[LIVE] Le Département prend en charge la fabrication de 730.000 masques :

Covid-19 : 3 nouveaux cas à La Réunion, 420 personnes contaminées depuis le début de l'épidémie


Publié / Actualisé
Son discours devant les députés était très attendu : le premier ministre Edouard Philippe a présenté son plan de déconfinement à l'Assemblée nationale ce mardi 28 avril, adopté ensuite par une large majorité. Très progressif, ce plan basé sur le triptyque "protéger, tester et isoler", se déroulera par phases et devrait être adapté aux différents départements. Le retour à l'école, lui, se fera aussi niveau par niveau et tous les commerces ne rouvriront pas le 11 mai, seulement ceux qui ne provoque pas de groupement de personnes. Le port du masque sera obligatoire dans les transports. La circulation se fera à nouveau sans attestation mais les déplacements entre départements seront réduits aux motifs impérieux. "Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous nous ne déconfinerons pas au 11 mai" a averti le chef du gouvernement. La Réunion compte 420 de Covid-19 désormais, avec 3 nouveaux cas annoncés ce mercredi. Suivez notre direct (Photo rb/www.ipreunion.com)
Son discours devant les députés était très attendu : le premier ministre Edouard Philippe a présenté son plan de déconfinement à l'Assemblée nationale ce mardi 28 avril, adopté ensuite par une large majorité. Très progressif, ce plan basé sur le triptyque "protéger, tester et isoler", se déroulera par phases et devrait être adapté aux différents départements. Le retour à l'école, lui, se fera aussi niveau par niveau et tous les commerces ne rouvriront pas le 11 mai, seulement ceux qui ne provoque pas de groupement de personnes. Le port du masque sera obligatoire dans les transports. La circulation se fera à nouveau sans attestation mais les déplacements entre départements seront réduits aux motifs impérieux. "Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous nous ne déconfinerons pas au 11 mai" a averti le chef du gouvernement. La Réunion compte 420 de Covid-19 désormais, avec 3 nouveaux cas annoncés ce mercredi. Suivez notre direct (Photo rb/www.ipreunion.com)

Ce qu'il faut retenir

• 3 nouveaux cas de Covid-19 sont annoncés ce mercredi portant le total à 420. En effet un cas a été "invalidé" le total n'est donc pas de 421 mais bien de 420.

• Seuls 4 patients sont hospitalisés à La Réunion dont 1 en réanimation.

• Mayotte compte 460 cas confirmés, c'est le territoire ultramarin le plus touché par le virus.

• A Maurice, aucun nouveau cas n'a été recensé ces dernières 24 heures, le nombre de cas est toujours de 334. Le nombre de patients guéris est de 303. 10 personnes sont décédées du virus.

Edouard Philippe a présenté le plan de déconfinement aux députés ce mardi. L'Assemblée nationale l'a approuvé par 368 voix contre 100. Le déconfinement sera progressif et adapté à chaque territoire en fonction de sa circulation virale. Le déplacement hors département est très limité. Les commerces pourront rouvrir le 11 mai. Quant à la rentrée, elle se fera niveau par niveau. Les masques seront obligatoires dans les collèges et les lycées, tout comme dans les transports publics.

• La France déplore 367 nouveaux décès du covid-19 dans les dernières 24 heures, soit 23.660 morts depuis le début de l'épidémie. 27.484 personnes sont hospitalisées pour une infection au covid-19, parmi elles, 4.387 patients sont en réanimation.

• Dans le monde, 3,1 millions de personnes ont été touchées par le virus. On dénombre plus de 214.000 décès liés au covid-19. Les Etats-Unis comptent un tiers des cas recensés dans le monde avec 1 million de personnes contaminées.

• Les attestations de déplacement sur smartphone sont disponibles en ligne

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi.

    Rendez-vous demain pour de nouvelles informations sur le covid-19 et le plan de déconfinement pour l'après 11-mai.

  • IPR

    427 nouveaux décès sont enregistrés dans les dernières 24 heures en France

    La France déplore donc en tout 24.087 décès liés au covid-19 depuis le début de l'épidémie.

    Le nombre d'hospitalisations, lui, continue de baisser.

  • IPR

    Des marchandises de première nécessité livrées à Aurère ce vendredi

    Le fan club PSG Réunion se rendra ce vendredi 1er mai à Aurère afin de livrer des marchandises de première nécessité dont des produits frais (viandes, légumes laitages et oeufs). Les marchandises ont été récoltées auprès de grossistes "mais également auprès de nos adhérents". "Cela est possible grâce à "notre système D" et la générosité de certains particuliers et entreprises" indique le club.

    Ces marchandises seront acheminées, une partie en hélicoptère et le reste à pied sur le dos des 18 adhérents participants (15 à 20 kg par personne). "La montée de Deux-Bras jusqu’à Aurère sera certainement éprouvante".

    Le fan club a déjà livré près de 3 tonnes de marchandises dans divers îlets de La Possession et de Saint-Paul. Toutes les protections sont mises et les gestes barrières appliqués à chaque fois.

