Port du masque, accès limité, désinfection des mains... :

Les cérémonies religieuses peuvent reprendre, sous conditions


Publié / Actualisé
Les cérémonies religieuses sont à nouveau autorisées, via un décret publié au Journal officiel et qui entre en vigueur dès ce samedi 23 mai. Plusieurs règles sanitaires y sont spécifiées : port du masque obligatoire, régulation des entrées et sorties dans les lieux de culte, désinfection des mains obligatoire... A l'issue d'une réunion tenue ce samedi matin, les responsables religieux musulmans ont décidé de reprendre les cérémonies, l'Aïd el-Fitr pourra donc se fêter dans les mosquées. Monseigneur Aubry pour sa part a annoncé que la reprise des messes se ferait aussi dès ce dimanche 24 mai. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les cérémonies religieuses sont à nouveau autorisées, via un décret publié au Journal officiel et qui entre en vigueur dès ce samedi 23 mai. Plusieurs règles sanitaires y sont spécifiées : port du masque obligatoire, régulation des entrées et sorties dans les lieux de culte, désinfection des mains obligatoire... A l'issue d'une réunion tenue ce samedi matin, les responsables religieux musulmans ont décidé de reprendre les cérémonies, l'Aïd el-Fitr pourra donc se fêter dans les mosquées. Monseigneur Aubry pour sa part a annoncé que la reprise des messes se ferait aussi dès ce dimanche 24 mai. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, annonce sur le site du ministère de l'Intérieur avoir convenu avec les représentants des cultes des modalités de reprise des cérémonies religieuses. "Depuis le début de la crise sanitaire, les responsables des cultes en France ont fait preuve de réactivité et de responsabilité face à l’épidémie. Si les lieux de culte n’ont jamais été fermés, des restrictions ont dû être imposées pour les cérémonies religieuses alors même que le confinement se déroulait lors de fêtes religieuses particulièrement importantes, notamment pour nos concitoyens chrétiens, juifs et musulmans" écrit le ministre.

"Par une décision du 18 mai, le Conseil d’État a jugé que la reprise des cérémonies religieuses pouvait être envisagée sous réserve du respect de règles sanitaires strictes" poursuit-il. Dans un décret publié au Journal officiel de ce samedi 23 mai, les règles y sont explicités. Les cérémonies religieuses peuvent reprendre dès maintenant.

Voici les règles listées par le ministère de l'Intérieur :

• les lieux de culte seront tenus, comme tous les autres établissements recevant du public, de respecter les gestes barrières ainsi que les mesures de distanciation physique. Le gestionnaire du lieu de culte sera en charge du respect de ces prescriptions ;
• les organisateurs s’assureront du respect de la règle la distanciation physique d'au moins un mètre entre deux personnes, en déterminant ce faisant le seuil maximal de fréquentation. Les organisateurs demeurent évidemment libres de fixer un seuil inférieur ;
• le port d’un masque de protection sera obligatoire lors des cérémonies religieuses ;
• une attention particulière sera portée sur les entrées et les sorties des édifices. Pour chaque lieu de culte, une personne identifiée sera ainsi désignée par l’organisation pour réguler le flux, veiller au nombre de personnes présentes à l’intérieur des bâtiments et éviter les attroupements aux abords de ceux-ci ;
• la désinfection des mains sera obligatoire à l’entrée des lieux de culte.

"Si l’objectif d’une reprise généralisée des cérémonies religieuses reste le 3 juin, il sera ainsi possible, dès la publication de ce décret, sous la responsabilité du gestionnaire du site et dans le respect des règles et obligations convenues avec les représentants des cultes, de célébrer à nouveau, progressivement, des offices" précise le ministère.

- L'Aïd el-Fitr pourra se fêter dans les mosquées -

Suite à ces annonces et à l'issue d'une réunion tenue ce samedi 23 mai dans la matinée, les responsables religieux musulmans ont décidé de rouvrir les mosquées à partir de ce dimanche. Les fidèles pourront donc célébrer l'Aïd el-Fitr dans les mosquées, fête qui marque la fin du Ramadan et la rupture du jeûne.

"Ça a pris tout le monde de court", admet Nazir Patel, président du CRCM (conseil régional du culte musulman). Pour assurer au mieux la sécurité des fidèles, l'affluence sera divisée par quatre : "ça veut dire que pour une capacté de 400 personnes normalement, on ne pourra en accueillir que 100". Selon lui, certaines mosquées ne pourront pas rouvrir, tant les règles énoncées sont restrictives.

"Il faudra bien respecter les règles de distanciation", prévient quant à lui le président de la Grande mosquée de Saint-Denis, Iqbal Ingar. "Les enfants ne seront pas admis, et chacun amènera son tapis de prière."

Le programme sera très allégé "pour ne pas garder les gens longtemps : au lieu d'une heure, ce sera 20 minutes" ajoute-t-il. "On va supprimer la causerie, et on passera directement à la prière." L'organisation doit être rapide, alors que cette annonce de reprise des cérémonies religieuses tombe à un ou deux jours de l'Aïd.

"On demande quand même aux gens de garder l'habitude de prier chez eux pour ne pas engorger les lieux de culte." Même conseil du côté de Nazir Patel. "Restez chez vous comme vous aviez prévu de le faire. Les gens s'étaient bien organisés pour prier chez eux ou avec des voisins. On conseille aussi aux personnes âgées ou à celles qui ont des pathologies de rester à la maison."

- Les messes reprennent dès ce dimanche -

Dans une circulaire adressée en fin de matinée à l’ensemble du clergé, Monseigneur Gilbert Aubry a pour sa part confirmé la reprise des messes pour le diocèse de La Réunion. Elle se fera, a-t-il précisé, "dès demain matin, dimanche 24 mai".

"Il est clair que cette reprise ne pourra pas se faire "comme avant", notamment en raison de la nécessaire distanciation sanitaire : les églises ne pourront pas être "remplies"", précise le diocèse de La Réunion sur son site.

Afin de permettre au maximum de fidèles de participer aux célébrations, Monseigneur Gilbert Aubry a indiqué aux prêtres "qu’ils pourraient, si nécessaire, organiser pour cela jusqu’à trois messes par jour (il s’agit bien entendu des messes dominicales). Chaque curé, responsable du lieu de culte, devra donc faire au mieux, dans le respect des consignes sanitaires, et ce sera aussi fonction de l’aide qu’il trouvera auprès des paroissiens" ajoute le diocèse.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Le malabar, depuis son mobile, Posté
Pourquoi devrons nous écouté c même responsables politiques qui n'a pas pu prendre les décisions nécessaire avant que cette épidémie contamine tout c personnes et là ils vient nous donner des leçons pour comment vivre (allez fait boulette là mori don )