Dépistage covid gratuit à Saint-Louis :

Rapide et pas si douloureux : on a testé le prélèvement nasal


Publié / Actualisé
Ce mercredi 15 juillet 2020 avait lieu la première opération de dépistage gratuit sur les marchés forains, une campagne de tests organisée par l'ARS. Le premier rendez-vous a été donné à Saint-Louis, sur le marché situé à la ZAC Avenir. Entre 80 et 100 personnes étaient attendues et l'opération recommence vendredi à la Rivière Saint-Louis. L'opération va ensuite être reproduite dans d'autres communes. La démarche est simple, gratuite, et permet d'avoir un meilleur aperçu de la circulation du virus sur l'île. D'autant que le prélèvement nasal, bien que peu agréable, est très rapide. Nous l'avons fait, alors nous vous racontons comment ça se passe. (Photo mm/www.ipreunion.com)
Ce mercredi 15 juillet 2020 avait lieu la première opération de dépistage gratuit sur les marchés forains, une campagne de tests organisée par l'ARS. Le premier rendez-vous a été donné à Saint-Louis, sur le marché situé à la ZAC Avenir. Entre 80 et 100 personnes étaient attendues et l'opération recommence vendredi à la Rivière Saint-Louis. L'opération va ensuite être reproduite dans d'autres communes. La démarche est simple, gratuite, et permet d'avoir un meilleur aperçu de la circulation du virus sur l'île. D'autant que le prélèvement nasal, bien que peu agréable, est très rapide. Nous l'avons fait, alors nous vous racontons comment ça se passe. (Photo mm/www.ipreunion.com)

• De quoi a-t-on besoin pour le test gratuit ?

Vraiment pas grand chose. Un masque, obligatoire, pour commencer. Si jamais on l'oublie, l'ARS prévoit des boîtes de masques chirurgicaux et du gel hydroalcoolique est à disposition des gens venus se faire dépister sur toutes les tables. Ensuite il faut sa carte vitale, elle est nécessaire puisque le test est gratuit, il est en effet remboursé par la sécurité sociale. C'est le seul "document" officiel dont vous avez besoin.

• Quelles sont les étapes ?

Le dispositif est vraiment très rapide. L'ARS nous remet un bref questionnaire dans lequel il faut indiquer son nom, son prénom, sa date de naissance et son adresse postale. On y ajoute le numéro de téléphone personnel, essentiel pour être contacté au moment des résultats, ainsi que son numéro de sécurité sociale et la caisse à laquelle on est rattachée, généralement la CGSS. Puis on passe devant un personnel médical (biologiste ou autre) agréé qui vérifie oralement les informations du questionnaire.

• Le test nasal, ça se passe comment ?

On est accompagné tout du long car les personnels médicaux savent que le test n'est pas très agréable, mais le prélèvement est vraiment très rapide. Il faut s'asseoir, baisser un peu son masque de protection pour libérer le nez, pencher légèrement la tête en arrière et le prélèvement commence.

• Est-ce que ça fait mal ?

On ne va pas vous mentir, ce n'est pas une grande partie de plaisir, mais le prélèvement est vraiment très rapide. On insère une longue tige dans la cavité nasale, assez profondément, sinon le prélèvement ne donne rien. Cela se fait en douceur bien entendu... Puis la personne qui pratique le test sur vous tourne la tige sur elle-même pour imprégner suffisamment l'embout, et retire ensuite doucement la tige. Entre l'insertion de la tige et la fin du prélèvement il s'écoule moins de 15 secondes. Les sensibilités de chacun sont différentes, mais on ressent une légère douleur à l'arrière de la narine. La durée très courte du test en l'occurrence permet de relativiser.

• Comment obtient-on les résultats ?

Au bout de 24 heures ou 48 heures, l'ARS communique les résultats sur un site internet sécurisé. On accède à ses propres résultats grâce à un identifiant fourni par SMS ou par téléphone. Si le test est négatif, tout va bien pour vous. S'il est positif, vous serez contacté par l'ARS et amené à rester confiné chez vous pendant 15 jours.

• Pourquoi ne pas faire de prélèvement sanguin ?

Attention, seul le test nasal permet pour l'instant de détecter la présence du virus. Le test sérologique, qui fonctionne par prélèvement de quelques gouttes de sang au bout du doigt, et bientôt disponible en pharmacie, permet seulement de voir si le système immunitaire a développé une défense contre le virus. Ainsi cela signifie qu'il y a eu présence du virus dans votre organisme, par le passé. Cela ne veut pas dire pour autant que vouus êtes immuunisé, attention.

Dans ce cas on le confirme par un test nasal : ou il s'agit d'un "faux positif" et il s'agissait finalement d'autre chose, ou bien le virus n'est plus présent mais cela peut vouloir dire que vous avez été contaminé par le passé, ou bien cela confirme que vous êtes bien contaminé au moment du test.

Retrouvez notre live de ce mercredi à Saint-Louis ici.

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !