La caserne des pompiers de Kahani vandalisée :

Mayotte : des violences urbaines ont éclaté suite à un accident de la route


Publié / Actualisé
A la suite d'un accident de la circulation routière survenu samedi 9 mai 2020 à Kahani, où un enfant de cinq ans a été blessé, des violences urbaines ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche, comme le relate le journal France Mayotte Matin. . Des barrages ont été érigés en ville, " avec des caillassages nourris à l'encontre de tous ceux qui tentaient de les lever" précisent nos confères mahorais. Malgré l'intervention des forces de l'ordre, les violences ont perduré toute la nuit. Ce dimanche soir, la caserne des pompiers de Kahani a par ailleurs été vandalisée. La vitre d'un véhicule de secours et d'assistance aux victimes (VSAV) a notamment été brisée, et un camion a été pillé. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
A la suite d'un accident de la circulation routière survenu samedi 9 mai 2020 à Kahani, où un enfant de cinq ans a été blessé, des violences urbaines ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche, comme le relate le journal France Mayotte Matin. . Des barrages ont été érigés en ville, " avec des caillassages nourris à l'encontre de tous ceux qui tentaient de les lever" précisent nos confères mahorais. Malgré l'intervention des forces de l'ordre, les violences ont perduré toute la nuit. Ce dimanche soir, la caserne des pompiers de Kahani a par ailleurs été vandalisée. La vitre d'un véhicule de secours et d'assistance aux victimes (VSAV) a notamment été brisée, et un camion a été pillé. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Comment des gens responsables, des parents peuvent laisser faire ça ? Comment une communauté peut s'en prendre à un outil nécessaire à leur sécurité ?" condamne le Syndicat national des sapeurs-pompiers professionnels et des personnels administratifs techniques et spécialisés (SNSPP-PATS) de Mayotte sur sa page Facebook.

- Cambriolages et incendie -

De son côté, la carrière de Mtsamoudou a été cambriolée samedi soir par "des individus qui n’ont pas hésité à agresser le gardien et à le ligoter pour perpétrer leurs méfaits" écrivent nos confrères de France Mayotte Matin. Enfin, toujours dans la nuit de samedi, le magasin Douka Bé de Chirongui a lui aussi été cambriolé et incendié.

La préfecture de Mayotte a elle aussi condamnée les violences urbaines survenues samedi soir dans un communiqué. "Le préfet déplore qu’en cette période d’état d’urgence sanitaire pendant laquelle tous nos efforts devraient converger vers la seule lutte contre la propagation du virus, tant d’énergies et de forces soient employées à combattre des comportements inadmissibles et d’un autre âge" a déclaré la préfecture.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

KUNTA KINTé, Posté
Le résultat d'un passé pas si lointain de Valéry Giscard d'Estaing , Fr. Mitterrand , Jacques Chirac , l' énergumène Nicolas Sarkozy , et Fr. HOLLANDE , ex normal !
Mayotte , 101ème département français , uniquement pour les voix aux élections. On a les élu.e.s qu'on mérite !