Covid-19 :

Abrogation du décret autorisant l'hydroxychloroquine comme traitement


Publié / Actualisé
Le gouvernement a abrogé les dérogations autorisant la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital en France, hors essais cliniques, à la suite d'un avis défavorable du Haut conseil de la santé publique, selon un décret au Journal officiel. L'institution a lu et analysé une étude publiée dans le journal scientifique The Lancet remettant en cause l'efficacité de la chloroquine contre la Covid-19 et pointait même du doigt sa potentielle dangerosité. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le gouvernement a abrogé les dérogations autorisant la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital en France, hors essais cliniques, à la suite d'un avis défavorable du Haut conseil de la santé publique, selon un décret au Journal officiel. L'institution a lu et analysé une étude publiée dans le journal scientifique The Lancet remettant en cause l'efficacité de la chloroquine contre la Covid-19 et pointait même du doigt sa potentielle dangerosité. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) et l'Agence du médicament (ANSM) avaient déjà émis un avis défavorable sur l'utilisation de la chloroquine comme traitement dès ce mardi 26 mai, après avoir lu une étude de grande ampleur pointant son inefficacité et ses risques. Le gouvernement a donc suivi cet avis et abroge son décret en date du 26 mars. Dans ce décret en effet, il était dit que l'hydroxychloroquine, de son nom complet, pouvait être administrée aux patients malades, sous ordonnance du médecin.

Suite à la publication d'une nouvelle étude de grande ampleur mettant en avant les risques de certains traitements de la Covid-19, dont la chloroquine, le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé une révision des règles dérogatoires de prescription. L'ARS de La Réunion avait également mis la population en garde face au manque d'études au sujet de la molécule.

www.ipreunion.com avec AFP

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !