Des adaptations pour les Outre-mer prévues :

Reconfinement : les réactions à La Réunion suite à l'allocution d'Emmanuel Macron


Publié / Actualisé
La France repasse à l'heure du confinement. Le président de la République l'a annoncé ce mercredi 28 octobre 2020 lors d'une allocution. Les territoires d'Outre-mer feront l'objet d'adaptations qui seront précisées ce jeudi 29 octobre. Nous publions les réactions à La Réunion ci-dessous. (Photo AFP)
La France repasse à l'heure du confinement. Le président de la République l'a annoncé ce mercredi 28 octobre 2020 lors d'une allocution. Les territoires d'Outre-mer feront l'objet d'adaptations qui seront précisées ce jeudi 29 octobre. Nous publions les réactions à La Réunion ci-dessous. (Photo AFP)

• Jacques Billant, préfet :

"Suite à l’allocution du Président de la République et au regard des adaptations rendues possibles pour les Outre-mer, le Préfet de La Réunion et la directrice générale de l'agence régionale de santé considèrent qu'à ce stade il n’apparaît pas nécessaire au vu de la situation épidémique d'imposer à La Réunion la mesure de reconfinement telle qu'elle sera appliquée en métropole.

Les autorités sanitaires et préfectorales vont désormais mener des consultations et concertations afin de compléter cette première analyse de celles de la communauté médicale, des acteurs économiques et des élus du territoire. L'instance de dialogue avec la communauté médicale sera réunie aujourd’hui en présence du Ministre Adrien TAQUET.

Le Préfet et la DG ARS s'exprimeront ce vendredi en fin d'après-midi sur le bilan de ces consultations et le dispositif sanitaire.

Par ailleurs, nous vous informons que le programme de la visite officielle d’ Adrien Taquet, secrétaire d'Etat chargé de l'enfance et des familles est revu. Aucune séquence ne sera ouverte à la presse."

• Jean-Hugues Ratenon, député :

"Dans son allocution hier soir, le Président, a clairement annoncé " un confinement national avec des adaptation pour les seuls territoires d'outre-mer ", nous ne pouvons qu'être satisfait. D’autant, que les acteurs économiques qui se sont réunis hier, autour du Président de la chambre des commerces et de l’industrie de la Réunion Mr Patel, ont alerté sur les conséquences que pourrait entraîner un reconfinement à la Réunion.

Moi-même, hier en début de journée, j’ai plaidé auprès du Ministre des outre-mer, pour une différenciation pour les Outre-Mer. Par retour de message, ils m’ont informé qu’il allait agir dans ce sens auprès du conseil des ministres.

J’ai pu aussi aborder cette question auprès du Secrétaire d’état chargé de l'Enfance et des Familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé hier, pour qu’il fasse remonter l’information à Paris. Force est de constater que les voix ont été entendues.

Par communiqué le Préfet nous informe qu’il n’y aura pas de reconfinement et qu’une large concertation débutera ce jour. Nous prenons acte, nous nous réjouissons de cette prise de décision, et souhaitons que ces concertations aboutissent à des décisions justes et protectrices pour notre département.

Toutefois, nous attendons la déclaration du Premier Ministre, qui aura lieu ce jour devant l’exécutif à l’assemblée nationale, et qui sera suivie d’un vote. La question de l’aéroport doit être posée, la question des grandes surfaces doit être posée, la question des grands rassemblements (Leclerc hier) doit être posée. Le gouvernement de par son attitude nous a conduit dans une impasse, aujourd’hui nous sommes tous face à une épidémie qui fait et fera beaucoup de ravages, l’Europe est contaminée la France est contaminée, la Réunion doit se PROTÉGER."

• Didier Robert, président de la Région :

"Le Chef de l’Etat vient de prendre une décision difficile et lourde de conséquences pour le pays tout entier. Ce reconfinement national qui se veut plus souple que le premier, et qui s’applique de façon différenciée dans les territoires d’outre-mer, va fragiliser davantage des secteurs comme le tourisme, les transports, l'événementiel, la culture, la restauration, etc.