  • IPR

    Les enfants des personnels indispensables à la crise accueillis dans les centres de loisirs

    La direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJSCS)  en charge de la mise en oeuvre des accueils collectifs de mineurs sur le département informe des modalités particulières de fonctionnement de ces accueils pendant les vacances scolaires du mois de mai. Du 4 au 10 mai, ces accueils seront ouverts de façon dérogatoire pour accueillir les enfants des personnels indispensables à la crise sanitaire et à la continuité de la vie du territoire. A partir du 11 mai de nouvelles modalités d'organisation des accueils collectifs de mineurs seront mises en places.

    Liste des accueils ouverts la semaine du 4 mai :

    La suite du communiqué de la préfecture par ici.

  • IPR

    1er mai : vente du muguet réglementée et interdite sur la voie publique

    En raison de la crise sanitaire du Covid-19 et dans le cadre du décret du 23 mars 2020, la vente du muguet est réglementée cette année, annonce la préfecture. Il est notamment interdit d'en vendre sur la voie publique.

    Toutes les règles de la préfecture à consulter sur ce lien.

  • IPR

    Pas de nouveau cas à Maurice, 306 guéris annoncés

    Pas de cas positif détecté sur les 615 tests effectués ces dernières 24 heures, selon L'express.mu.

    Le nombre de cas recensés à Maurice est de 332. 306 patients sont considérés comme guéris. Le nombre de cas actifs est de 13.

  • IPR

    Questions autour d'une maladie inflammatoire qui touche les enfants

    "L'ensemble des pédiatres, des réanimateurs (en Europe) travaillent ensemble pour voir s'il y a lieu ou non de faire un lien avec le Covid-19, ce que je ne sais pas encore au moment où je vous parle", a déclaré le ministre français de la Santé, Olivier Véran, mercredi à l'Assemblée nationale. "C'est quelque chose qui nous préoccupe", avait assuré la veille son homologue britannique, Matt Hancock, à la radio LBC.

    Une préoccupation d'autant plus vive que toutes les études ont jusqu'à présent montré que les formes graves du Covid-19 étaient rarissimes chez les plus jeunes. L'alerte est partie ce week end d'Angleterre, avec un signalement du service public de santé, NHS England.

    Dans la foulée, un petit nombre de cas similaires a été mentionné en France, aux Etats-Unis, en Espagne ou en Belgique. Sur l'ensemble des hôpitaux parisiens, cela représente "à peu près une vingtaine d'enfants", indique à l'AFP Damien Bonnet, chef de service de cardiologie pédiatrique à l'hôpital Necker enfants malades. "Selon mes collègues français, il y en a d'autres ailleurs", ajoute-t-il, en soulignant toutefois que leur nombre dans l'absolu "reste limité". Le premier cas a été admis dans son hôpital "il y a trois semaines" et "ça s'est accéléré depuis environ 8 jours".

    Un constat partagé de l'autre côté de l'Atlantique. "J'ai vu de tels patients hier et aujourd'hui, et mes collègues en voient depuis deux ou trois semaines", dit à l'AFP Sunil Sood, spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital pour enfants Cohen's children de New York.

    Selon le Pr Bonnet, ces jeunes patients ont "de 2 à 18 ans". Le Dr Sood, lui, mentionne plutôt "des adolescents, dont le plus jeune a 13 ans". Comment cela se manifeste-t-il ? "Ces enfants viennent avec des symptômes digestifs, respiratoires ou infectieux" accompagnés "d'une atteinte cardiaque", répond le Pr Bonnet, selon qui "la plupart ont besoin d'être aidés avec des médicaments pour soutenir le fonctionnement du coeur".

    Les détails sont par là

  • IPR

    Royal Bourbon Industries offre 10.000 boîtes de lentilles à la Banque alimentaire des Mascareignes

    Le stock de la Banque Alimentaire des Mascareignes en produits de première nécessité est faible. Aussi Royal Bourbon industries a décidé de faire un don à cette dernière de 10.000 boites de conserves de Lentilles de 400 grammes.

    Les premières palettes seront livrées demain jeudi 30 avril 2020 en présence de Marcel Techer, président de la Banque Alimentaire des Mascareignes et de Nicolas Lebon Nicolas Lebon, directeur marketing de Royal Bourbon Industries. Les palettes restantes seront livrées dans les 2 semaines qui vont suivre en fonction des besoins de produits de la Banque Alimentaire des Mascareignes.

  • IPR

    "Un sourire doit passer", une opération pour égayer le quotidien des personnes fragiles

    En ce temps où le confinement isole encore plus nos proches qui sont dans des EHPAD, en maison de retraite ou parfois hospitalisés, les gendarmes de l'Ouest proposent aux enfants ou aux plus grands d'égayer le quotidien de nos aînés en leur disant que nous pensons à eux.

    "Envoyez nous une lettre ou un dessin à l’adresse mail suivante ou déposez votre contribution à l’accueil de votre gendarmerie la plus proche, nous nous chargerons de la transmettre avec un sourire" indique les forces de l'ordre

    Vous pouvez les contacter à l'adresse suivante cgd.st-paul+operationdessins@gendarmerie.interieur.gouv.fr

  • IPR

    3 nouveaux cas confirmés à La Réunion, le total passe à 420

    La préfecture et l'Agence Régionale de Santé confirment 3 nouveaux cas de coronavirus Covid-19 à La Réunion ce mercredi 29 avril, suite à un dépistage de fin de quatorzaine.

    Suite à des investigations complémentaires, un des cas annoncé la semaine dernière a été invalidé ce jour. Le nombre total de cas est donc porté à 420 depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020.

