes sont décédées, 4 personnes sont au service réanimation.

Aucun cas positif détecté ces dernières 24 heures à Maurice. Le pays compte 331 cas recensés. Le nombre de patients guéris passe à 285. Le gouvernement vise un déconfinement progressif le 4 mai prochain.

• En France, 389 nouveaux décès ont été enregistrés ces 24 dernières heures, ce qui fait monter le total à 22.245 morts du covid en France depuis le début de l'épidémie.

• Dans le monde, 2,7 millions de personnes ont été contaminées et on dénombre plus de 193.000 décès du covid-19 en tout.

• Les attestations de déplacement sur smartphone sont disponibles en ligne

  • IPR

    369 décès en 24 heures en France, 22.614 depuis le début de l'épidémie

  • IPR

    La préfecture et l'Agence Régionale de Santé confirment 5 nouveaux cas de coronavirus COVID-19 à La Réunion, ce 25 avril à 15h00, soit au total 417 cas depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020.

    412 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS et Santé publique France, dont 70% sont des cas importés. 5 cas sont en cours d’investigation.

    - Bilan des cas investigués -

    • Cas importés (personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire) : 289

    • Cas autochtones secondaires (personnes ayant un lien direct avec des cas importés) : 65

    • Cas autochtones (personnes ayant un lien indirect ou n’ayant aucun lien avec un cas importé) : 58

    • Nombre total de cas investigués : 412

    - Situation sanitaire -

    • Cas hospitalisés hors service de réanimation : 2

    • Cas hospitalisés en service de réanimation : 5

    - Tranches d’âge -

    • 0 à 14 ans : 8.2% (34 cas)

    • 15 à 44 ans : 40.7 %

    • 45 à 64 ans : 39.8 %

    • 65 à 74 ans : 7.5 %

    • 75 ans et plus : 3.9 %

    - Contact-tracing -

    Plus de 3 300 personnes ont été appelées individuellement et suivies dans le cadre du contact-tracing. Mis en place par l’ARS, en concertation avec Santé Publique France, le « contact-tracing » est un dispositif qui a pour objectif d’identifier et de rappeler toutes les personnes ayant été en contact proche (entourage familial, professionnel, passagers proches dans les avions…) avec un cas confirmé de Coronavirus pendant sa période de contagiosité (on parle de «sujets contacts» ou de «contacts»).

    Ces personnes ont fait l’objet d’une enquête téléphonique au cours de laquelle a été évalué leur état de santé et leur a été précisé l’importance de :

    • respecter un isolement strict (quatorzaine)

    • surveiller quotidiennement leur état de santé (avec prise de température) et appeler tous les jours un numéro vert dédié

    • appeler immédiatement le 15 en cas d’apparition de symptômes

    • porter les masques livrés à leur domicile afin de limiter les risques de transmission du virus (sécuriser les déplacements au sein du domicile ou à l’extérieur pour motif de déplacement impérieux).

    - Prises de contact pendant la quatorzaine -

    A mi-parcours :rappel des personnes n’ayant pas contacté régulièrement le numéro vert (dans le cadre d’une collaboration avec le CIC du CHU) pour s’assurer du maintien de leur isolement et de leur état de santé.

    En fin de quatorzaine :rappel de toutes les personnes pour leur signifier la fin de leur isolement et s’assurer de nouveau de leur état de santé.

     

  • IPR

    Fondation Père Favron : le colocataire du patient suspecté d'avoir contracté le virus a été testé négatif

    Ce samedi 25 avril 2020, Jean-Paul Pinot, directeur général de la fondation Père Favron a indiqué à Imaz Press que le colocataire du patient suspecté d'avoir contracté le virus a été testé négatif. Pour rappel, ce vendredi, un patient du pôle handicap dépendance à Saint-Pierre a été détecté comme "cas douteux" à la suite d'un dépistage. Le même jour, les autres patients de son unité ont été dépistés. Ce samedi, c'est l'ensemble du personne qui l'a été. "L'ARS a procédé au dépistage d'une trentaine de personnes, et nous avons décidé de faire dépister la totalité de nos soignants, c'est-à-dire 60 collaborateurs" a assuré Jean-Paul Pinot. Tous les résultats devraient être communiqués à la fondation en début de soirée.