Décision a été prise par le Président de la République d’appliquer le principe de différenciation entre le territoire hexagonal et les territoires d’outre-mer. Le Gouvernement doit préciser dans les prochaines heures, les modalités de cette prise en compte de l’évolution du virus dans les outre mer. J’annonce dès maintenant que la Région Réunion va adapter ses aides économiques d’urgence déjà mises en place ces derniers mois pour soutenir les entreprises locales les plus touchées, notamment les PME et les TPE. L’ensemble des services régionaux et moi-mêmes sommes déjà à pied d’œuvre pour définir de nouvelles modalités de soutien au tissu économique afin d’assurer les missions qui sont les nôtres, et être en soutien à l’ensemble des Réunionnais comme nous l’avons été à chaque instant depuis le début de cette crise sanitaire . Les dispositifs existants pourront notamment faire l’objet d’un allongement dans le temps.

J’appelle tous les Réunionnais à faire une nouvelle fois, preuve de résilience en respectant en particulier les gestes barrières ainsi que toutes les restrictions sanitaires évidente."

• Cyrille Melchior, président du Département :

"Les chiffres le démontrent, la situation à La Réunion est différente de celle de la métropole. Malgré tout, nous devons rester encore plus vigilants. J'appelle tous les Réunionnais à être exemplaires en continuant nos efforts et à rester solidaires, en respectant les consignes sanitaires, en limitant les regroupements, en gardant les distanciations sociales, en appliquant les gestes barrière et en portant le masque.

Le reconfinement sur le modèle de la métropole n’est pas nécessaire à ce stade à La Réunion. Le Département reste mobilisé pour accompagner les publics les plus vulnérables.

En lien avec l’Etat et les 24 communes, la Collectivité apportera toute son aide aux structures d’accueil.

Bien évidemment, le monde économique doit être soutenu, en particulier le monde agricole,  face aux conséquences liées à cette crise épidémiologique.

Nous vivons une période particulièrement exceptionnelle et difficile, plus que jamais la solidarité va devenir le maître mot qui va nous permettre de passer ce cap. Soyons Solidaires !"

• Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis :

"Dès mars 2020, la maire de Saint-Denis, alors députée, s'est battue pour l'application d'une stratégie réunionnaise de lutte contre la COVID 19. Dès le 12 août 2020, la ville de Saint-Denis a du faire face aux premiers gros clusters réunionnais contre lesquels elle a mené une lutte active. Le pic a été atteint avec un maximum de 116 nouveaux cas par jour début septembre et un taux d'incidence de 225,1.

Grâce à la mobilisation constante de l’ensemble des maires autour du préfet, de l’ARS et du rectorat nous avons pu construire une stratégie efficace pour le ralentissement de la propagation de la maladie .

A Saint-Denis, la maire a mené une lutte contre le virus basée sur une démarche partenariale et d’hyper proximité. 

- Elle a mobilisé le tissu associatif qui, formé à la sensibilisation anti-COVID par l’IREPS (L'Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé) est intervenu dans les différents quartiers de la ville pour sensibiliser la population aux gestes barrière. Plus de 6000 Dionysiens ont ainsi été touchés par ces associations mobilisées au service de la santé de tous les Réunionnais.

- Une distribution massive de masques réutilisables a également eu lieu, notamment dans les écoles de la ville.

- Avec l’ARS, en fonction d’analyses fines des chiffres de la contamination par quartier, en lien avec les élus de secteurs , des campagnes ciblées de dépistages populationnels ont été organisées afin d’isoler le plus rapidement possible les personnes positives et casser ainsi les chaînes de transmission du virus.

- La police municipale et la police nationale ont été fortement mobilisées en partenariat afin de faire respecter les mesures obligatoires (port du masque, interdiction de rassemblements).

Des efforts conséquents ont été demandés à la population, directement reliées à la situation sanitaire locale et au niveau de circulation du virus.           

Ces efforts conjoints ont porté leurs fruits puisque les niveaux d’incidence réunionnais ont largement baissé, passant de 225,1 début septembre à 49 la semaine dernière.

