Reporterre les accuse d'être traités avec un produit toxique :

Education nationale : la distribution de masques de la marque Dim suspendue


Publié / Actualisé
Le ministère de l'Éducation nationale a suspendu mardi 20 octobre la distribution aux enseignants des masques de la marque Dim, que le site Reporterre accuse d'être traités avec un produit toxique, en attendant les résultats d'une expertise, selon un syndicat et le gouvernement. Selon Reporterre, ces masques distribués par le ministère aux enseignants français depuis la rentrée de septembre sont traités à la zéolithe d'argent, un biocide considéré comme toxique. (Photo d'illustration AFP)
Le ministère de l'Éducation nationale a suspendu mardi 20 octobre la distribution aux enseignants des masques de la marque Dim, que le site Reporterre accuse d'être traités avec un produit toxique, en attendant les résultats d'une expertise, selon un syndicat et le gouvernement. Selon Reporterre, ces masques distribués par le ministère aux enseignants français depuis la rentrée de septembre sont traités à la zéolithe d'argent, un biocide considéré comme toxique. (Photo d'illustration AFP)

"Dans l'attente des résultats de l'expertise attendus milieu ou fin de semaine prochaine, le ministère de l'Éducation nationale a annoncé mardi suspendre la distribution aux enseignants de ces masques controversés", a expliqué à l'AFP le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire. Ils seront remplacés par "d'autres masques en tissu à partir de la rentrée du 2 novembre, après les vacances de la Toussaint, si ces analyses sont mauvaises", a-t-il ajouté.

Interrogé par l'AFP, le ministère a confirmé la suspension de la distribution de ces masques dans l'attente des résultats de l'expertise en cours. Si les analyses de l'expertise sont bonnes, les enseignants garderont les masques actuels.

Interrogé la semaine dernière sur l'éventuelle toxicité de ces masques, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer avait indiqué que c'était "une information surprenante qui mérite une vérification". Le site Reporterre indiquait dans une enquête que ces masques étaient "traités à la zéolithe d’argent et de cuivre, un produit biocide et potentiellement toxique pour l’humain".

C'est avec ce type de masque que le président Emmanuel Macron avait bien manqué de s'étouffer, pris d'une quinte de toux le 8 septembre 2020 alors qu'il était en déplacement dans un lycée d'Aulnat, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Le chef de l'Etat s'était mis à tousser, avant de se remettre à parler, puis de tousser encore, puis de demander un verre d'eau, avant de carrément demander "un masque plus léger".

Lire aussi : Macron tousse dans son masque, le retire, tousse dans sa main, remet son masque, l'enlève...

 

 

www.ipreunion.com avec AFP

   

1 Commentaire(s)

Ti Léon, Posté
Pourquoi les remplacer par un masque en tissu puisqu'on sait (nombreuses études) qu' ils sont moins efficaces que les masques chirurgicaux qui sont eux-mêmes moins efficaces que les ffp2.Ah, mais suis-je bête ça doit coÃ"ter plus cher ! Et puis,la santé des enseignants ?...