  • IPR

    Mayotte : 26 nouveaux cas confirmés, 380 au total

    • 2500 tests de dépistage réalisés

    • 28 patients actuellement hospitalisés au CHM dont 3 dans le service de réanimation

  • IPR

    Comment les entreprises préparent la reprise

    Désinfection des locaux, prise de température, tests, masques, horaires décalés, télétravail. .. Avec le déconfinement en vue, les entreprises préparent les conditions sanitaires du retour progressif des salariés dans les ateliers, magasins ou au bureau. Face au coronavirus, c'est une obligation légale pour les employeurs qui doivent "prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé" des salariés, rappelle le ministère du Travail.

    - Désinfecter -

    Chez Renault, où la production industrielle redémarre très progressivement, un protocole sanitaire prévoit notamment des actions de "nettoyage et désinfection, des bus de transport jusqu'au poste de travail" dans les usines, a détaillé Patrice Haettel, directeur industriel France du constructeur automobile. ArianeGroup, qui avait mis ses sites français à l'arrêt au début du confinement, a redémarré ces activités à partir de la fin mars, après "nettoyage et désinfection", avait indiqué l'industriel aérospatial et de défense.

    - Contrôler -

    A l'entrée de son usine d'Onnaing (Nord), Toyota a installé de grandes tentes où la température des salariés est contrôlée. Rouvert mardi, le site français du groupe japonais redémarre peu à peu sa production automobile. Chez Veolia, une prise de température "systématique" avant l'accès aux bâtiments est aussi prévue. Le groupe propose au personnel un dépistage du coronavirus avec test PCR (détectant l'infection au moment où on le réalise) et test sérologique (détectant une forme d'immunité grâce à la présence d'anticorps). 20.000 des 50.000 salariés en France du géant du traitement de l'eau et des déchets travaillent actuellement sur le terrain.

    - Protéger -

    Les gestes barrière sont de mise dans les entreprises, notamment la distance d'un mètre entre les personnes. Chez PSA à Hordain (Nord), la production n'a pas repris mais le groupe prépare le site avec, entre autres, une signalétique au sol. Dès l'entrée extérieure, des marquages dessinent les places à respecter dans des files d'attente où chaque salarié recevra gel hydroalcoolique, masques chirurgicaux et lunettes de protection.

    Gérante d'une petite entreprise parisienne de pose de vitres et miroirs, Sophie Anselmo a acheté gel et masques en tissu pour ses sept salariés. "Les locaux sont petits, il va falloir un marquage au sol avec un sens de circulation. Pour les véhicules, j'ai mis des plexiglas de protection entre le conducteur et le passager. Les ouvriers ont leurs propres outils", précise-t-elle.

    Les magasins fermés depuis la mi-mars pourront "largement" s'inspirer des mesures prises dans l'alimentaire, a relevé Jacques Creyssel, de la Fédération du commerce et de la distribution. Avec plexiglas aux caisses, masques pour le personnel, nombre de clients limité ou gel à l'entrée du magasin.

    - Réorganiser -

    Dans beaucoup d'entreprises, pour réduire le risque de contamination, il n'est pas question que tout le monde revienne en même temps. Engie prévoit des "rotations" et "le télétravail restera une solution", explique Pierre Deheunynck, directeur général adjoint. Dans la tour du groupe de gaz et d'électricité à La Défense, près de Paris, 20 à 40% des 4.500 salariés pourraient revenir par roulement et en horaires décalés.

    Afin d'éviter les autobus, métros ou trains bondés, les opérateurs des transports en commun réclament de nouveaux horaires de travail pour leurs voyageurs. La patronne de la RATP Catherine Guillouard a souhaité vendredi que "les entreprises appliquent le télétravail au maximum pendant un certain temps" ou pratiquent "des horaires différenciés" pour lisser la fréquentation aux heures de pointe. Il faudra "un gros travail de décalage des horaires au niveau des écoles, des entreprises, de l'administration", a renchéri le PDG de Transdev, Thierry Mallet.

    - Dialoguer -

    Le dialogue social dans l'entreprise est "essentiel en situation de crise", souligne le ministère. Engie échange toutes les semaines avec les représentants du personnel par vidéoconférence.