    Sur 416 cas investigués, 292 sont des cas importés, 66 des cas secondaires et 58 sont des cas autochtones. 4 personnes sont hospitalisées et 1 seule se trouve en réanimation.

    Concernant les tranches d'âges : 8,1% ont moins de 14 soit 34 cas, 41,3% ont entre 15 et 44 ans, 39,4% ont entre 45 et 64 ans, 7,4% ont entre 65 et 74 ans, et enfin 3,8% ont 75 ans et plus.

    Près de 3.500 personnes ont été appelées individuellement et suivies dans le cadre du contact-tracing.

  • IPR

    Une étudiante réunionnaise coincée en Colombie, où la situation se dégrade vite

    Étudiante réunionnaise de 24 ans, Camille est confinée en Colombie où elle fait un échange universitaire. Dans le pays, la situation se dégrade vite avec plus de 5.000 cas et déjà 250 décès liés au Covid-19. Coincée dans un hôtel de Carthagène à 20 heures de la capitale Bogota, l'étudiante vit de près la misère sociale et la violence dans les quartiers pauvres de la ville colombienne.

    A l'heure actuelle, Camille n'a qu'une seule préoccupation, rentrer sur son île natale et retrouver sa famille. Mais c'est un véritable parcours du combattant. "Mon vol pour le 20 juin a été annulé, je n'ai pas de moyen de rentrer, pas de billet d'avion. Les vols commerciaux sont censés reprendre après le 30 mai, mais presque toutes les compagnies ont annulé leurs vols jusqu'à fin juin. On se pose beaucoup de questions" avoue-t-elle.

    Camille lance un appel à l'aide auprès des autorités réunionnaises et métropolitaines. Alors que plus de 200 Français sont eux aussi bloqués dans ce pays à cause du Covid-19.

    La suite de l'article par ici.

  • IPR

    Cyrille Melchior, président du Département, visite un atelier de fabrication de masques, suivez notre live :

  • IPR

    "Encore trop de gants et masques usagés dans les bacs jaunes" alerte le TCO

    Malgré les consignes de gestion des déchets diffusées depuis le début du confinement, trop de gants et masques usagés se retrouvent encore sur les chaînes du centre de tri situé sur Le Port. Ils sont même en augmentation ! Voici une piqûre de rappel à suivre avec attention.

    Face aux risques sanitaires en cours (Covid-19 et dengue), les bons gestes de tri sont incontournables. Ce sont des gestes simples mais qui ont un impact conséquent.

    "Nos déchets sont une source potentielle d’aggravation de la crise sanitaire que nous vivons. Le non-respect des consignes de tri ainsi que les dépôts sauvages facilitent la propagation des maladies. La maîtrise de la production et de l’impact de nos déchets est une priorité pour éviter l’ajout d’une crise écologique à la crise sanitaire" alerte Ileva, la société de traitement des déchets.

    - La responsabilité est collective : ensemble, protégeons-nous ! -

    Le personnel en charge de la collecte en porte-à-porte et les agents du centre de tri sont en première ligne pour assurer la continuité de ce service essentiel à la vie des Réunionnais. Ils sont en contact direct avec vos déchets !

    Pour les protéger et contenir la propagation du Covid-19, merci de respecter scrupuleusement les consignes suivantes concernant les mouchoirs en papier et les équipements de protection individuelle (masques et gants) usagés :

    Lire l'article ici

  • IPR

    Saint-Joseph : la gendarmerie sensibilise contre les violences intra-familiales

    Au cours de la matinée du mardi 28 avril 2020, un point d'information et de prévention contre les violences intra-familiales a été tenu par la gendarmerie dans la galerie commerçante du supermarché Leclerc Les Terrass à Saint-Joseph. "En cette période de confinement, nous notons une augmentation de signalements et d'interventions de cette nature" précisent les forces de l'ordre. Cette démarche entreprise par les militaires de la Compagnie de Saint Pierre accompagnés par Madame Gourdon, intervenante sociale gendarmerie se renouvellera mardi prochain au même endroit.

    Lire l'article ici

  • IPR

    23% des Réunionnais ne sont pas satisfaits de leurs conditions de logement

    En France, cinq millions de personnes vivent dans un logement trop petit par rapport à la taille du ménage. Dans le département, cette situation concerne, en 2016, 136 300 personnes, soit 16,3% de la population du département. Cette part s'élève à 8,2% en France (hors Mayotte).

    - Des personnes âgées particulièrement vulnérables -

    En cette période de confinement, les personnages âgées vivants seules peuvent être particulièrement vulnérables. L'isolement est en effet susceptible d'avoir des conséquences sur le moral mais aussi sur la santé, et peut complexifier les actes indispensables de la vie quotidienne (faire ses courses, se faire soigner…)

    En particulier, 26,9% des 65 ans ou plus vivent seuls. Parmi ces personnes habitant seules, 11.100 ont plus de 75 ans ou plus. La pauvreté touche 56,2% des personnes âgées de 75 ans ou plus vivant seules dans le département.

    - Enfants en bas âge, écoliers, collégiens, lycéens ou jeunes non scolarisés -

    Dans le département, 244.400 enfants de moins de 18 ans sont soumis au confinement. Parmi eux, 35,8% vivent en famille monoparentale.