Il nous faut aujourd’hui protéger la Réunion en ne permettant plus l’importation de cas extérieurs.

C'est la raison pour laquelle la maire de Saint-Denis demande l'extension de l'obligation de présenter un test à tout voyageur souhaitant se rendre à La Réunion, quel que soit son lieu de départ.

Aujourd’hui, les tests sont rendus obligatoires pour tous les voyageurs arrivant dans l’Hexagone, elle demande donc que les tests à J+4 soient également rendus obligatoires pour tous les voyageurs arrivant à la Réunion.

Dans ce contexte il nous faut préserver la vie sociale, la possibilité de fêter dignement nos défunts pour la Toussaint et les fêtes de fin d’année,  l’activité culturelle et sportive qui font la cohésion de nos territoires, l’économie réunionnaise déjà durement touchée par des crises successives et avec elle l’emploi des Réunionnais.

L’exception réunionnaise existe, nous saluons le fait qu’elle ait été reconnue par la mise en place d’une stratégie réunionnaise de lutte contre la COVID 19."

• Vincent Rivière, pour le mouvement citoyen Demain, Ensemble, La Possession :

"Le prix de l'abandon du système hospitalier.

Cette décision de reconfinement marque l'échec de la politique gouvernementale qui n'a pas su planifier efficacement le déconfinement. C'est une décision qui cible davantage les chômeurs et les pauvres et qui place par la même occasion des milliers d'entrepreuneurs et de commerçants sur le chemin de la faillite. 

À La Réunion, la fragilité du tissu économique se voit une nouvelle fois impactée. Il faudra mettre en place une série de mesures pour soutenir ceux qui sont touchés par cette décision. Cela passe par l'implication financière de la Région et Département pour mettre en place un filet de sécurité pour que l'on passe cette période difficile dans les moins pires conditions. Il faut tout de même saluer la possibilité d'adapter ce confinement aux départements d'outre-mer et nous devons saisir cette occasion pour mettre en place d'un plan d'action local et non pas national face à cette épidémie. Il faudra rester également vigilant puisque La Réunion bénéficie d'une capacité d'hospitalisation bien inférieure à celle de la métropole."

• Olivier Hoarau, maire du Port

"On constate avec beaucoup de crainte une deuxième vague qui s’abat sur nous, le président de la République l’a confirmé. On constate également que malgré les efforts qui ont été entrepris, la pandémie est toujours active et que l’accélération du virus met en danger notre système de santé et notre capacité en lits de réanimation. Il y a nécessité absolue de renforcer les mesures pour éviter la saturation des hôpitaux.

Nous pouvons nous féliciter d’une gestion différenciée entre le national et le local, comme je l’ai appelé depuis le mois de mars. Nous devons gérer différemment.

Dans l’ordre protocolaire c’est normal que le président s’exprime, puis le Premier ministre. Je pense quand même que le président aurait pu tout dire. Je veux bien qu’il soit sympa avec ces ministres, mais du coup on est dans l’attente, on ne sait pas à quelle sauce on va être mangé. Ça nourrit une certaine appréhension aussi. Le président aurait pu donner quelques consignes.

Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration par exemple, contrairement au niveau national, c’est une activité essentielle à l’économie réunionnaise déjà fortement fragilisée. Je demande à ce que ces activités ne soient pas concernées par les nouvelles dispositions. Le président l’a dit : confinement mais les activités essentielles doivent continuer. Je considère que l’hôtellerie et la restauration sont des activités essentielles à La Réunion.

Nous devons ensuite rendre les contrôles beaucoup plus strictes au niveau de ces activités. Les entreprises de restauration ont déjà un protocole, certaines ne le respectent pas. C’est pour celles-là qu’il faut sévir.

Je demande aussi que les tests à J+4 soient obligatoires. Il ne faut pas attendre la bonne volonté des voyageurs. C’est capital. Si on veut continuer à avoir une activité touristique, on doit laisser le secteur hôtellerie/restauration fonctionner, mais on doit plus contrôler davantage."

• Jean-Hugues Ratenon, député de La Réunion 

"Dans son allocution hier soir, le Président, à clairement annoncer " un confinement national avec des adaptation pour les seuls territoires d'outre-mer ", nous ne pouvons qu'être satisfait.

D’autant, que les acteurs économiques qui se sont réunis hier, autour du Président de la chambre des commerces et de l’industrie de la Réunion Mr Patel, ont alerté sur les conséquences que pourrait entraîner un reconfinement à la Réunion.

Moi-même, hier en début de journée, j’ai plaidé auprès du Ministre des outre-mer, pour une différenciation pour les Outre-Mer. Par retour de message, ils m’ont informé qu’il allait agir dans ce sens auprès du conseil des ministres.

J’ai pu aussi aborder cette question auprès du Secrétaire d’état chargé de l'Enfance et des Familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé hier, pour qu’il fasse remonter l’information à Paris. Force est de constater que les voix ont été entendues.

Par communiqué le Préfet nous informe qu’il n’y aura pas de reconfinement et qu’une large concertation débutera ce jour. Nous prenons acte, nous nous réjouissons de cette prise de décision, et souhaitons que ces concertations aboutissent à des décisions justes et protectrices pour notre département.

Toutefois, nous attendons la déclaration du Premier Ministre, qui aura lieu ce jour devant l’exécutif à l’assemblée nationale, et qui sera suivie d’un vote.
La question de l’aéroport doit être posée, la question des grandes surfaces doit être posée, la question des grands rassemblements (Leclerc hier) doit être posée. Le gouvernement de par son attitude nous a conduit dans une impasse, aujourd’hui nous sommes tous face à une épidémie qui fait et fera beaucoup de ravages, l’Europe est contaminée la France est contaminée, la Réunion doit se PROTÉGER."

• Fédération française des associations de commerçants Réunion :

"Devant la crainte d'un reconfinement national, la FFAC, les forains et les métiers de l'évenementiel se sont mobilisés. Réunis à la CCIR et avec le soutien de son Président M. Ibrahim PATEL, une conférence de presse fût organisée pour affirmer notre refus d'un confinement généralisé qui aurait des conséquences catastrophiques pour les artisans,commerçants et indépendants de la Réunion.

La fermeture généralisée des commerces dits " non-essentiels " à la Réunion porterait un coup fatal à de nombreux secteurs d'activité, pour lesquels une part importante du chiffre d’affaires se réalise en fin d’année. Pour la FFAC, il serait primordial avant tout de contrôler les flux d’arrivées de passager au niveau du Port et de l’aéroport. La Préfet fût également informé de nos craintes.

Ce mercredi 28 octobre, le Président de la République Emmanuel MACRON a annoncé le retour du confinement à partir de Vendredi. Des adaptations sont prévues pour les territoires des Outre-mer. Elles seront détaillées ce vendredi. La FFAC s’est réjouie de cette décision qui montre que la situation particulière des Outre-mer a été prise en compte.

Nous remercions le Préfet pour avoir relayé notre détresse auprès du Gouvernement, le Président de la CCIR et tous les élus pour leur mobilisation. Nous souhaitons que des décisions soient prises pour protéger les réunionnais et aussi pour sauvegarder l’éconnomie de la Réunion.

Les prochaines semaines s’annoncent cruciales et la FFAC restera mobilisée concernant les éventuelles mesures de soutien de l’Etat et de la Région et pour la préservation des commerces de la Réunion. Nous restons également à la disposition de la préfecture pour participer aux débats liés aux nouvelles mesures applicables localement."

   

2 Commentaire(s)

Nathalie, Posté
Rendre le masque obligatoire partout et en tout lieu, et même pour les élèves en élémentaire, ils sont capables d'en porter. Il y a encore trop de gens qui se déplacent sans masques !
Futur mort, Posté
BonjourDevant commencer ma reconversion dans la cuisine vendredi, contrat d'apprentissage signé, appartement pris 2 mois payés + caution, si je comprends bien, mon apprentissage est foutu j'ai balancé 3 mois dans le vide et j'ai même pas de chÃ'mage donc théoriquement je suis mort c'est ce qui en résulte ?