    Chez Alstom, où les usines françaises ont redémarré progressivement ces deux dernières semaines, "un référentiel sanitaire" a été mis au point avec les syndicats. A la SNCF, avant la remontée du trafic, "une table ronde de méthode" et des réunions "par métiers" sont prévues afin d'"analyser les besoins et adapter les gestes" des postes de travail, indique Laurent Brun, de la CGT-Cheminots. Mais, insiste FO-Renault, il faut "prendre le temps de former" le personnel aux consignes sanitaires, pour "une reprise dans la sérénité".

     

  • IPR

    Le gouvernement attendu la semaine prochaine sur le déconfinement

    Le gouvernement va plancher ce week-end sur son plan, attendu la semaine prochaine, pour sortir la France du confinement à partir du 11 mai, après avoir donné des pistes fluctuantes sur l'école ou les transports.

    Port du masque ou non dans les transports, modalités du retour à l'école, commerces rouverts partout ou seulement dans certaines régions: autant de questions que le gouvernement doit encore trancher, d'ici la présentation de son plan, dans le courant de la semaine.,D'autant que les pistes évoquées cette semaine ont eu tendance à semer la confusion.

    Une certitude, ce plan met en première ligne les élus locaux, consultés jeudi et vendredi par le Premier ministre et qui seront à nouveau reçus lundi par la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault.

    Dans cette perspective, Edouard Philippe doit tenir "plusieurs réunions de travail durant le week-end sur les sujets prioritaires", dont les masques, les transports ou les tests.

    Pour évoquer les tests, le ministre de la Santé Olivier Véran effectue ce samedi matin son premier déplacement depuis un mois dans un laboratoire de tests de Saint-Denis, qui a adapté son activité pour répondre aux besoins de l'épidémie.

    L'objectif du gouvernement est de pouvoir réaliser 500.000 tests par semaine d'ici le 11 mai, contre "environ 300.000" actuellement, selon M. Véran.

    Lire la suite de l'article ici

  • IPR

    La Possession : livraison de colis de produits de première nécessité aux Mafatais

    Une distribution de colis par le CCAS de La Possession en partenariat avec des associations s'occupant du cirque de Mafate, la boulangerie La Bigoudenne et Mafate Hélicoptère a eu lieu ce vendredi 24 avril 2020 à destination des Mafatais.

    Au final, ce sont 400 Mafatais (familles avec personnes âgées ou handicapées vulnérables ou enfants en bas âge, ou encore en difficulté financière etc.) qui ont pu bénéficier de colis de première nécessité ainsi que de paniers de fruits et légumes et de pains, pour un total de 3 tonnes de denrées alimentaires.
     
    En parallèle des livraisons programmées depuis le début du confinement, les habitants du cirque disposent également de "l'hélidrive" mis en place par Mafate Hélicoptère, pour des courses par héliportage, dont la moitié des frais est prise en charge par le CCAS de La Possession, entre le lundi 27 avril 2020 et le dimanche 10 mai, à raison d'une fois par foyer et dans la limite du budget disponible.

    Pour les mafatais souhaitant signaler leur situation difficile, ou bénéficier de ces aides, ils peuvent contacter le CCAS de La Possession au 0262 71 10 90.

    "La ville tient à remercier Le Département de La Réunion, Mafate Hélicoptère, Super U, les associations Les regards de Mafate, Coeur de Femme - Mafat’Elle, et Met Ansanm, et la boulangerie La Bigoudenne qui ont participé au déroulement des livraisons effectuées" précise la commune.

    Lire l'article ici

     

  • IPR

    La gendarmerie approvisionne Mafate en fourtinures scolaires

    Au cours de cette période de confinement, la Section Aérienne de la Gendarmerie a apporté son soutien et achemine les fournitures scolaires aux habitants du cirque de Mafate, effectué d'ordinaire par une société privée. Situé sur le territoire du "Parc National de la Réunion" et partie intégrante des "Pitons, cirques et remparts", inscrits au patrimoine mondial par l'Unesco, Mafate est accessible uniquement par les airs ou sentier de randonnée.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Burger King rouvrira ses portes ce lundi

    L'enseigne de fast food Burger King a annoncé sur sa page Facebook qu'elle rouvrivra ses portes ce lundi 27 avril 2020 en vente à emporter et en drive. "Nous renforçons nos règles d'hygiène afin de pouvoir vous retrouver à partir de lundi 27 avril" a indiqué l'enseigne. Les restaurants seront ouverts de 10 heures à 19 heures.