    En particulier, la vie en famille monoparentale dans un appartement avec au moins un enfant de moins 10 ans concerne 53 800 personnes.
    La continuité pédagogique peut s’avérer plus difficile pour les famillles monoparentales, en particulier lorsque le parent n’a aucun diplôme : 49,9 % des enfants âgés de 6 à 17 ans vivant en famille monoparentale sont dans ce cas.

     

    Lire l'intégralité de l'article ici
     

  • IPR

    Masques : files d'attente devant les magasins de tissus

    Afin de permettre à la population de fabriquer ses propres masques, l'Etat a autorisé les magasins de tissus à rouvrir leurs portes. L'idée est de permettre au public d'acheter le matériel nécesaire à la confection des protections faciales.

    Les client(e)s ont tout de suite étaitent au rendez-vous. Des files d'attente se forment devant ces commerces.

    Regardez le direct de notre journaliste

    Pour rappel, la filière Développement économique des filières innovantes du Conseil départemental a mis au point une vidéo "tutoriel" pour fabriquer des masques de protection homologués. Le Département se prépare par ailleurs à produire ces masques "en grande quantité".

    Regardez le tutoriel

  • IPR

    - CHU : les visites reprennent dans "des conditions de sécurité adaptées" -

    "Suite aux annonces ministérielles du 19 avril 2020, il est à nouveau possible de rendre visite à des proches en établissements d'hébergement pour personnes agées dépendantes (EHPAD) et en unité de soins de longue durée (USLD), dans des conditions qui restent très encadrées" annonce le centre universiraire hospitaier (CHU.

    L'objectif de la reprise de ces visites est de maintenir le lien social entre les résidents et leurs proches et de lutter et/ou prévenir une détresse psychologique avec incidences sur leur état de santé, compte tenu de la crise sanitaire en cours et de la durée du confinement.

    "Cet objectif vertueux ne doit pas faire oublier la nécessaire maîtrise du risque de contagion accru du fait même de ces visites" note le CHU.

    Ces visites sont aménagées sous la responsabilité du CHU et dans le cadre d’un protocole dédié pour assurer la sécurité des résidents, des soignants et des familles :

    • Les visites sont à la demande du résident ou du besoin identifié par l’équipe médicale,
    • Les visites sont organisées uniquement sur prise de rendez-vous téléphonique,
    • Un seul visiteur est autorisé par visite (possibilité pour 2 visiteurs si la visite a lieu en espace extérieur),
    • La rencontre durera 30 minutes (1h en cas d’accompagnement de fin de vie), auxquelles s’ajouteront les protocoles d’hygiène et de protection.

    Les détails sont par ici

  • IPR

    Les FAZSOI transportent 189 tonnes de fret vers Mayotte

    Le transport de fret alimentaire et de matériels à destination de Mayotte se poursuit toujours dans le cadre de l'opération Résilience. Après l'appareillage du Champlain le 24 avril 2020 et celui de L'Astrolabe le jour suivant, c'est au tour du Malin d'effectuer la liaison maritime vers Mayotte avec à son bord 9 tonnes de fret.

    Cet ancien palangrier, aujourd’hui patrouilleur de la Marine nationale contribue lui aussi, grâce à ses capacités de stockage, au soutien de la population mahoraise lors de cette période de crise exceptionnelle. S’il transporte quelques denrées alimentaires, son chargement se compose avant tout de matériels médicaux tels que des visières, des ventilateurs pulmonaires et plusieurs palettes sanitaires fournies par la plate-forme d’intervention régionale de l’océan Indien (PIROI).

    Des fûts de soude à destination de la Laiterie de Mayotte ont également été chargés pour le nettoyage des cuves. Le patrouilleur a appareillé le 28 avril 2020 et arrivera le 2 mai 2020 à destination.

    De son côté, L’Astrolabe qui transportait 163 tonnes de fret essentiellement alimentaire dont 125 tonnes de riz, accoste ce mercredi 29 avril 2020 au port de Longoni, suivi de près par Le Champlain. Ce bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) contenait quant à lui de l’alimentation animale ainsi que du sel adoucisseur pour le traitement de l’eau potable.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Le message de la CGTR aux travailleurs à l’occasion du 1er mai confiné

    Madame, monsieur, cher.e camarade, pour la première fois, nous n'aurons pas le plaisir de la retrouvaille fraternelle du 1er Mai. Le rapport désastreux de l'homme envers la nature est passé par là. La recherche du profit à tout prix a un prix. Et il se chiffre, en l'espèce, en milliers de vie humaine, les travailleurs et surtout les défavorisés payant le plus lourd tribut.

    Révélateur d’une crise plus profonde du système capitaliste actuel, la crise du covid 19 frappe durement le monde entier.

    Après 4 semaines de confinement social, il ressort que les nouveaux malades ont, en majorité, contracté le virus directement au travail ou à domicile, contaminé par un membre de la famille qui travaille à l’extérieur.

    Les salariés, les femmes notamment, sont donc en 1ère ligne : perte de salaires, d’emploi, augmentation de la précarité pendant que le risque de contamination ajoute de l’angoisse à l’angoisse.

