Les tests pourront être imposés (actualisé) :

Covid-19 : les modalités de sortie de l'état d'urgence sanitaire publiées au Journal officiel


Publié / Actualisé
Alors que l'état d'urgence sanitaire se termine à minuit ce vendredi 10 juillet 2020, la quatorzaine et la septaine obligatoires à l'arrivée sur le territoire réunionnais doivent elles aussi être levées. Ce vendredi, le décret structurant la sortie de l'état d'urgence sanitaire a été publié. Il mentionne notamment la possibilité d'"imposer aux personnes souhaitant se déplacer par transport public aérien (...) de présenter le résultat d'un examen biologique de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par le covid-19". La préfecture a annoncé qu'un point d'étape était prévu le jeudi 16 juillet sur la gestion de la crise sanitaire et le lancement d'une campagne sur les gestes barrières. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que l'état d'urgence sanitaire se termine à minuit ce vendredi 10 juillet 2020, la quatorzaine et la septaine obligatoires à l'arrivée sur le territoire réunionnais doivent elles aussi être levées. Ce vendredi, le décret structurant la sortie de l'état d'urgence sanitaire a été publié. Il mentionne notamment la possibilité d'"imposer aux personnes souhaitant se déplacer par transport public aérien (...) de présenter le résultat d'un examen biologique de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par le covid-19". La préfecture a annoncé qu'un point d'étape était prévu le jeudi 16 juillet sur la gestion de la crise sanitaire et le lancement d'une campagne sur les gestes barrières. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le décret, publié ce vendredi, indique par ailleurs qu'en cas de circulation du virus, il sera possible de "réglementer (...) pour les seuls transports aériens et maritimes, interdire ou restreindre les déplacements de personnes et la circulation des moyens de transport, sous réserve des déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux, professionnels et de santé". Les motifs impérieux pourront donc être réinstallés si l'épidémie devait reprendre dans l'île. Ces mesures sont applicables jusqu'au 30 octobre

La Guyane et Mayotte ne sont pas concernées par ces mesures, l'état d'urgence ayant été prolongés jusqu'au 30 octobre aussi sur ces territoires.

La préfecture réunionnaise était en attente de ces décisions nationales avant de décider des mesures locales. Un point d’étape devrait cependant avoir lieu le jeudi 16 juillet sur la gestion de la crise sanitaire et pour aborder le lancement d'une campagne Covid/Dengue sur les gestes barrières, et les nouvelles modalités de voyages devraient bientôt être connues.

Déjà, la fin de la septaine obligatoire inquiète, alors que le nombre de cas autochtones continuent d'augmenter ces dernières semaines. Jusqu'à ce vendredi matin, certains médecins comme Alain Domercq, président du Conseil inter régional de l'Ordre des médecins, considèrent que tant qu'un décret en décidera autrement, la septaine restera d'actualité. Il nous en parlait ce jeudi lors de notre Facebook live hebdomadaire, regardez :

- Un plan en quatre étapes -

L'Agence régionale de santé (ARS) se prépare d'ores et déjà à l'après-septaine, avec un plan en quatre étapes. "Nous concentrons principalement nos efforts sur les tests et la compréhension de la circulation du virus" explique le Dr. François Chièze, directeur de la veille sanitaire à l'ARS.

Le premier volet se concentre donc sur l'augmentation du nombre de dépistages, alors que 60.000 tests ont été réalisés depuis le début de l'épidémie. L'ARS veut ensuite remobiliser la population réunionnaise, qui semble s'être relâchée ces derniers temps : "1.760 résidents d'EHPAD ou d'autres établissements médico-sociaux ont été identifiés. Nous leurs avons proposé d'être testés, mais seuls 380 d'entre eux ont acceptés" déplore l'épidémiologiste. Des stands de dépistage vont donc être déployés sur le territoire pour inciter la population à se faire tester.

Troisièmement, l'ARS insiste sur l'importance de retrouver les gestes barrières, et de les intégrer à son quotidien, "afin que cela devienne naturel" insiste le Dr. Chièze. Car, en effet, depuis quelques temps, rares sont ceux à porter un masque dans les lieux publics.

Enfin, les autorités sanitaires souhaitent établir une liste des médecins disponibles sur l'île à destination des touristes attendus pour les deux mois à venir. "Si je doute que l'afflux soit important, il est nécessaire que les touristes sachent qui contacter en cas de symptômes" explique le Dr. Chièze.

Un dispositif de test obligatoire avant le départ, et d'un second facultatif une semaine après l'arrivée, est en cours d'élaboration. Les touristes continueront aussi à recevoir des SMS d'informations pour les aiguiller pour se faire dépister.

- Des cas autochtones en hausse -

Depuis quelques semaines, le nombre de cas autochtones sont en hausse. Pour autant, l'ARS ne s'alarme pas outre mesure. "Il s'agit de cas isolés ou de familles entières, donc il n'existe pour l'instant pas de cluster" précise l'ARS. De plus, les cas autochtones semblent plus importants aujourd'hui car, au plus fort de l'épidémie, le nombre de cas quotidien étaient bien plus élevés. En comparaison, la proportion reste donc faible. De plus, comme mentionné précédemment, certains de ces cas autochtones sont relégués en cas contact une fois les investigations terminées. "La preuve que le contact-tracing fonctionne" fait remarquer l'ARS.

Pour autant, ces nouvelles apparitions doivent alerter : les Réunionnais ont relâché leur garde face au virus, et les gestes de barrière ne sont que très peu respectés. Si la septaine reste d'actualité en attendant qu'un décret en décide autrement, dans quelques temps, les touristes pourront se déplacer librement. Raison de plus pour faire d'autant plus attention.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

GAM11, Posté
Â" Les Réunionnais ont relâché leur garde face au virus, et les gestes de barrière ne sont que très peu respectés. Â"

... Nous sommes clairement en danger. Alors que nous pourrions PARFAITEMENT l'éviter. Merci à la reprise des trafics aériens, responsable en majeure partie de l'introduction du virus sur notre île. La santé publique est un enjeu qui concerne TOUT LE MONDE. Réunionnais ou pas. Touristes ou pas. Quelque soit l'endroit d'où l'on vient, la santé des autres va de la responsabilité de CHACUN. Protégeons nous pour protéger les autres et surtout STOP aux incivilités. On est malade, on reste confiné et on soigne ses symptÃ'mes. C'est pas compliqué bon sang! On n'est pas restés enfermés pour rien pendant des semaines quand même. À ce rythme là, on va finir reconfinés, malades et avec les hÃ'pitaux saturés.... PROTÉGEONS NOUS!!!!!!!
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Purée, peuvent pas les rendre obligatoires ces masques !!!
Déjà un premier pas ...
la covid augmente partout ; la sommes pas restés confinés aussi longtemps pour des
Prunes quand même !
Ah le civisme ..... !!! Laisse à désirer ... donc Décret !
L homme est ainsi fait qu il lui faut des lois, des règlements, des religions pour fixer des limites ....
7AC, Posté
C'est évident que tout ça allait s'alléger, voir cesser pour les grandes vacances de juillet/aout !
On reconfinera à la rentrée, pour allonger encore ce repos...
La civilisation des loisirs, ça vous dit quelque chose ?