  • IPR

    Tribune libre de la CFDT : "La réuverture des écoles ne pourra se faire que lorsque la sécurité sanitaire pourra être assurée"

    Pour le SGEN-CFDT, la FEP-CFDT et la CFDT REUNION, l'école ne pourra pas reprendre normalement le jeudi 14 mai dans notre académie. Des consultations sont en cours à tous les niveaux pour préparer une reprise progressive à partir du 14 mai avec deux journées de pré-rentrée avec les personnels pour commencer.

     Si la fracture numérique qui touche une partie de nos élèves ne peut être contestée, la réouverture des écoles en petits groupes à partir du lundi 18 mai ne pourra se faire que lorsque la sécurité sanitaire des personnels et des élèves pourra être assurée. Pour cela, le rectorat doit mettre en place avec les collectivités de tutelle :

    • La désinfection complète et régulière du matériel et des locaux.
    • Le protocole permettant de respecter les gestes barrières.
    • La mise à disposition de savon et de gel hydroalcoolique dans
    • La fourniture de masque à tous les personnels.
    • Un protocole garantissant le bon agencement du travail en présentiel et du travail à distance afin d’éviter la surcharge de tâches pour les agents.
    • Un protocole pour les transports scolaires.
    • Un protocole pour les entrées et sorties des élèves.
    • Un protocole pour la restauration scolaire.
    • Un aménagement spécifique en maternelle (matériel de manipulation et jeux collectifs et pédagogiques).

    Nous réitérons notre demande de suppression de l’épreuve orale anticipée de Français en Première. Nous continuons à prendre pleinement part aux discussions visant à préparer cette reprise au niveau national et académique et nous serons présents auprès des personnels pour les accompagner et les aider à invoquer leur droit de retrait lorsque ces conditions et protocoles ne seront pas respectés.

    La sécurité et la santé des usagers ainsi que la non-propagation du virus doivent rester la priorité absolue à la Réunion comme partout en France

     

  • IPR

    Masques tâchés : "l'ensemble des justificatifs et certificats de conformité ont été fournis" assure GBH

    Dans un communiqué publié ce vendredi 24 avril 2020, l'Agence régionale de santé (ARS) a annoncé que des masques fournis par le Groupe Bernard Hayot et distribués aux professionnels de santé présentent "des tâches ou salissures". GBH a indiqué ce samedi que "l'ensemble des justificatifs et certificats de conformité ont été fournis" dans un communiqué. "De plus, nous avons centralisé nos dons auprès de l'ARS Réunion, qui en qualité d'Autorité administrative de santé est en charge d'assurer la distribution des différents types de masques en fonction des destinataires et de l'usage qui en sera fait" précise par ailleurs le groupe. Nous publions le communiqué complet ci-dessous :

    L’ARS Réunion nous a alerté le 24 avril, sur l’éventuelle présence de tâches ou salissures sur certains masques de type "Facial jetable 3 couches" dans des proportions limitées lors de leur déconditionnement, avant utilisation. L’ARS Réunion a diligenté un contrôle bactériologique dont les résultats sont attendus lundi 27 avril 2020.

    Nous n’avons eu aucune autre remontée similaire avec ce type de masque. Nous avons rappelé à l’ARS Réunion que l’appellation " masque chirurgical " reste une terminologie générique et comme explicitement précisé sur l’emballage, il s’agit de " masque facial jetable " répondant à la norme GB/T 32610-2016 type D.

    De plus, nous avons centralisé nos dons auprès de l’ARS Réunion, qui en qualité d’Autorité administrative de santé est en charge d’assurer la distribution des différents types de masques en fonction des destinataires et de l’usage qui en sera fait.

    L’ensemble des justificatifs et certificats de conformité ont été fournis aux autorités lors de leur importation sur le territoire national.

    L’ARS Réunion nous a annoncé dans un mail hier, le 23 avril, que ces masques avaient été mis de côté, sans nous alerter sur d’éventuels problèmes de taches ou de salissures.

    Toutefois, nous l’avons informée que, si elle le souhaite, nous sommes disposés à reprendre l’intégralité des masques faciaux jetables offerts et à les remplacer par ceux de son choix.

