[LIVE] Au moins jusqu'au 1er décembre :

Emmanuel Macron : retour au confinement avec des adaptions pour les Outre-mer


Publié / Actualisé
L'heure est venue pour le gouvernement de faire le point sur les nouvelles mesures décidées pour lutter contre la seconde vague de Covid-19. Le président de la République a annoncé un retour au confinement pour le territoire nationale, avec des adaptations pour les territoires d'Outre-mer. Le reconfinement sera en vigueur au moins jusqu'au 1er décembre prochain. Une conférence de presse aura lieu demain jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les modalités de ce reconfinement. A La Réunion, de nombreuses voix se sont élevées contre le reconfinement, alors que la situation sanitaire est différente de la Métropole, bien que le virus continue de circuler. Le président de la République prévient que la deuxième vague de coronavirus "sera plus dure et plus meurtrière" que la première. Suivez notre live. (Photo : AFP)
L'heure est venue pour le gouvernement de faire le point sur les nouvelles mesures décidées pour lutter contre la seconde vague de Covid-19. Le président de la République a annoncé un retour au confinement pour le territoire nationale, avec des adaptations pour les territoires d'Outre-mer. Le reconfinement sera en vigueur au moins jusqu'au 1er décembre prochain. Une conférence de presse aura lieu demain jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les modalités de ce reconfinement. A La Réunion, de nombreuses voix se sont élevées contre le reconfinement, alors que la situation sanitaire est différente de la Métropole, bien que le virus continue de circuler. Le président de la République prévient que la deuxième vague de coronavirus "sera plus dure et plus meurtrière" que la première. Suivez notre live. (Photo : AFP)
  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi. A demain !

  • IPR

    "Le prix de l'abandon du système hospitalier" réagit Vincent Rivière dans une tribune libre :

    "Cette décision de reconfinement marque l'échec de la politique gouvernementale qui n'a pas su planifier efficacement le déconfinement. C'est une décision qui cible davantage les chômeurs et les pauvres et qui place par la même occasion des milliers d'entrepreuneurs et de commerçants sur le chemin de la faillite.  A La Réunion, la fragilité du tissu économique se voit une nouvelle fois impactée. Il faudra mettre en place une série de mesures pour soutenir ceux qui sont touchés par cette décision.

    Cela passe par l'implication financière de la Région et Département pour mettre en place un filet de sécurité pour que l'on passe cette période difficile dans les moins pires conditions. Il faut tout de même saluer la possibilité d'adapter ce confinement aux départements d'outre-mer et nous devons saisir cette occasion pour mettre en place d'un plan d'action local et non pas national face à cette épidémie. Il faudra rester également vigilant puisque La Réunion bénéficie d'une capacité d'hospitalisation bien inférieure à celle de la métropole."

     

  • IPR

    Un vote au Parlement jeudi 

    Un débat et un vote sur l'ensemble des mesures se tiendront demain au Parlement

  • IPR

    "Un vaccin pourrait être disponible à l'été" annonce Emmanuel Macron

  • IPR

    "Si d'ici quinze jours la situation s'améliore, nous pourrons réévaluer ces mesures" souligne Emmanuel Macron

    "Notre objectif à termes est simple : réduire les contaminations quotidiennes pour passer de 40.000 à 5.000 contaminations, et ralentir les entrées en hopital et réanimation" continue-t-il

     

     

  • IPR

    Le confinement sera adapté, "l'économie ne doit ni s'arrêter ni s'effondrer"

    Les écoles resteront ouvertes, le travail continuera, les visistes en EHPAD et en maison de retraites seront autorisées. Les attestations de sorties sont de nouveau obligatoires.

    Les déplacements entre régions seront limités, les rassemblements publics interdits.

    Les commerces non-essentiels devront fermer, dont les bars et restaurants. Pour les commerces, Emmanuel Macron encourage à développer les "commandes à distance, les ventes à emporter ou la livraison à domicile".

    Les salariés et employeurs continueront à bénéficier du chômage partiel en cas d'incapacités à travailles. Des mesures de trésoreries, notamment les charges et loyers, seront prises rapidement. Un plan spécial pour les indépendants, commerçants et TPE/PME va aussi être créé

    Le télétravail doit être généralisé, mais l'activité continuera avec plus d'intensité. Les services publics seront ouverts, les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics continueront de fonctionner.

    Les frontières européennes restent ouvertes, mais, "sauf exception", les frontières extérieures resteront fermées.

  • IPR

    Le confinement réinstauré dès vendredi minuit sur tout le territoire, il y aura des adaptations pour l'Outre mer

    Le confinement sera en vigueur à minima jusqu'au 1er décembre. Les détails du confinement seront donnés ce jeudi soir lors de la conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran

  • IPR

    "Pour nous, rien n'est plus important que la vie humaine" assure Emmanuel Macron

    • Le Conseil scientifique a évalué la stratégie de l'immunité collective : "cela signifierait le tri des patients à l'hopital, et environ 400.000 morts supplémentaires dans les mois à venir. Jamais la France n'adoptera cette stratégie"

    • La deuxième voie serait le confinement des personnes à risques. " Ce n'est pas non plus utilisable, au-delà de la discussion éthique, nos aînés ont besoin assistance extérieure ou vivent avec proches, il n'est pas réaliste de créer une bulle autour génération

    • La stratégie "tester alerter protéger", qui résultent aujourd'hui à 1.9 millions tests semaine et 100.000 appels de cas contact par jour n'est "efficace que s'il n'y a que quelques milliers de cas quotidien, nous sommes aujourd'hui à 50.000 cas quotidiens". Il estime donc que la stratégie n'est plus efficace.

