La rentrée scolaire compromise à La Réunion (actualisé) :

Dans au moins onze communes, les écoles resteront fermées le 18 mai


Publié / Actualisé
La rentrée scolaire du 18 mai 2020 est de plus en plus remise en question. Les maires réunionnais qui refusent de rouvrir leurs écoles se multiplient. Le Tampon, Sainte-Marie, Saint-Joseph, Saint-Philippe, Bras-Panon, Saint-André, Le Port, Saint-Leu, Saint-Paul... Onze villes, à ce jour, considèrent notamment que les conditions d'accueil des élèves ne sont pas réunies pour garantir la sécurité sanitaire et des élèves et des enseignants. Une réunion de concertation s'est tenue ce mardi après-midi 5 mai au Département, en présence du préfet Jacques Billant, du recteur Vêlayoudoum Marimoutou et des maires. Stéphane Fouassin, président de l'Association des maires de La Réunion, a indiqué en début de soirée que "d'autres communes emboîteront sûrement le pas" aux villes ayant déjà refusé d'ouvrir les écoles. (Photo rb/www.ipreunion.com)
La rentrée scolaire du 18 mai 2020 est de plus en plus remise en question. Les maires réunionnais qui refusent de rouvrir leurs écoles se multiplient. Le Tampon, Sainte-Marie, Saint-Joseph, Saint-Philippe, Bras-Panon, Saint-André, Le Port, Saint-Leu, Saint-Paul... Onze villes, à ce jour, considèrent notamment que les conditions d'accueil des élèves ne sont pas réunies pour garantir la sécurité sanitaire et des élèves et des enseignants. Une réunion de concertation s'est tenue ce mardi après-midi 5 mai au Département, en présence du préfet Jacques Billant, du recteur Vêlayoudoum Marimoutou et des maires. Stéphane Fouassin, président de l'Association des maires de La Réunion, a indiqué en début de soirée que "d'autres communes emboîteront sûrement le pas" aux villes ayant déjà refusé d'ouvrir les écoles. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Les annonces se succèdent dans les communes : pour certains maires, il est hors de question de renvoyer les enfants à l'école en l'état. D'autant plus que, ce week-end, un protocole long de 63 pages a été remis aux personnels éducatifs, qui le considèrent comme "impossible à mettre en place".

Le député Jean-Hugues Ratenon a d'ailleurs réitéré son appel aux élus réunionnais à ne pas rouvrir leurs écoles dans un communiqué de presse.

• Saint-Paul

Le maire Joseph Sinimalé a indiqué, ce mardi 5 mai 2020, que sa ville rejoignait la liste de celles qui ne rouvriront pas leurs écoles le 18 mai. "À l’instar de mes autres collègues maires, j’étais moi aussi favorable à un test de dépistage du personnel des écoles, enseignants et agents municipaux, afin de protéger la santé des enfants contre le Covid-19. Nous avons appris le refus de l’Agence Régional de Santé de réaliser des tests de dépistage avant la prochaine rentrée.", affirme-t-il dans un communiqué. "J’estime que les conditions ne sont pas réunies pour organiser une rentrée scolaire."

• Le Port

Plus tôt dans la journée, Olivier Hoarau était arrivé à la même décision pour sa commune du Port, qu'il n'estime pas prête à accueillir des élèves le 18 mai. "Après analyse du protocole sanitaire produit et communiqué par l’État, nous n’avons ni le temps, ni l’assurance de disposer des moyens indispensables pour une ouverture des écoles en toute sécurité le 18 mai prochain. D’autres raisons nous confortent dans cette position : l’inconnue du nombre d’enseignants présents, l’incertitude de présence des agents communaux, l’inquiétude des parents qui, à 80%, ne vont pas déposer leurs enfants à l’école" note le maire portois.

Tout concoure en l’état à ne pas rouvrir les écoles.

• Saint-Leu

Idem pour Bruno Domen, maire de Saint-Leu, qui affirme sans ménagement que "les conditions ne sont pas réunies pour une réouverture des écoles".

• Saint-Benoît

Ce mardi 5 mai 2020, Saint-Benoît la 10ème commune de La Réunion à annoncer que ses écoles ne rouvriraient pas le 18 mai. "La municipalité estime que toutes les conditions permettant d’envisager une rentrée dans le respect des règles sanitaires prescrites ne pourront pas être réunies étant donné les délais impartis. Cette décision, qui fait écho à l’inquiétude grandissante des parents, a été prise à la suite de nombreuses réunions de travail et d’échanges entre élus, inspecteurs de l’Éducation Nationale et représentants de parents d’élèves", détaille la mairie dans un communiqué.

• Plaine des Palmistes

Le maire de la Plaine des Palmistes a annoncé que la commune non plus n'ouvrirait pas ses écoles à la rentrée, d'après Antenne Réunion. Cela porte à 11 le nombre de villes ne souhaitant pas le retour des enfants à l'école le 18 mai prochain

• Saint-Joseph

La commune de Saint-Joseph a été la première a indiqué son refus de rouvrir ses écoles le 21 avril dernier. "Nous avons l’obligation et le devoir moral, faut-il le rappeler, de garantir la sécurité des élèves que nous accueillons. Avons-nous les moyens de garantir la sécurité des écoliers et des familles ? La réponse est non" avait déclaré Patrick Lebreton dans une tribune libre.

