La Chambre de commerce redoute une grave crise sociale :

4.000 entreprises directement menacées de fermeture


Publié / Actualisé
La Chambre de commerce et de l'industrie de La Réunion (CCIR) tenait une conférence, ce lundi 27 avril 2020, pour rendre compte des résultats d'une nouvelle enquête menée auprès des entreprises de l'île quant à l'impact de la crise du coronavirus. Les 789 entreprises sondées font état d'une perte de 30 millions d'euros de chiffre d'affaires depuis le début du confinement. Une perte que la CCIR estime à 362 millions d'euros pour l'ensemble des entreprises réunionnaises. Beaucoup d'entre elles n'ayant pas accès aux aides de l'Etat, car ne répondant pas aux critères définis par le gouvernement, le président Ibrahim Patel prévient que 4.000 entreprises et 3.600 emplois seront menacés sans une aide plus vaste et l'intervention des collectivités locales. (Photo rb/www.ipreunion.com)
La Chambre de commerce et de l'industrie de La Réunion (CCIR) tenait une conférence, ce lundi 27 avril 2020, pour rendre compte des résultats d'une nouvelle enquête menée auprès des entreprises de l'île quant à l'impact de la crise du coronavirus. Les 789 entreprises sondées font état d'une perte de 30 millions d'euros de chiffre d'affaires depuis le début du confinement. Une perte que la CCIR estime à 362 millions d'euros pour l'ensemble des entreprises réunionnaises. Beaucoup d'entre elles n'ayant pas accès aux aides de l'Etat, car ne répondant pas aux critères définis par le gouvernement, le président Ibrahim Patel prévient que 4.000 entreprises et 3.600 emplois seront menacés sans une aide plus vaste et l'intervention des collectivités locales. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Au cours de ce nouveau point presse suite à une enquête de terrain, la Chambre de commerce et de l'industrie de La Réunion (CCIR), par la voix de son président Ibrahim Patel, a dressé un constant inquiétant alors qu'approche le 11 mai, date du déconfinement progressif.

La CCIR avait créé une cellule de crise avec accueil par mail et téléphon dès le 16 mars dernier. S'en était suivie la mise en place d'un accueil SMS le 26 mars puis d'une ligne téléphonique dédiée le 6 avril. Au total, via ces quatre canaux, ce sont 3008 demandes qui ont été traitées, signe de l'inquiétude des entrepreneurs réunionnais. 

62% de ses entreprises sont des structures sans aucun salarié et 18% avec un effectif entre 1 et 10 salariés, soit 4 demandes sur 5 pour une petite ou moyenne entreprise. Un autre facteur d'inquiétude est que 44% des demandes concernaient des entreprises dont la création remonte à moins de 5 ans. Les sujets des demandes reçues concernaient principalement les aides financières, ainsi que l'accompagnement pour y accéder. 

Concernant l'enquête à proprement parler, pour mesure l'appropriation des différente mesures de soutien par les chefs d'entreprises, les besoins de leur affaire ainsi que leur perception des mois à venir, 789 répondants y ont participé. Là encore, la spécificité du tissu économique réunionnais en est ressortie, puisque 87% des répondants ont 5 salariés ou moins. À elles seules, elles estimesnt à 30 millions d'euros la perte en chiffre d'affaires depuis le début du confinement. La CCIR évaluee à 362 millions d'euros la perte pour l'ensemble des entreprises de l'île.

La moitié des sondés sont fermés pour raison administrative, tandis qu 84% déclarent avoir mis la totalité de leur effectif au chômage partiel. Et si la quasi totalité des entrepreneurs sont au fait du Fonds de solidarité national et que 4 sur 5 l'ont actionné, un tiers n'a pas encore reçu les fonds. 

- 12.000 masques pour les petites entreprises les plus touchées -

En marge de la présentation des résultats de l'enquête, Ibrahim Patel a par ailleurs annoncé que la Chambre de commerce allait commander 12.000 masques en tissu, lavables et réutilisables, à destination des petites et moyennes entreprises aynt subi un fermeture administrative. Un coup de pouce bienvenu pour ne pas engendrer de frais supplémentaires à la lente reprise de l'économie à venir. 

- Mon resto à domicile -

Depuis le début du confinment, la plupart des entrepriss du secteur de la restauration ont fermé leurs portes. D'autres ont réorganisé leurs activités vers de la vente à emporter ou livrée. La livraison à domicile des produits et services des commmerçants est en plein développement. Afin de d'accompagner la reprise d'activité des entreprises du secteur et faciliter leur adaptadion à la crise, la CCIR a mis en place une plateforme inédite à La Réunion : monresto.re.

Un annuaire en ligne qui répertorie les restaurants et traiteurs de l'île proposant de la vente à emporter ou à livrer, pour leur donner un maximum de visibilité. Il ne s'agit toutefois que d'une vitrine et non d'une plateforme de commande et payement. 

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

John, Posté
Macron c'est un ex-banquier il me semble...
L'État Français ne valorisent pas l'île de la Réunion et donne trop de pouvoir aux BANQUES ET AU CAPITALISMES SUR NOTRE ÎLE.
LE PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE DE COMMERCE NE BOUGE PAS ASSEZ JE TROUVES
Manu, Posté
Cest lui qui a fait l'étude, alors qu'il ne sait pas calculer un %. Je lui donne la formule : pourcentage de x par rapport à y= x÷y.
Mais c vrai que c plus facile d'encaisser des loyers...
Je doute vraiment de la véracité de ces chiffres !
La vérité si je mens !, Posté
C'est beau les chiffres !
La centrale d'achat pour les commerces alimentaires, voulue par le président de la Chambre de commerce et baptisée Koopérativ , toujours dans les cartons , la CCIR pourra répondre ? Allo ! Tonton , pourquoi tu tousses ?