    • Concernant l'augmentation des capacités de réanimation : "nous avons les stocks de médicaments, le matériel nécessaire, 7.000 infirmiers et médecins formés pour travailler en réanimation, 6.000 lits qui deviendront 10.000 en réanimation" explique-t-il. "Mais personne ne veut envoyer plus de patients en réanimation" explique-t-il

  • IPR

    35% des personnes en réanimation ont moins de 65 ans

    "Nous ne savons pas quelles sont les séquelles, contracter la maladie n'est jamais anodin, même à 20 ans. Il faut aussi protéger nos soignants, qui ont déjà beaucoup donné durant le printemps. Malgré la fatigue, il font leur maximuù, nous leur devons de prendre nos précautions"

  • IPR

    Le nombre de contamination a doublé en moins de deux semaines, 3.000 patients sont en réanimation

    "Nous avons fait tout notre possible, je suis convaincue que notre stratégie était la bonne. Nous aurions collectivement dû mieux respecter les gestes barrières. Il faut reconnaitre, que comme tous nos voisins, nous sommes submergés par l'accélération soudaine de l'épidémie" admet le Président

    "Il faut avoir beaucoup d'humilité, nous sommes tous en Europe surpris par l'évolution du virus. Débordés par une deuxième vague, qui sera sans doute pus dure et plus meurtrière que la première. Nous attendons plus de 9.000 patients en réanimation à la mi-novembre, il faut faire le maximum d'effort mais pas suffisant si nous ne donnais pas aujourdh'ui un coup de frein brutal"`

  • IPR

    Bonsoir tout le monde !

    Emmanuel Macron annoncera de nouvelles mesures sanitaires d'ici peu, Imaz Press vous fera vivre en direct son intervention d'ici quelques minutes. Suivez-nous

A propos

L'heure des annonces

C'est ce mercredi à 23h heure de La Réunion qu'Emmanuel Macron doit annoncer les nouvelles mesures prévues en France pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus. En Métropole, la situation sanitaire est catastrophique, avec de nombreuses villes qui ont dépassé le seuil d'alerte, un record de nouveaux cas journaliers et une saturation dans les hôpitaux et les services de réanimation.

Trois scénarios sont sur la table, du moins dur au plus extrême : couvre-feu renforcé, couvre-feu le week-end, reconfinement partiel ou global. C'est finalement le troisième qui serait envisagé. Le gouvernement partirait sur un reconfinement de quatre semaines, qui prendrait effet dès ce jeudi minuit.

Si c'est le cas, il va de soi que l'impact économique sera particulièrement violent pour la vie économique du pays. De nombreux secteurs risquent d'être frappés par un nouveau confinement : culture, restaurants, tourisme, clubs de sport... Le gouvernement laissait entendre que ce renconfinement serait toutefois plus souple que celui de mars-avril-mai.

A La Réunion, de nombreuses voix s'élèvent contre un reconfinement qui n'aurait "pas de sens" sur une île beaucoup moins touchée que la plupart des départements de l'Hexagone et où l'on observe justement une stabilisation du nombre de cas. La circulation virale reste active cependant, avec un nombre de décès qui est reparti à la hausse depuis quelques jours, avec deux nouveaux décès annoncés ce lundi, et deux autres décès vendredi dernier.

Le député Jean-Hugues Ratenon par exemple estime que "les mesures nationales ne doivent pas être appliquées à La Réunion", le député Philippe Naillet rappelle de son côté l'importance de la "territorialisation". Le président de la CCIR Ibrahim Patel redoute quant à lui une catastrophe économique pour l'île si celle-ci est concernée par le reconfinement.

Les nouvelles annonces du chef de l'Etat seront sans aucun doute suivies de nombreuses réactions en Métropole comme dans les Outre-mer. Réponse ce soir.

   

3 Commentaire(s)

Gilles PAYET, depuis son mobile, Posté
Merci Vincent pour cette tribune pertinente, puisse t'elle inspirée nos politiques et notre préfet !
HULK, Posté
Dégradation du système hospitalier (aucune réaction des pontes qui viennent pérorer sur les plateaux TV),manque d'anticipation des technocrates qui nous dirigent,irresponsabilité non sanctionnée de la part des jeunes et de certains chefs d'entreprise qui maintenant viennent se plaindre, laxisme à tous les niveaux, et voilà le résultat : pauvreté et ,précarité en hausse,mort des entreprises et bientÃ't révolte des peuples (ITALIE). Que du bonheur. Ce n'est plus de la science fiction apocalyptique (dystopie);c'est notre vie au quotidien ou plutÃ't notre mort au quotidien.
Momo, Posté
Sa y est maintenant le gouvernement connaît tous les entreprises petit moyen grand c fini les espèces de cÃ'té l'argent non déclaré nous sommes rentrés dans une nouvelle ère la vie serait-elle belle à vivre encore