Après deux mois de cours à distance :

Une pré-rentrée marquée par l'inquiétude des enseignants


Publié / Actualisé
Ce jeudi 14 mai 2020, une partie des enseignants et professeurs de La Réunion reprennent le travail. Alors que les élèves sont attendus lundi, le personnel éducatif, globalement inquiet, est attendu pour préparer les derniers ajustements nécessaires à l'accueil des enfants dans les conditions du protocole sanitaire mis en place par le gouvernement. Plusieurs maires ont jugé ces mesures compliqués à exécuter. Seules 8 communes sur 24 ouvriront leurs postes aux enfants du 1er degré : Saint-Denis, La Possession, Les Avirons, l'Entre-Deux, Sainte-Rose, Cilaos, Salazie et Petite Ile. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 14 mai 2020, une partie des enseignants et professeurs de La Réunion reprennent le travail. Alors que les élèves sont attendus lundi, le personnel éducatif, globalement inquiet, est attendu pour préparer les derniers ajustements nécessaires à l'accueil des enfants dans les conditions du protocole sanitaire mis en place par le gouvernement. Plusieurs maires ont jugé ces mesures compliqués à exécuter. Seules 8 communes sur 24 ouvriront leurs postes aux enfants du 1er degré : Saint-Denis, La Possession, Les Avirons, l'Entre-Deux, Sainte-Rose, Cilaos, Salazie et Petite Ile. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

S'il y a bien un sentiment que les syndicats semblent partager, c'est l'anxiété de retrouver leurs élèves après deux mois de confinement. Car si tout un protocole a été élaboré par le gouvernement pour assurer la sécurité de tous, ce dernier semble être extrêmement compliqué à respecter à la lettre. "Il y a un vrai désir de retourner au travail et de retrouver nos élèves, mais l'inquiétude d'être mal protégé est aussi très présente" explique Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale de la FSU.

Long de plus d'une cinquantaine de pages, le protocole sanitaire demande des restrictions énormes pour assurer la sécurité du personnel et des élèves. "Nous n'avons aucune assurance de réussir à respecter ce dernier, il manque du personnel, du budget, cela demande une logistique impossible" alerte Jean-Paul Paquiry, de FO Education.

C'est d'ailleurs l'une des raisons qui a poussé 16 communes de La Réunion à ne pas ouvrir leurs portes ce lundi. A noter cependant que les établissements seront tout de même ouverts dès demain afin que les personnels puissent se rendre sur leur lieu de travail, que les cours reprennent ou pas lundi.

- Une vigilance extrême -

Si la CGTR Educ'action avait exigé le dépistage de l'ensemble des personnels éducatifs avant la rentrée, cette idée a été balayée par l'Agence régionale de Santé après la demande de plusieurs maires allant dans ce sens. Le syndicat indique donc que le personnel sera "extrêmement vigilant au respect du protocole mis en place". Patrick Corré, secrétaire général de la CGTR Educ'action, souligne "qu'un droit de retrait pourra être exercé".

Marie-Hélène Dor tamporise tout de même ce propos, précisant qu'en cas d'impossibilité de respecter le protocole, l'école concernée devra obligatoirement fermer ses portes. "Nous serons particulièrement vigilants à son respect, et les dysfonctionnements seront signalés" assure-t-elle.

Les syndicats sont en tout cas tous sceptiques sur la capacité des communes réunionnaises ayant accepté de rouvrir les écoles à maintenir toutes les règles sanitaires nécessaires. "Il y a déjà de nombreuses écoles vétustes, avec des problèmes d'hygiène à La Réunion en temps normal" souligne Stéphane Checkouri, secrétaire général du SAIPER.

Il fait aussi remarquer que de nombreuses incertitudes subsistent toujours sur la circulation du virus parmi les enfants, mais aussi sur les capacités en masques dans les écoles réunionnaises.

- Une situation inédite -

Ce jeudi marquera une reprise du travail inédite pour les professeurs réunionnais. "On ne sait pas comment ça va se passe, nous n'avons jamais eu à faire face à cette situation" souligne Marie-Hélène Dor. "C'est d'ailleurs le fait que cette situation soit inédite qui créé autant d'angoisse chez les personnels éducatifs" précise de son côté Stéphane Checkouri.

Finalement, la plupart des syndicats auraient préféré une reprise seulement à la mi-août. "Dans ce cas de figure, nous aurions eu tout le temps nécessaire à préparer les écoles de façon convenables pour accueillir les enfants en toute sécurité" regrettent les syndicats.

Ce lundi, d'après les dernières estimations du rectorat en date du 8 mai, 163 écoles de l'île (soit 30%) accueilleront environ 7.500 élèves.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

La vérité si je mens !, Posté
Et pour ça, la France doit se redresser, elle compte sur vous !
FERRERE, Posté
Surtout que maintenant il n'y a plus de confinement strict, l'épidémie va redémarrer.
Frigidaire, Posté
c'est vrai que sur la plage le risque est moindre et ce sont les mêmes personnes qui hurlent pour l'ouverture des plage et des bars
Rectification, Posté
"beaucoup d'établissements seront tout de même ouverts dès demain pour permettre aux enseignants de se rendre sur leur lieu de travail s'ils le souhaitent". Non. Les personnels sont obligés de s'y rendre, meme si les ecoles sont fermées. Et au passage, contrairement aux règles, les masques ne sont pas encore là... mais on doit faire des conseils d'école (34personnes dans une salle ) avant le 16, contraire à la loi sanitaire (rassemblement >10 pers interdit)