    En dépit du principe de précaution et de la sécurité des salariés très insuffisamment respectée, Medef et gouvernement poussent à la reprise du travail d’un maximum de secteurs et métiers, que ceux ci soient essentiels ou pas au fonctionnement normal de la société.
    Ainsi, pour avoir voulu contraindre un employeur du secteur de l’aide à domicile au respect des mesures de prévention, un inspecteur du travail a été suspendu en attente d’une procédure disciplinaire! Tout cela est édifiant quant au tropisme de l’économie, de son primat sur la Santé. Et par ailleurs, il nous remonte que les contrôles inopinés seraient contraire à un bon dialogue social !

    La crise sanitaire met en lumière les profonds inégalités sociales : pas de logement, logement sur-occupé rendant inopérant le confinement. La situation réunionnaise est particulièrement préoccupante.

    Au regard des incertitudes quant à la nature de ce virus, de son évolution et donc du devenir de cette épidémie, quant à la capacité de réaction de l’Etat, et compte tenu du risque d’autres vagues de contagion, la CGTR estime que les métiers ou secteurs non essentiels à la vie de la nation doivent immédiatement être fermés.

    Dans un avis daté du 8 avril, le conseil scientifique Covid-19 écrivait que globalement dans les territoires ultramarins l'épidémie de coronavirus va s'y "aggraver dans les semaines qui viennent", évoquant un "décalage d'environ trois à quatre semaines" entre la métropole et l'outre-mer. Il relevait la forte présence sur place de comorbidités comme l'hypertension, le diabète et le surpoids.

    La Santé doit primer sur l’Economique : le tribunal de Nanterre tout récemment a obligé la plateforme Amazon à se limiter à la livraison de produits essentiels.

    Le déconfinement doit se faire avec un maximum de précautions (gestes barrières, distanciation sociale, dépistages massifs et systématiques, port généralisé du masque...) et l’assurance que les EPI notamment soient suffisants.

    La communication du gouvernement cache mal son impéritie.
    La rentrée scolaire au 11 mai alors que ce secteur a été le premier à être confiné révèle l’incohérence de celui ci. Et du coup, le poids du lobby économique. Cette cacophonie indescriptible ajoute de la confusion à la confusion, de l’angoisse à l’angoisse.

    Le patronat et le gouvernement travaillent, eux, à " leur jour d’après " où les droits des travailleurs se réduiraient encore plus et où leurs expressions de compassion se révèleraient " peinture corona ".

    A l’instar des lois sur la Sécurité ayant servi à prendre des mesures sécuritaires, la loi d’état d’urgence sanitaire est à la base d’une remise en cause du droit du travail : hold-up sur les jours de congé et de RTT, remise en cause des 35 heures pour travailler encore plus.
    Loin de la reconnaissance dûe à nos héros (personnel de la Santé et travailleurs de première ligne), le gouvernement reste flou et distribue l’aumône.

    Au nom de l’unité nationale, le salariat est convié à sa propre régression.

    La CGT revendique :

    - la fin de l’austérité,
    - la mise en place d’une cellule de crise (guichet unique) pour les salariés, les demandeurs d’emploi et les exclus (moratoire sans intérêts sur les dettes et loyers, différé de remboursements de prêt, interdiction des coupures d’électricité ou limitations d’accès, interruptions d’internet et de téléphone...),
    - la fermeture impérative provisoire des entreprises non vitales,
    - la protection nécessaire des salariés avant toute reprise de l’activité ,
    - le maintien du salaire de tous les salariés impactés (CP, arrêt maladie, garde d’enfants,...),
    - la prolongation des droits à l'assurance-chômage au-delà du confinement,
    - la réévaluation de l’utilité sociale des métiers et professions et conséquemment des salaires et l’amélioration des conditions de travail
    - le respect du droit du travail et des droits des travailleurs ainsi que le retrait des dispositions régressives de la réforme de l'assurance chômage et de la contre réforme des retraites,
    - l’interdiction de verser des dividendes (l’an dernier les seules entreprises du CAC 40 en ont distribué pour un montant record de 50 milliards).
    - la reconnaissance du Covid19 comme maladie professionnelle pour tous les salariés ayant contracté le virus sur leurs lieux de travail ou lors de l’exercice de leurs professions,

    Le " jour d’après " se construira, avec les forces vives de la société dans un débat démocratique soucieux de justice sociale et de réduction des inégalités (le " jour d’après " devra accorder une attention particulière aux personnes défavorisées et à nos " vieux " durement éprouvées par la crise), du respect de la représentativité des syndicats notamment, par une remise en cause radicale du système capitaliste. Il ne se se privera pas de la possibilité de planifier et de travailler le temps long pour échapper au courtermisme (profit immédiat) et ainsi répondre aux besoins sociaux.

    Il se fera en intégrant la dimension environnementale et écologique qui doit cesser d’être un supplément d’âme ou prétexte à spéculer.

    Le contrôle par la Nation (y compris nationalisation) de secteurs essentiels devra être un objectif primordial (indépendances agricole et industrielle, consolidation des services publics, relance de l’hôpital public et du système de Santé, relocalisation d’activités vitales à la Nation,....).

    Des investissements massifs dans les services de soins et de santé publique, fragilisés par les politiques d’austérité, seront nécessaires et poseront inévitablement la question d’une autre répartition des richesses.

    La CGTR félicite tous les salariés et notamment ceux particulièrement exposés qui, au péril de leur santé voire de leur vie, œuvrent à la solidarité et à la vie.