• Le Tampon

Au Tampon, après un refus de l'ARS de pratiquer un dépistage massif des personnels éducatifs, le maire a décidé de refuser "de mettre ce personnel à disposition des écoles et au contact des enfants, par mesure de précaution". "Il appartiendra à l'Etat, par voie de réquisition, de placer le fonctionnement des écoles sous sa pleine et entière responsabilité" a-t-il précisé. Dans le cas contraire, la commune se préparera pour une rouverture lors de la rentrée de la mi-août.

• Bras-Panon

"Le temps insuffisant et la difficulté pour constituer les stocks de fournitures nécessaires pour assurer la sécurité de tous conduisent la commune à préférer le maintien du dispositif d’éducation à distance" a précisé de son côté la commune de Bras-Panon dans un communiqué. Le maire Daniel Gonthier a par ailleurs indiqué qu'une aide continuerait d'être apportée aux familles en difficulté afin d'assurer la continuité pédagogique, alors que le retour à l'école des élèves précaires reste l'argument principal du gouvernement pour le retour en classe.

• Saint-Philippe

Ce lundi, c'était au tour d'Olivier Rivière, maire de Saint-Philippe, d'annoncer que les écoles de sa commune ne rouvriraient pas dans deux semaines. Il dénonce notamment un protocole sanitaire bien trop lourd à faire appliquer dans les établissements. " Je le dis, il n"y aura pas de rentrée des classes à Saint-Philippe le 18 mai" a-t-il affirmé à nos confrères d'Antenne Réunion.

• Sainte-Marie

A Sainte-Marie, le refus d'ouvrir les écoles n'est pas tout à fait acté. Richard Nirlo a indiqué qu'il refuserait d'ouvrir les écoles s'il constatait que les conditions sanitaires n'étaient pas suffisantes pour garantir la sécurité des enfants et des personnels éducatifs.

• Saint-André

Ce lundi soir, c'est au tour de Jean-Paul Virapoullé d'annoncer que les écoles de Saint-André resteraient fermés si le personnel éducatif ne peut être dépisté avant la rentrée. Dans un communiqué de presse, il a indiqué "pas de test, pas de rentrée à Saint-André !". "Par ailleurs, l’Education Nationale a réalisé une enquête auprès des familles de Saint-André, du 25 au 28 avril 2020. Les parents ont rendu un verdict sans appel : 89% d’entre eux ne souhaitent pas envoyer leurs enfants à l’école le 18 mai" a-t-il ensuite souligné. Il souhaite continuer l'enseignement via la continuité pédagogique, et se concentrer sur une reprise des cours en présentiel à la mi-août.

D'autres maires se sont montrés plus prudents, indiquant que les écoles rouvriraient bien, malgré que la réticence se fasse tout de même ressentir. C'est notamment le cas de Gilbert Annette, maire de Saint-Denis qui indiquait, ce mardi encore, que la rouverture des classes se ferait pour les enfants dont les parents sont volontaires. Certaines communes envisagent aussi de fermer leurs cantines, comme à Sainte-Suzanne, pour limiter les risques de propagation.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Payet, Posté
Ils ne veulent pas travailler. Les médecins travaillent, les infirmières travaillent, les livreurs de nourriture travaillent, le personnel des stations-service, le personnel des supermarchés........ Si vous n'aimez pas enseigner, ne devenez pas professeur. Si vous n'aimez pas enseigner, ne devenez pas enseignant. Achetez un masque et un gel antibactérien et enseignez à nos enfants. Nous en avons assez de vos plaintes, de vos grèves et de vos interminables congés de maladie parce que vous êtes stressés. Il y a beaucoup de bons enseignants, mais les syndicats sont des brutes. Ils ne représentent pas tous les enseignants. S'ils ne veulent pas travailler, ils les licencient et embauchent de nouveaux enseignants de l'étranger. Un enseignant a la responsabilité morale d'aider ses élèves et la société. Les enseignants paresseux doivent démissionner et trouver un autre emploi sans travail les mercredis et samedis et pendant 4 mois de vacances.
Dinosaures, Posté
ces maires réunionnais qui sont incapables de prendre leur responsabilité et sont indignes de leur fonction. Nos enfants ne doivent pas subir leur incurie, ils doivent aller à l'école pour réussir dans la vie.
Mouaid, Posté
Pour répondre au commentaire précédent, bcp de médecins ont fermé pendant toute cette période même ceux qui pouvaient exercer alors franchement il n y a aucune honte à ceux que le personnel des écoles soient peu enclins à reprendre ss protection.
Kamba, Posté
Refuser de reprendre le travail ?...et si le personnel soignant avait fait de même, rester bien planqué chez lui alors qu'il n'avait pas encore le moindre outil pour se protéger du virus? Outil quil n'a toujours pas d'ailleurs. Que diriez-vous , hommes politiques méprisables?, si les médecins par exemple refusaient de travailler par peur d'un virus dont on sait gérer l'extension ? ??