    Lire aussi : L'ARS attribue (encore) des masques tâchés aux professionnels de santé

  • IPR

    Les respirateurs envoyés à La Réunion sont bien adaptés

    Les respirateurs artificiels produits en France sont-ils adéquats pour les patients de Covid-19 admis en services de réanimation ? La question est entière après une enquête publiée par Radio France ce jeudi 23 avril 2020. Les modèles fabriqués par Air Liquide, Valeo, PSA et Schneider Electric pour ventiler les malades de coronavirus pourraient, en effet, s'avérer inadaptés. Le gouvernement conteste véhément ces interrogations. La veille, la directrice générale de l'ARS Martine Ladoucette annonçait l'arrivée de 10 respirateurs sur le sol réunionnais. Si le CHU de La Réunion confirme qu'il s'agit bien des modèles adaptés, ils n'en sont toujours pas en possession.

    L'enquête de la cellule investigation de Radio France affirme que 8.500 des 10.000 appareils commandés par l'Etat ne sont pas adaptés à la réanimation de patients atteints par le Covid-19.

    Face à l’intensité de la crise sanitaire, Air Liquide, seul fabricant français de respirateurs artificiels, s’était affairé à la production d’appareils du modèle appelé Monnal T60. Originellement conçu pour le transports des malades, le Monnal T60 peut s’adapter aux impératifs d’un service de réanimation. Il est cependant plus compliqué à assembler que le modèle plus basique, appelé Osiris 3, que Air Liquide propose de produire en plus grande quantité.

    L’État suit la recommandation de l’entreprise, qui a décidé de vendre tous ses appareils à prix coûtant (3.000 euros pièce), et 8 500 Osiris 3, contre 1 600 Monnal T60, sont fabriqués en un temps record de 50 jours.

    Seulement, les Osiris 3 sont des respirateurs destinés à gérer l’urgence. Sur son propre site, Air Liquide décrit ce modèle comme un ventilateur de transport léger et simple d’utilisation, note l’enquête. "Il est donc probable que les Osiris, du moins dans un premier temps, serviront à autre chose qu'à soigner des patients atteints du Covid-19".

    Selon des médecins interrogés par les journalistes de Radio France, ce ventilateur, ne conviendrait pas pour soigner des patients dans un état critique. “Si vous vous en servez pour un syndrome respiratoire aigu, vous avez un risque de tuer le patient au bout de trois jours. Parce que ce n’est pas fait pour ça”, explique l’anesthésiste-réanimateur Yves Rébufat, du CHU de Nantes.

    Des critiques qui surprennent Air Liquide, qui précise que le modèle a notamment été validé par le système de santé britannique pour traiter les cas de coronavirus, “moyennant des procédures que nous donnons aux soignants”.

    - Le gouvernement se défend -

    Le gouvernement a également vivement contesté ces affirmations. Le cabinet d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et responsable du projet, a rappelé la contrainte de l’urgence et que “se posait la question de produire des respirateurs en un temps record en tenant compte de la disponibilité des pièces critiques”.

    "La commande passée à Air Liquide l'a été à un moment où le nombre de patients admis en réanimation continuait de croître très rapidement, et où il apparaissait absolument nécessaire de sécuriser la capacité à armer un nombre de lits de réanimation beaucoup plus important", ajoute-t-elle dans un communiqué conjoint avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

    Les deux membres du gouvernement défendent un choix de prudence et de responsabilité, la meilleure solution disponible au moment où le nombre d’admissions en réanimation allait croissant. “L’heure n’est pas à la polémique sur les prétendus excès de moyens engagés”, insiste le communiqué.

    - Et La Réunion dans tout cela ? -

    Ce mercredi 22 avril 2020, lors d'un point presse sur la situation sanitaire, la directrice générale de l'ARS Martine Ladoucette se félicitait de l'arrivée de 10 nouveaux respirateurs à La Réunion. Une mesure d'anticipation alors qu'on ne dénombre aujourd'hui encore que 2 patients de Covid-19 en réanimation sur l'île. 

    La question n'en est pas moins pertinente : quels modèles de respirateurs a reçu le CHU de La Réunion ? Jointe par Imaz Press, l'ARS n'a pas répondu à notre requête

    Du côté du CHU, on précise que les 10 respirateurs commandés par l'Etat pour la Réunion sont bien des modèles Monnal T60 d'Air Liquide, donc adaptés au Covid-19. Seul hic, ce vendredi 24 avril à 15h, le CHU n'avait pas encore reçu les appareils, en théorie arrivés la veille. "L'ARS a été questionnée ce matin pour connaitre la date de livraison", indique-t-on.

    Enfin sur l'utilité des modèles Osiris le CHU de La Réunion indique qu'ils sont "moins adaptés à ce type de patient. Actuellement, le CHU a un certain nombre de ces appareils dans son parc mais il ne servent pas compte tenu de notre parc important de respirateurs lourds disponibles. En ultime recours, à défaut de machine performante disponible, sur des patients en réanimation n'étant pas en forte détresse respiratoire, ils pourraient être utiles et servir."

    Retrouvez l'article sur ce lien

  • IPR

    Les attestations de déplacements sont à télécharger

    • Les attestations de déplacement sont également disponibles sur smartphone

    ATTENTION : on se déplace uniquement pour un motif impérieux

    Les attestations sont téléchargeables en cliquant ici

    Justificatif de déplacement professionnel

     

    Attestation de déplacement dérogatoire

    A noter que ces attestations sont aussi disponibles sur smartphone

     

  • IPR

    Ce qu'il faut retenir de ce vendredi

    • La Réunion compte 412 cas de covid-19, aucun nouveau cas n'a été rencensé ce vendredi2 personnes sont toujours en réanimation. Une personne a été co-infectée dengue et covid-19.

    • Seules 8 patients sont hospitalisés dont 2 en réanimation. On compte également 300 personnes guéries.

    • A La Réunion, les cas de moins de 14 ans sont désormais deux fois plus nombreux que les plus de 75 ans à raison de 8% contre 3,9%.

    • Le rectorat de La Réunion a annoncé une rentrée progressive à partir du 14 mai pour le corps enseignant et à partir du 18 mai pour les élèves, à raison de 12 à 15 élèves par classe.

    • Le trafic sur les routes réunionnaises est en hausse : 40% du trafic habituel contre 20% en début de confinement. Près de 250.000 personnes ont été contrôlées en tout, 5% d'entre elles ont été verbalisées.

    L'Elysée a donné des précisions sur l'après 11-mai : le déconfinement ne sera pas régionalisé, le retour à l'école se fera sur la base du volontariat des parents et les masques devraient être obligatoires dans les transports.

    • Mayotte recense 354 cas en tout, et 4 personnes sont décédées, 4 personnes sont au service réanimation.

    Aucun cas positif détecté ces dernières 24 heures à Maurice. Le pays compte 331 cas recensés. Le nombre de patients guéris passe à 285. Le gouvernement vise un déconfinement progressif le 4 mai prochain.

    • En France, 389 nouveaux décès ont été enregistrés ces 24 dernières heures, ce qui fait monter le total à 22.245 morts du covid en France depuis le début de l'épidémie.

    • Dans le monde, 2,7 millions de personnes ont été contaminées et on dénombre plus de 193.000 décès du covid-19 en tout.

    • Les attestations de déplacement sur smartphone sont disponibles en ligne

    A propos

  • IPR

    Bonjour La Réunion !

    Nous voila repartis pour une nouvelle journée de suivi de la crise sanitaire

    Rest ek nou, rest zot kaz

     

A propos

Pas de nouveau cas en 24 heures à La Réunion, la rentrée scolaire se précise

Aucun nouveau cas n'a été confirmé à La Réunion ce vendredi, l'île compte donc 412 cas de covid-19 au total depuis le début de l'épidémie. La préfecture et l'ARS annoncent également que 300 patients sont guéris. Seules 8 personnes sont hospitalisées dont 2 en réanimation.

409 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS et Santé publique France. 288 sont importés, 64 sont des cas secondaires et 57 sont des cas autochtones. Les cas importés représentent donc 70 % du total. Deux patients sont toujours en réanimation et 9 autres sont hospitalisées.

Pour les tranches d'âges, 8% ont entre 0 et 14 ans, 41% entre 15 et 44 ans, 39,8% entre 45 et 64 ans, 7,3% entre 65 et 74 ans et enfin 3,9% ont plus de 75 ans. Ces chiffres montrent donc qu'à La Réunion, les cas de moins de 14 ans sont désormais deux fois plus nombreux que les plus de 75 ans à raison de 8% contre 3,9%.

Plus de 3.300 personnes ont été appelées individuellement et suivies dans le cadre du contact-tracing. Depuis la fin du mois de mars, une baisse du nombre de cas confirmés est observée à la Réunion : entre 0 et 10 cas par jour, confirmant ainsi une faible circulation ponctuelle sur le territoire indique l'ARS.

- Un trafic en hausse sur les routes -

Selon la police nationale qui a effectué une série de contrôles ce vendredi, en présence du préfet, le trafic actuel sur les routes réunionnaises représente 40% du trafic habituel contre 20% au début du confinement. De plus en plus d'automobilistes prennent la route, notamment pour aller travailler, en prévision du déconfinement.

Par ailleurs, 248.663 contrôles ont été effectués en tout à La Réunion dont 179.189 véhicules et 69.474 piétons. Parmi ces contrôles 11.588 ont donné lieu à des verbalisations. Près de 95% des Réunionnais contrôlés étaient donc en règle, munis de leur attestation.

Ces dix derniers jours, les motards de la gendarmerie ont procédé à des contrôles ; ils ont ainsi relevé 66 excès de vitesses dont 64 vitesses relevées entre 20 et 40 km/h de plus que les vitesses autorisées et 2 excès de grande vitesse dont un supérieur à 50 km/h.

- La reprise de l'école se précise -

Ce vendredi, l'Académie de La Réunion a tenu sa conférence de presse hebdomadaire sur l'avancée de la continuité pédagogique, pendant le confinement. La rentrée scolaire le jeudi 14 mai n'aura lieu que pour les personnels éducatifs. Les élèves seront appelé à reprendre les cours à partir du lundi 18 mai. Une rentrée dont l’hypothèse la plus probable est qu'elle se fera par groupes de 12 à 15 élèves par salle de classe.

Débutée la semaine dernière, l’opération Devoirs à la maison est un succès, indique le Rectorat. 150 écoles et établissements scolaires sont actuellement inscrits sur la plateforme mise à disposition par La Poste pour l’envoi par voie postale des exercices sur supports papier à leurs élèves non équipés en matériel informatique. Depuis le lancement du dispositif, les données de La Poste confirment bien l’envoi quotidien de 10.000 pages vers 1.200 familles repérées par les écoles et établissements.

Cette semaine, environ 290 personnels de l’Education nationale étaient présents dans 43 écoles et 10 collèges pour accueillir des enfants des personnels indispensables pour la gestion de la crise sanitaire. Le nombre d’élèves accueillis se stabilise : 330 en moyenne cette semaine dans les écoles et environ 50 dans les collèges.

Retrouvez nos lives précédents ici : 

• notre live du 24 avril : Covid-19 : aucun nouveau cas à La Réunion, le total reste à 412

• notre live du 23 avril : Coronavirus : 2 nouveaux cas confirmés à La Réunion, 412 patients au total

• notre live du 22 avril : Coronavirus : aucun nouveau cas ce mercredi, la préfecture dément un cluster aux Avirons

• notre live du 21 avril : Covid-19 : 2 nouveaux cas confirmés à La Réunion, 410 au total

• notre live du 20 avril : Coronavirus : pas de nouveau cas, le bilan reste de 408 personnes contaminées à La Réunion

Et tous nos lives et articles depuis le début de la crise sanitaires sont ici

   

3 Commentaire(s)

7AC, Posté
Et bis répétita : Combien de personnes testées à ce jour....
Zavoca marron, Posté
Les gens confondent souvent la santé (notamment les politiques publiques de santé en France et dans l'UE moins le RU!) & la médecine (et ses progrès appliqués ou pas dans tous les coins et recoins de France incluant les outre-mer...y compris au sommet de l'État (c'est comme l'écologie...et cela concerne la plupart des députés verts!!!).
Autre confusion : l'espérance de vie => à la naissance et en fonction des connaissances et technologies du moment et surtout organisation de la société...
7AC, Posté
Ne serait-il pas possible d'avoir le nombre de personnes testées ?
Je suis sÃ"r que la règle est de ne tester que les gens qui ont les symptÃ'mes de la maladie, alors qu'il y a peut être des foyers entiers de porteurs sains, voir avec peu de symptÃ'mes, et qui font avec.