    La CGTR a une pensée profonde pour tous les défavorisés, dont l’absurde condition de vie est mise à nu de façon la plus crue, broyés par un système profondément inégalitaire où l’économique dicte sa loi envers et contre tout et ce, quoique qu’il en coûte ".

    Le 1er mai est un symbole, celui de la lutte et de la fraternité des salariés. À l’unisson, les travailleurs du monde entier, ce jour là, vivent leur solidarité face à la volonté patronale de toujours réduire leurs droits et leur dignité.

    Bon 1er mai et salutations fraternelles.

    Le secrétaire général de la CGTR.
    Ivan Hoareau

  • IPR

    Edouard Philippe examine le plan de déconfinement avec préfets et élus locaux

    Pour tenter de mettre en musique le déconfinement par région et par département, Edouard Philippe réunit mercredi préfets et élus locaux, pariant sur une reprise a minima de l'activité éducative, économique et sociale à compter du 11 mai.

    "Nous allons devoir vivre avec le virus" a prévenu le Premier ministre en présentant mardi le plan de déconfinement du gouvernement à l'Assemblée nationale, qui l'a adopté par 368 voix pour et 100 contre.

    Sa mise en oeuvre va faire l'objet d'un "travail de concertation et d'adaptation aux réalités de terrain" avec les responsables et élus locaux, mercredi et jeudi, a-t-il ajouté.

    L'enjeu est de taille: relancer l'économie sans déclencher une deuxième flambée de l'épidémie. En 24 heures, le coronavirus a causé 367 nouveaux décès, portant le total à 23.660 morts depuis le 1er mars.

    Mais la décrue se poursuit dans les services de réanimation, avec un solde net de 221 patients en moins, selon la Direction générale de la Santé (DGS). Seulement 153 nouveaux cas graves y ont été admis.

    "Protéger les Français sans immobiliser la France", a résumé le chef du gouvernement en annonçant la fin des attestations. "Il sera à nouveau possible de circuler librement" jusqu'à 100 km du domicile et de se rassembler, en public et en privé mais à moins de dix personnes.

    Il faut bien déconfiner pour éviter "le risque d'écroulement" de l'économie et de l'emploi, mais "progressivement, prudemment" et "si les conditions sont réunies" et que le nombre de cas et d'hospitalisations continue de baisser. Et "si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai" ou alors "plus strictement", a prévenu M. Philippe.

    Pour tout le monde, ni bar ni restaurant, ni cinéma, pas de festival ni de grande manifestation sportive au-delà de 5.000 personnes, et surtout pas de weekend à la plage. Pas de mariage non plus, de préférence, a-t-il averti.

    Plus d'informations ici

  • IPR

    Des masques partout en Allemagne, un million de cas aux USA

    Le port du masque dans les commerces devient obligatoire mercredi dans toute l'Allemagne alors que d'autres pays européens peaufinent des plans de déconfinement, mais la pandémie de coronavirus continue de faire des ravages, avec la barre du millionième cas franchie aux Etats-Unis.

    Après les transports publics, la capitale allemande Berlin a décidé d'imposer le masque dans les magasins, a déclaré Andreas Geisel, adjoint à l'Intérieur du maire. Les 15 autres Länder (Etats régionaux) avaient pris une mesure similaire la semaine dernière. Avec la décision berlinoise, c'est donc l'ensemble de l'Allemagne qui impose désormais le port du masque dans les commerces. L'obligation votée mardi par le Sénat de Berlin porte sur la protection du nez et de la bouche. Les foulards sont autorisés.

    L'autorité sanitaire allemande a exhorté la population à rester prudente face à la pandémie. Le gouvernement fédéral et les régions doivent refaire le point jeudi en vue de décisions attendues pour le 6 mai sur d'éventuelles mesures de déconfinement.

    En France, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté mardi une feuille de route pour remettre progressivement le pays en marche à partir du 11 mai, une date fixée auparavant par le président Emmanuel Macron. Une majorité des députés ont approuvé le plan, critiqué par l'opposition qui dénonce un "flou" dans plusieurs de ses modalités.

    Au programme: tests massifs, réouverture progressive des écoles, réouverture des commerces (mais pas dans un premier temps des cafés et des restaurants) et masque obligatoire dans les transports publics. Les cinémas, grands musées et théâtres resteront fermés, comme les plages, et la saison sportive 2019-2020 ne reprendra pas. Les rassemblements de plus de dix personnes seront interdits.

    Plus d'informations ici

  • IPR

    Une application péi pour le "contact tracing" et contre la propagation du virus

    "Un collectif d'entrepreneurs baptisé "Mouvement Solidaire des Entrepreneurs Réunionnais" apporte sa contribution pour une solution opérationnelle "Safety check"qui permettrait aux Réunionnais de recevoir des notifications d'exposition au risque covid-19" indique le collectif.

    "Initiative privée initiée le 22 mars dernier, dont la phase de recherche est co-financée par convention avec l'État, l'application Ansamb souhaiterait contribuer à la préparation d'un déconfinement maîtrisé à La Réunion et dans les territoires d'outre-mer. Une alternative au contact tracing, qui respecte à la fois la vie privée et la réglementation européenne sur les données personnelles" précise le collectif

    Plus d'informations ici

  • IPR

    Sondage koz azot : et vous, comptez-vous porter un masque à chacune de vos sorties, à partir du 11 mai ?

    Alors qu'approche le 11 mai 2020, date du déconfinement progressif de le France métropolitaine comme ultramarine, la question du port du masque reste au centre de nombreux débats.

    Lors de son allocution du lundi 13 avril 2020, le président de la République Emmanuel Macron avait promis que chaque Français aurait accès à un masque, dit grand public, évoquant par ailleurs la systématisation du port du masque pour les professions les plus exposées et dans les transports en commun.

    Edouard Philippe, lui, a annoncé que le port du masque serait obligatoire dans les transports publics ou encore dans les collèges et les lycées. En attendant, que comptez-vous faire lors du déconfinement, porterez-vous un masque pour chacune de vos sorties ?

    C'est la question que l'on vous pose comme chaque semaine. Donnez votre avis et répondez à notre sondage du mercredi sur nos pages officielles Facebook et Twitter.

    Tous les détails sont par ici

  • IPR

    Plan de déconfinement : ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe

    Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé devant les députés ce mardi 28 avril pour leur présenter les grands axes de l'après 11-mai.

    Un déconfinement progressif et adapté à chaque territoire en fonction de sa circulation virale.

    Plusieurs phases sont envisagées, la première d'entre elles dure jusqu'au 2 juin. Si la libre circulation des personnes peut reprendre, les loisirs sont réduits et le déplacement hors département ne peut se faire que sur un motif impérieux. Les commerces qui n'engendrent pas de grand rassemblement vont pouvoir rouvrir à partir du 11 mai.

    Quant à la rentrée, elle se fera tranche d'âge par tranche d'âge, les masques seront obligatoires dans les collèges et les lycées, tout comme dans les transports publics.

    Tous les détails sont ici

  • IPR

    Le bilan de la pandémie dans le monde mardi soir

    • Dans le monde, 3,1 millions de personnes ont été touchées par le virus. On dénombre plus de 214.000 décès liés au covid-19. Les Etats-Unis comptent un tiers des cas recensés dans le monde avec 1 million de personnes contaminées.

  • IPR

    Le bilan de la pandémie en France mardi soir

    • La France déplore 367 nouveaux décès du covid-19 dans les dernières 24 heures, soit 23.660 morts depuis le début de l'épidémie. 27.484 personnes sont hospitalisées pour une infection au covid-19, parmi elles, 4.387 patients sont en réanimation (dont 2 à La Réunion).

    Source: www.santepubliquefrance.fr

  • IPR

    Les attestations de déplacement sur smartphone sont disponibles

    Cliquez ici pour les télécharger

    Et voici le mode d'emploi

  • IPR

    Les attestations de déplacements sont à télécharger

    • Les attestations de déplacement sont également disponibles sur smartphone

    ATTENTION : on se déplace uniquement pour un motif impérieux

    Les attestations sont téléchargeables en cliquant ici

    Justificatif de déplacement professionnel

     

    Attestation de déplacement dérogatoire

    A noter que ces attestations sont aussi disponibles sur smartphone

     

  • IPR

    Le bilan de mardi soir

    • Aucun nouveau cas de covid-19 n'a été recensé ce mardi 28 avril, le bilan est donc toujours de 418 cas depuis le début de l'épidémie. Six patients sont hospitalisés dont 2 en réanimation.

    • Mayotte compte 460 cas confirmés, c'est le territoire ultramarin le plus touché par le virus.

    • A Maurice, aucun nouveau cas n'a été recensé ces dernières 24 heures, le nombre de cas est toujours de 334. Le nombre de patients guéris est de 303. 10 personnes sont décédées du virus.

    • La France déplore 367 nouveaux décès du covid-19 dans les dernières 24 heures, soit 23.660 morts depuis le début de l'épidémie. 27.484 personnes sont hospitalisées pour une infection au covid-19, parmi elles, 4.387 patients sont en réanimation.

    • Dans le monde, 3,1 millions de personnes ont été touchées par le virus. On dénombre plus de 214.000 décès liés au covid-19. Les Etats-Unis comptent un tiers des cas recensés dans le monde avec 1 million de personnes contaminées.

     

  • IPR

    Bonjour La Réunion !

    Allez, on repart pour une nouvelle journée de suivi de la crise sanitaire

    Rest ek nou, rest zot kaz

A propos

Le plan de déconfinement dévoilé par le gouvernement

- Toujours 418 cas de covid à La Réunion depuis le début de l'épidémie -

Aucun nouveau cas de covid-19 n'a été déclaré à La Réunion ce mardi 28 avril. Le total reste donc à 418 cas depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020. 413 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS et Santé publique France, dont 70% sont des cas importés. 5 cas sont en cours d’investigation.

Seules 6 personnes sont hospitalisées, dont 2 en service de réanimation. Près de 3.500 personnes ont été appelées individuellement et suivies dans le cadre du contact-tracing.

- Edouard Philippe donne les grandes lignes du déconfinement -

Le déconfinement devrait se dérouler en plusieurs phases. La première court du 11 mai au 2 juin. La phase suivante ira jusqu'à l'été. Une troisième débutera donc à ce moment là. Si les gestes barrières et la distanciation sociale devront se poursuivre pendant l’après confinement, le port du masque, lui, ne sera obligatoire que dans certaines situations. Il le sera notamment dans les transports et dans les collèges et lycées.

