42 nouveaux cas ont été confirmés mercredi, un record :

Covid-19 : neuf jours après le premier foyer, l'inquiétude grandit


Publié / Actualisé
La préfecture et l'Agence de santé de La Réunion ont annoncé, ce mercredi 19 août 2020, que 42 nouvelles personnes étaient contaminées par le coronavirus. Un nouveau record après les hausses importantes de 40 et 39 nouveaux cas atteintes le week-end dernier. Tous les indicateurs épidémiques sont à la hausse depuis l'identification d'un premier foyer de contagion à La Réunion le 11 août dernier. Surtout, la proportion de cas autochtones, personnes ayant contracté le virus à La Réunion, explose. Alors que 61 cas sont encore en cours d'investigation, les cas importés ne représentent plus que 56% des cas totaux recensés sur l'île. Dans le même temps, les hospitalisations, y compris en réanimation, augmentent. Si la tendance venait à se vérifier, ce pourcentage pourrait encore baisser, au point que les cas autochtones deviennent majoritaire. Un tournant qui, au-delà de sa valeur malheureusement symbolique, viendrait renforcer l'inquiétude de mise dans cette nouvelle phase de lutte contre l'épidémie. (Photo rb/www.ipreunion.com)
La préfecture et l'Agence de santé de La Réunion ont annoncé, ce mercredi 19 août 2020, que 42 nouvelles personnes étaient contaminées par le coronavirus. Un nouveau record après les hausses importantes de 40 et 39 nouveaux cas atteintes le week-end dernier. Tous les indicateurs épidémiques sont à la hausse depuis l'identification d'un premier foyer de contagion à La Réunion le 11 août dernier. Surtout, la proportion de cas autochtones, personnes ayant contracté le virus à La Réunion, explose. Alors que 61 cas sont encore en cours d'investigation, les cas importés ne représentent plus que 56% des cas totaux recensés sur l'île. Dans le même temps, les hospitalisations, y compris en réanimation, augmentent. Si la tendance venait à se vérifier, ce pourcentage pourrait encore baisser, au point que les cas autochtones deviennent majoritaire. Un tournant qui, au-delà de sa valeur malheureusement symbolique, viendrait renforcer l'inquiétude de mise dans cette nouvelle phase de lutte contre l'épidémie. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Le point de situation épidémiologique de ce mercredi 19 août 2020 a confirmé que les indicateurs sanitaires de La Réunion sont une légitime source d'inquiétude. Avec 42 nouveaux cas confirmés, l'île n'avait pas connu pareille progression journalière du virus depuis l'appaition du premier cas.

Lire aussi : Covid-19 : 42 nouveaux cas confirmés à La Réunion, hausse record depuis le début de l'épidémie

Depuis l’identification du premier foyer de contagion le 11 août dernier, l’île n’est pas descendu en dessous de la barre des 20 cas recensés quotidiennement. Les précédents records quotidiens de 40 et 39 nouveaux cas confirmés ont même été atteintes ce week-end.

Plusieurs éléments dénotent la nouvelle donne épidémique à La Réunion, au premier rang desquels la hausse des cas autochtones. Dès lors que les premiers clusters ont été identifiés - le retour des vacances et la rentrée scolaire n'aidant pas -, il était logique que la circulation locale du virus s’amplifie. Il n’empêche que les chiffres sont implacables et que, neuf jours après la découverte du premier foyer, la courbe ne s’inverse pas.

Au 11 août, les cas importés, c’est-à-dire ayant contracté la Covid-19 en dehors du territoire réunionnais, comptaient encore pour 70% des cas totaux. Au dernier point de la préfecture et de l’Agence régionale de santé ce mercredi, ils ne représentent plus que 56%. L'autorité sanitaire annonce par ailleurs que, parmi les cas investigués annoncés les jours précédents, 16 cas sont classés autochtones et seulement 2 cas sont classés importés. 

Au total, 61 cas sont encore en cours d'investigation. Si les analyses de l'ARS venaient à confirmer la tendance, les cas autochtones pourraient rapidement devenir majoritaires.

Le constat est le même au niveau des hospitalisations. Le nombre de patients autochtones admis au CHU est en hausse avec 17 hospitalisés à ce jour (dont 5 nouveaux, ce mercredi) contre 9 le 11 août. La proportion des cas autochtones en réanimation est tout aussi notable, avec 5 patients contre aucun le 11 août.

- Le virus en mouvement -

Au-delà de ces données brutes, un élément illustre le sérieux de la situation : la circulation du virus, même en dehors des foyers de contagion identifiés. En quelques jours, ce ne sont pas moins de 17 espaces publics qui ont fait part de cas confirmés ou de suspicions de cas de Covid-19 :

Le commissariat du Chaudron à Saint-Denis
• La médiathèque de Sainte-Marie
• Le Comité régional olympique et sportif à Saint-Denis
Les offices Destination Sud Réunion de Saint-Pierre, L'Etang-Salé et Cilaos
• Le club de football du SDEFA à Saint-Denis
• Le collège Jean Albany de La Possession
• Le collège de La Montagne de Saint-Denis
• L’école Notre-Dame de la Salette de Saint-André
• Le CCAS de Saint-Leu
• Le lycée Paul Moreau de Bras-Panon
 Le stade Nelson Mandela et le gymnase de la Rivière des Galets au Port
• Les collèges Jules Reydellet, Les Alizés et Juliette Dodu de Saint-Denis

Le rectorat a par ailleurs dénombré une vingtaine de signalements d'établissements scolaires, conformémnt au protocole sanitaire, pour la seule journée du mercredi 19 août.

Et il ne s’agit là que des cas ou suspicions connues, les lieux concernés étant gérés par ou avec les collectivités territoriales. Comme cela a pu être le cas dans des régions de Métropole, le coronavirus n’est désormais plus circonscrit à un quartier ou même une commune. Le risque de contamination est réel partout sur l’île.

François Chièze, directeur de la veille et de la sécurité sanitaire à l’ARS, expliquait ce risque nouveau à Imaz Press, vendredi dernier : “Jusqu'à présent, on avait des chaînes de transmission familiales ou de groupes restreints. On est maintenant sur un dimensionnement différent. Avec un nombre de cas plus important, il y a obligatoirement un phénomène de ramification et quand vous avez ce phénomène de ramification, les personnes se retrouvent dans des cadres de contact avec d’autres personnes.”

- Des indicateurs inquiétants malgré les précautions -

Les professionnels de santé et les autorités interrogés ces derniers jours par Imaz Press sont unanimes : il ne faut pas céder à la panique, mais reconnaître le caractère urgent de la situation et respecter à la lettre les gestes barrière.

Lire aussi : Tests obligatoires et téléconsultations : incontournables pour empêcher la propagation du virus

Comme les cas de Covid-19, les mesures pour contrer le virus se sont multipliées à La Réunion depuis le 11 août. Le préfet Jacques Billant a d’abord, par arrêté, étendu l’obligation du port du masque aux lieux extérieurs les plus fréquentés dans chaque commune de l’île.

À Saint-Denis, où est apparu le premier cluster, la maire Ericka Bareigts a interdit les rassemblements de plus de 10 personnes ainsi que les manifestations sportives et culturelles pendant un mois. La rentrée scolaire, initialement prévue le 17 août, a été reportée d’une semaine pour 24 établissements proches au à l'intérieur des foyers de contagion.

À Saint-Leu, à Saint-André, au Port ou à La Possession… Partout où des suspicions de cas ont été identifiées, les lieux ont été temporairement fermés, les événements annulés ou reportés.

Lire aussi : Covid-19 : La Possession annule l'ensemble des événements sportifs de ce week-end

En visite officielle à La Réunion depuis dimanche, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a lui-même expliqué, au journal télévisé de Réunion 1ère, être venu à La Réunion “pour porter des messages de combats, de responsabilité individuelle et de respect des gestes barrières”.

Malgré ces appels à la responsabilité de chacun ; malgré la plus grande proportion de voyageurs se soumettant à des tests de dépistage sept jours après leur arrivée ; malgré le semblable retour des précautions au sein de la population ; et malgré les fermetures et annulations de toute part, les divers indicateurs épidémiques demeurent élevés dans l’île.

Si l’heure n’est pas à la panique, elle est bien à la réalisation que cette lutte contre le coronavirus et les foyers de contagion sera un combat de longue haleine à La Réunion.

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

Une équipe qui perd, Posté
L'obligation de port du masque ? Pas assez de flics pour une mise en oeuvre efficace.
Obligation de tests pour les arrivants ? Ca paraît évident, mais il paraît que "le cadre réglementaire" l'interdit.
Attaquer en justice ceux qui ne se soumettent pas au test "recommandé" ? Faudrait prouver qu'ils ont effectivement contaminé.
Bref, c'est mort, bon courage aux soignants et bonne chance aux futurs malades.

Lumineuse idée que d'avoir clamé haut et fort que les jeunes sont épargnés par les formes graves. Maintenant on en est réduit à les implorer de prendre la chose au sérieux.

Les moins de 11 ans terrassent facilement le virus, dit-on. Dans ce cas, pourquoi sont-ils exemptés du port de masque, et pourquoi ceux qui les encadrent ont-ils l'obligation du port de masque ? (on le voit notamment dans les centres aérés, à l'école, ...)
Puisque le masque n'est pas censé nous protéger, mais protéger les autres ?
Pourquoi porter un masque en leur présence pour les protéger, puisque le virus ne leur fait rien ? C'est plutÃ't eux qui devraient en porter pour protéger les adultes qui les encadrent.
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Prudence ... tant qu on peut se soigner chez soi , c est l affaire de quelques semaines ; c est plutôt les formes graves qui inquiètent car il n y a pas pléthore de lit de réanimation sur l île ...
FERRERE, Posté
Mettre le test obligatoire à j+7 et faire respecter la "septaine", car ce sont eux qui contaminent les gens, si le préfet le fait dans 1 mois le virus aura disparu sur l'île.
Jérome, Posté
Le port du masque doit être obligatoire pour tous et partout dès maintenant. /
Missouk, Posté
Et que propose le docteur François CHIEZE qui avec ses compères de l'ARS a laissé le virus se propager ? Pas grand chose à part les gesticulations habituelles! Quand je vois dans des stations services, boulangeries ou autres boutiques que des gens rentrent sans masque et sans que personne ne dise rien, c'est inadmissible, on est dans l'inconscience, dans la provocation, dans l'incivisme. Sans cèder à la panique, qu'on commence à porter un masque dans tous les lieux publics, qu'on se lave régulièrement les mains, et qu'on respecte la distanciation physique, qu'on se prive de bises et autres poignées de mains, et on freinera la propagation du virus. Ca, c'est simple, on n'a pas besoin d'être énarque pour comprendre... Quant à Omega3, s'il était personne à risque, il raconterait moins d'âneries...
Omega3, Posté
Quel article de merde pour faire croître la peur davantage !!!
Tout cela n'est qu'une machination et plus il y aura de tests et plus on trouvera de cas ...c'est logique ! Allume ton cerveau de journaliste et arrête de jouer le jeu du gouvernement sataniste ! (Bonne journée à vous aussi Omega3 - Webmaster)
Santos, Posté
L etat devrait passer en confinement total nous lé dans la m***e cilaosien nous lé pas en securité non plus de moune i sorte en france i arriv le jour mem cilaos alors attention