Agriculture :

L'État s'attaque (enfin) à la leucose bovine


Publié / Actualisé
La préfecture de la Réunion officialisée, ce samedi 13 juin 2020, le lancement du plan Zéro Leucose, annoncé par le président de la République Emmanuel Macron l'année dernière. Le gouvernement a publié un arrêté ministériel au Journal officiel permettant la gestion vétérinaire de la Leucose bovine enzootique. Les éleveurs dont le cheptel est touché seront accompagné par la préfecture, qui attribuera par ailleurs un label "indemne de leucose" à ceux qui n'ont aucun animal contaminé. (Photo rb/www.ipreunion.com)
La préfecture de la Réunion officialisée, ce samedi 13 juin 2020, le lancement du plan Zéro Leucose, annoncé par le président de la République Emmanuel Macron l'année dernière. Le gouvernement a publié un arrêté ministériel au Journal officiel permettant la gestion vétérinaire de la Leucose bovine enzootique. Les éleveurs dont le cheptel est touché seront accompagné par la préfecture, qui attribuera par ailleurs un label "indemne de leucose" à ceux qui n'ont aucun animal contaminé. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Le 25 octobre 2019, à l’occasion de sa visite à La Réunion, le Président de la République avait indiqué sa volonté dans la gestion de la leucose bovine à La Réunion. "Nous ferons disparaître progressivement cette exception réunionnaise qui conduit à ce que la réglementation nationale plus protectrice ne s’applique pas à La Réunion."

Le gouvernement a publié un arrêté ministériel au journal officiel, ce samedi 13 juin 2020, en application du cap fixé par le chef de l'Etat. La gestion des cas de leucose bovine à La Réunion sera désormais identique à celle de Métropole

"Dès lors, à La Réunion, la gestion de la leucose bovine entre aujourd’hui dans une phase opérationnelle, conforme à l’objectif zéro Leucose", annonce la préfecture dans un communiqué. "Ainsi, les services de l’Etat peuvent maintenant accompagner les élevages détenteurs d’animaux porteurs dans une démarche d’éradication de la leucose par la voie de mesures de police sanitaire identiques à celles pratiquées sur le territoire hexagonal. Dans le même temps, les élevages ne contenant aucun animal porteur de la maladie se verront attribuer la qualification indemne de leucose."

Les animaux porteurs de leucose ont bovine ont pu être identifiés et seront remplacés par des animaux non-porteurs de la maladie et élevés à La Réunion.

La préfecture rappelle par ailleurs que "cette démarche s’intègre dans le plan global de maîtrise des risques sanitaires des filières animales" annoncé par le JacquesBillant lors de sa conférence de presse sur le plan de relance économique de La Réunion, le vendredi 5 juin 2020.

Lire aussi : Leucose bovine : "si vous dites qu'on va assainir le cheptel en 4 ans, vous vous plantez"

Lire aussi : Leucose bovine : la Sicalait expose les mesures prises pour faire disparaître la maladie

Lire aussi : Mort suspecte de deux vaches dans le sud : les éleveurs sont en colère

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Nino, Posté
Bientôt du vrai lait dans nos rayons aussi ? #marre-de-manger-la-merde
Thomas, Posté
@Jam: tu pourras consommer sans soupçons que dans quelques années quand le cheptel sera complètement indèmne !
Jam, depuis son mobile, Posté
Enfin ! Je vais pouvoir reconsommer de la viande de boeuf et des produits laitiers pays que j'ai complètement abandonnés depuis 3 ans.
SOWETO, Posté
La lutte contre la leucose bovine doit passer obligatoirement par la mise en place d'un plan de lutte contre les vecteurs de la transmission de cette maladie a savoir les mouches piqueuses du betail (Stomoxys calcitrans et Stomoxys nigra et les tiques (Boophilus microplus et Ambryoma variegatum) . La transmission par voie iatrogène n'est pas à négliger également.