Il sera à nouveau possible de circuler librement sans attestation sauf à plus de 100 km du domicile. L'offre sera réduite entre territoires pour décourager les déplacements entre départements.

Il sera possible de pratiquer une activité sportive de plein air et au-delà d'1 km de chez soi, mais pas en lieu couvert et pas de sport collectif ou de contact. Les parcs et jardins ne pourront ouvrir que dans les départements "verts" où le virus ne circule pas activement. Les plages resteront inaccessibles au public jusqu'au 1er juin.

Les médiathèques, les bibliothèques et petits musées pourront rouvrir. Les grands musées, eux, resteront fermés comme les cinémas ou les salles de théâtre et de concert. Idem pour les salles des fêtes ou salles polyvalentes. Les grandes manifestations sportives, culturelles, les festivals, avec plus de 5.000 participants, ne pourront se tenir avant le mois de septembre. La saison 2019-2020 de football ne pourra pas non plus reprendre.

Les lieux de culte pourront rester ouverts mais les cérémonies ne devront pas être organisées avant le 2 juin. Concernant les enterrements, les règles actuelles restent en place, "pour protéger les vivants". Les cimetières seront rouverts au public.

- Un déconfinement adapté aux départements -

Trois ensembles de critères seront retenus pour évaluer la situation de chaque département : soit le taux de cas reste élevé, soit les capacités hospitalières restent tendues, soit le système local de test n'est pas suffisamment prêt. Pour les départements qui ne présentent aucun de ces critères, ils recevront un code couleur vert, les territoires les plus en danger seront en rouge.

Des codes couleurs bientôt visibles sur une carte actualisée régulièrement. En effet, c'est le 7 mai que la décision sera prise de répartir les départements dans chacune de ces 3 catégories. Mais à compter de jeudi, la carte sera présentée avec les résultats département par département lors du point quotidien de Jérôme Salomon.

- Reprise des classes, ouverture des commerces -

La réouverture des écoles sera très progressive et "sur la base du volontariat" dès le 11 mai, le 18 mai à La Réunion. Ce sont d'abord les classes de grande section, CP et CM2 qui retourneront en classe. Puis les classes de 6ème et de 5ème seront concernées. Fin mai, la décision sera prise pour les lycées. Les classes vont rouvrir "dans des conditions strictes" : "pas plus de 15 élèves par classe", et du gel hydroalcoolique sera distribué. Par ailleurs, "tous les enseignants recevront des masques" a assuré Edouard Philippe.

Concernant les commerces, "tous sauf les cafés et restaurants pourront rouvrir au 11 mai. Les marchés seront autorisés sauf si les maires ou les préfets estiment qu'ils ne peuvent être organisés" a déclaré le premier ministre.

Le port du masque sera obligatoire dans les transports mais Edouard Philippe n'a fourni pour l'instant aucun détail sur l'approvisionnement et le financement de ce dispositif. Des règles de distances physiques devront être instaurées.

Retrouvez nos lives précédents ici : 

• notre live du 28 avril : Déconfinement : première phase du 11 mai au 2 juin, fin des attestations mais circulation limitée entre départements

• notre live du 27 avril : Covid-19 : 1 nouveau cas confirmé à La Réunion, 418 patients au total

• notre live du 26 avril : Covid-19 : aucun nouveau cas confirmé à La Réunion aujourd'hui

notre live du 25 avril : Covid-19 : 5 nouveaux cas confirmés à La Réunion, 417 au total

• notre live du 24 avril : Covid-19 : aucun nouveau cas à La Réunion, le total reste à 412

Et tous nos lives et articles depuis le début de la crise sanitaires sont ici

   

3 Commentaire(s)

7AC, Posté
"Le bilan de mardi soir
? Aucun nouveau cas de covid-19 n'a été recensé ce mardi 28 avril, le bilan est donc toujours de 418 cas depuis le début de l'épidémie. Six patients sont hospitalisés dont 2 en réanimation."

+3 Cas ce mercredi, total 420...
Jérome, Posté
Le Premier Ministre a proposé un plan en précisant qu'il peut être suspendu en fonction de l'évolution de l'épidémie. La situation étant inédite, qui peut prévoir de quoi sera fait demain ? Il est évident qu'en l'état actuel il ne peut s'engager sur l'ouverture des bars et des restaurants, ou sur les vacances. Les Français qui ont compris la gravité du moment, et ils sont nombreux, même si ce ne sont pas ceux qui font le plus de bruit, ont compris le message et sauront faire preuve de responsabilité et de sens civique pour eux et pour les autres. Les autres... Ne feront rien pour faciliter le de confinement, mais viendront se plaindre si ça ne se passe pas comme on l'espère. Comme d'hab..
7AC, Posté
Il est impossible d'empêcher la propagation de ce virus, voyez comment trop d'inconscients parlent fort et trop près d'autres personnes, le tout sans masques.
Plus la population est indisciplinée ou inconsciente, plus on ira vers la catastrophe.
Il n'y a qu'à voir le nombre de cocos durs, qui tous les lundi font partie du triste score des contrevenants des weekends bleus.
Avertissements, amendes, prison, rien n'y fait, la tête lé frais !