Leur demande a été rejetée :

Grand port maritime : les dockers souhaitent le dépistage systématique des marins


Publié / Actualisé
Alors que le nombre de cas importés et de cas autochtones de Covid-19 continuent d'augmenter dans l'île, certains dockers du Grand port maritime (GPM) réclame la mise en place d'un dépistage systématique des marins arrivant à La Réunion. Cette demande ne fait pas partie du dispositif mis en place par la préfecture. La demande a donc été refusée. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que le nombre de cas importés et de cas autochtones de Covid-19 continuent d'augmenter dans l'île, certains dockers du Grand port maritime (GPM) réclame la mise en place d'un dépistage systématique des marins arrivant à La Réunion. Cette demande ne fait pas partie du dispositif mis en place par la préfecture. La demande a donc été refusée. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C'est à la suite de suspicion de Covid-19 à bord d'un bateau en provenance d'Afrique du Sud que l'inquiétude a commencé à monter chez les dockers. En effet, alors que le bateau faisait escale en Afrique du Sud, les marins avaient potentiellement été en contact avec une personne contaminée. Tout l'équipage avait donc dû être testé. Les résultats s'étaient finalement avérés négatifs.

"Cette fois personne n'était malade, mais comment être sûr que des cas de contamination n'arriveront pas par les bateaux ?" s'interroge Danio Ricquebourg, secrétaire général de la CGTR Ports et docks. A la suite de cette fausse alerte, le syndicat a donc demandé la mise en place d'un dépistage obligatoire pour les bateaux en provenance d'Afrique du Sud.

Lire aussi : Tous les marins du roulier "Hoegh Trove" sont négatifs au Covid-19

"On nous a indiqué qu'on ne pouvait pas limiter des tests à un seul pays, bien que les bateaux arrivant de Métropole mettent au moins 18 jours pour arriver et que les risques de cas sont bien plus faibles" explique Danio Ricquebourg. Ce qui permet de réaliser en quelque sorte une pseudo quatorzaine en mer. Pour un trajet Afrique du Sud – La Réunion, cela tourne plutôt autour de 6 à 8 jours.

Après ce refus de tester les bateaux arrivant d'Afrique du Sud, la CGTR Port et docks a donc demandé de généraliser les dépistages à tous les bateaux sans distinction. "Cela aussi nous a été refusé, on a demandé une réunion à la préfecture, demande qui est restée sans réponse" s'agace le secrétaire général.

- Le GPM se veut rassurant -

A l'heure actuelle, les bateaux arrivant au Grand port doivent communiquer l'état de santé de tous les membres d'équipages, et des mesures sanitaires s'appliquent lors des échanges entre marins et dockers. Ils sont limités au maximum, le port du masque est demandé. Si un cas suspect se trouve à bord, le bateau reste au mouillage en attendant l'intervention de l'ARS, nous indique le Grand port maritime.

Lire aussi : Port-est : l'escale du Norvegian Spirit annulée, tous les paquebots de croisières interdits d'accoster

Des mesures insuffisantes pour Danio Ricquebourg, qui critique la gestion de la crise. "Finalement, refuser de tester tout le monde, c'est uniquement pour éviter de perdre du temps. Cela nous ferait perdre une journée, et alors ? C'est de notre santé qu'il s'agit, mais l'économie passe avant la sécurité" dénonce-t-il.

Pour le GPM, les mesures actuellement sont cependant largement suffisantes. "Le GPM applique depuis le début de cette crise sanitaire les consignes officielles émanant de la préfecture et de l’ARS afin de prévenir les risques de contamination des salariés portuaires et plus largement des Réunionnais. Ces consignes ont été déclinées sous forme de procédures construites avec les sociétés travaillant sur le port. Les différentes situations rencontrées jusqu'à ce jour ont montré leur pertinence" explique le Grand port maritime.

Le GPM précise par ailleurs que ces mesures pourraient évoluer en fonction des directives des autorités "en fonction de l'évolution de la situation et dans le cadre d'un dialogue social toujours constructif".

Aucun changement de protocole n'est donc à prévoir pour l'instant. "Si un docker devait tomber malade, il en relèvera de leur responsabilité et il y aura des comptes à rendre" s'indigne Danio Ricquebourg.

Lire aussi : Evacuation sanitaire pour deux membres d'équipage d'un bateau de croisière

A ce jour, le courrier envoyé au préfet par la CGTR Port et docks est toujours sans réponse. Contactée, la préfecture ne nous a pour l'instant pas apporté de réponse.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

Pour aller plus loin, retrouvez nos articles réalisés lors de l'arrivée de plusieurs bateaux de croisière à La Réunion, au début de l'épidémie :

Lire aussi : Coronavirus : les paquebots de la discorde

Lire aussi : Le paquebot Aïdablu a accosté au port dans le calme

Lire aussi : Coronavirus : le bateau Sun Princess refoulé à Maurice

Lire aussi : Coronavirus : l'Azamara a accosté au port-est sur fond de tensions

Lire aussi : Deux nouveaux paquebots accostent à La Réunion, l'inquiétude grandit sur les quais

Lire aussi : Retour du Costa Mediterranea : "on a eu l'impression d'être pris en otage pendant une semaine"

Lire aussi : Coronavirus : distribution de flyers et de masques pour les passagers du Costa Mediterranea

   

3 Commentaire(s)

Chifoumi, Posté
C'est vraiment ahurissant de faire passer l'économie avant la santé. Ils ne demandent pas que tout soit bloqué, ils demandent juste un dépistage. Ce n'est pas la mer à boire. Quand il y aura bavure à la covid au port, là ce sera bloqué et ce ne sera pas mieux je pense.
Pourquoi ce gouvernement n'agit pas dans cette crise, à chaque fois les médecins, le peuple, sont obligés de crier pour se faire entendre. Et seulement après ce gouvernement agit.
C'est pas possible ça !
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
On nous dit qu il faut tester, tester, ... le plus possible pour endiguer la pandémie et on refuse de tester les marins portuaires !
On vit dans un monde de fous ....
Citoyen réunionnais lambda, Posté
Les comportements gouverne-menteurs sont d'une débilité navrante : autorisation d'entrée du marin ivoirien sur Corsair - Refus des tests pour les marins arrivant en bateau. C'est La Réunion qu'on assassine ! Réveil aou, sitoyen réyonais é fé sa ke ou pans lé bien, pa sa ke la loi i di ou de fé !