[LIVE] Les annonces du préfet sur la Covid-19 :

Pas de couvre-feu pour l'instant, pique-niques interdits, masque obligatoire partout


Publié / Actualisé
Son allocution était très attendue : le préfet de La Réunion Jacques Billant a fait le point ce vendredi 13 novembre au cours d'une allocution télévisée, diffusée sur les chaînes de Réunion 1ère et Antenne Réunion. Dans une prise de parole très courte, le préfet a tenu un discours de mise en garde ultime auprès des Réunionnais, qui ne sont pour l'instant pas concernés par un couvre-feu ou un confinement. Il a notamment condamné avec fermeté tous ceux qui ne respectent pas les mesures sanitaires. La ville de Saint-André cependant pourrait être reconfinée dès ce mardi si les chiffres ne s'améliorent pas. Par ailleurs les bars et restaurants pourraient fermer dès 21h dans les zones de Saint-Gilles et du front de mer de Saint-Pierre si rien ne change. Les pique-niques sont interdits dès ce week-end et le port du masque est désormais obligatoire partout. Suivez notre live (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Son allocution était très attendue : le préfet de La Réunion Jacques Billant a fait le point ce vendredi 13 novembre au cours d'une allocution télévisée, diffusée sur les chaînes de Réunion 1ère et Antenne Réunion. Dans une prise de parole très courte, le préfet a tenu un discours de mise en garde ultime auprès des Réunionnais, qui ne sont pour l'instant pas concernés par un couvre-feu ou un confinement. Il a notamment condamné avec fermeté tous ceux qui ne respectent pas les mesures sanitaires. La ville de Saint-André cependant pourrait être reconfinée dès ce mardi si les chiffres ne s'améliorent pas. Par ailleurs les bars et restaurants pourraient fermer dès 21h dans les zones de Saint-Gilles et du front de mer de Saint-Pierre si rien ne change. Les pique-niques sont interdits dès ce week-end et le port du masque est désormais obligatoire partout. Suivez notre live (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
  • IPR

    C'est la fin de ce live merci de nous avoir suivi !

  • IPR

    En deux jours, un nouveau décès et 149 cas ont été confirmés

    Le bilan hebdomadaire est à retrouver sur ce lien

  • IPR

    "Nou’ batay’ Ansamb contre la Covid. Restons vigilants et mobilisés !" conclut le préfet

  • IPR

    • Suivi des indicateurs :

    - Taux d’incidence : 77/100 000 habitants

    - Taux de positivité : 4.5 %

    - Taux d’occupation des lits en service de réanimation : 23 %

    A noter que sur la commune de Saint-André le taux d’incidence dépasse déjà le seuil de couvre-feu. La commune pourrait être concernée dès le mardi 17 novembre.

    Seuls les déplacements pour les motifs suivants sont autorisés durant le couvre-feu :

    • exercice de l’activité professionnelle;
    • soins et santé.

    Les personnes doivent se munir, lors des déplacements hors de leur domicile, d’un document permettant de justifier leur déplacement. Les attestations de déplacement peuvent être téléchargées sur l’application TousAntiCovid ou sur ce lien

     

  • IPR

    Mesures prévues à moyen terme :

    Un bilan de l’efficacité des mesures sera réalisé dès la semaine prochaine pour adapter les mesures de riposte à l’évolution de la situation sanitaire. Si le taux d’incidence ne diminue pas, les mesures suivantes seront mises en œuvre :

    -  Mise en place d’un couvre-feu territorialisé pour toutes les communes où le taux d’incidence dépasse 150/100 000 ;
    -  Couvre-feu commercial : fermeture de tous les bars et restaurants de 21h à 6h dans les zones où les protocoles sanitaires ne sont pas respectés.

     

  • IPR

    "Quatrièmement, les pique-niques seront interdits dès ce week-end" annonce le préfet

    "Car je vous le rappelle les rassemblements familiaux ou amicaux non cadrés sont propices aux chaines de contamination. Nous voyons trop souvent des tablées de plus 6 personnes, des rassemblements qui n’ont pas lieu d’être compte tenu de la réalité sanitaire. De même, la consommation de nourriture ou de boisson debout ou dans l’espace public sera interdite, les gestes barrières n’étant alors pas respectées" ajoute-t-il

    Les forces de l’ordre seront sur le terrain pour faire respecter ces mesures de protection, qui doivent nous permettre impérativement d’infléchir la courbe épidémique. L’accès aux plages et aux aires de pique-nique reste autorisé pour la pratique sportive, la promenade, la baignade, les sports nautiques et la pêche de loisir.


     

  • IPR

    "Troisièmement, le port du masque sera à partir de demain obligatoire sur la voie publique partout" annonce Jacques Billant

    "Dès que vous sortez de chez vous, dès qu’il y a un trottoir, du bitume, vous devez porter le masque. Sinon, vous serez verbalisé. Seules les personnes en situation de handicap, faisant du sport (jogging, randonnée, vélo) ou se déplaçant dans des espaces naturels très peu fréquentés sont autorisées à ne pas porter de masque" liste-t-il

    Les contrôles du respect du port du masque sont renforcés depuis une semaine. Après une phase de sensibilisation, ces contrôles menés par les services de police et de gendarmerie se sont accentués et accompagnés de sanctions depuis 10 jours.

    Le non-respect du port du masque constitue une infraction de 4ème classe, punie d’une amende de 135€ pouvant être majorée à 375€. En cas de récidive dans les 15 jours l’amende est de 200€ pouvant être majorée à 450€. Après 3 infractions constatées en 30 jours, l’infraction est passible d’une amende de 3 750€ et de 6 mois d’emprisonnement

     

  • IPR

    "Deuxièmement, je demande solennellement aux professionnels de se reprendre en main" presse le préfet

    "Dans deux secteurs notamment, les résultats des contrôles des bars et des restaurants sont très mauvais : il n’y a pas de secret, il s’agit de Saint-Gilles et du front de mer de Saint-Pierre" annonce-t-il

    "Si cela ne change pas, si la barre n’est pas redressée ce weekend, si les protocoles ne sont pas respectés, je fermerai sur ces secteurs les bars et restaurants à 21h00. Parallèlement, les sanctions administratives seront renforcées sur toute l’ile : les fermetures des établissements en infraction seront désormais prononcées pour 20 jours et pour un mois en cas de récidive" détaille-t-il

     

  • IPR

    Le résultat des contrôles de ce weekend est tristement édifiant : ce sont seulement 50% des structures qui respectent les protocoles.

    "Il est inacceptable que notre vie sociale, que le lien avec nos anciens, que notre vie économique, que nos entrepreneurs aient à payer le prix de ces comportements irresponsables. J’ai constaté que malgré mes appels et mes rappels à la vigilance et au civisme, que malgré les contrôles et les verbalisations qui augmentent, ces comportements perdurent" regrette le préfet

    "Je l’ai constaté et le Ministre des Outre-mer aussi avant-hier l’a constaté quand nous traversions l’île. C’est inadmissible. Cela doit changer. Je ne veux pas avoir à sanctionner ceux qui font bien, parce que certains font mal. Je n’abandonnerai pas sans lutter, pour notre île, pour sa population, pour son économie" détaille-t-il
     

  • IPR

    "J’ai donc décidé en concertation avec les maires d’une stratégie de riposte graduée" annonce le préfet

    "Je vais donc territorialiser notre action et le couvre-feu pourra être prononcé à l’échelon communal. Nous avons hier échangé avec le Maire de Saint-André : si le taux d’incidence se maintient au-delà des 150 pour 100 000 mardi prochain, je prononcerai un couvre-feu à 20h00 sur la commune" assure-t-il

  • IPR

    "Face à cette situation, je partage d’abord le chagrin et le deuil des familles touchées" assure Jacques Billant

    "Je partage l’inquiétude de la communauté médicale, des soignants et des élus de proximité. Mais je partage aussi la crainte de nos entreprises, la détresse des acteurs de l’évènementiel, de la culture et du monde sportif" continue-t-il.

    "Force est de constater que l’effort n’est pas collectif, que la prise de conscience n’est pas unanime face à la menace qui arrive. Je condamne les comportements inciviques, les personnes qui défient l’épidémie et mettent en danger les autres en se refusant à l’effort du masque. Je condamne les personnes qui ne respectent pas l’interdiction des rassemblements limités à 6 personnes et sont bien souvent à l’origine de clusters. Je condamne l’insouciance car elle fait prendre des risques démesurés à notre système hospitalier, à nos soignants. Je condamne les établissements recevant du public qui ne jouent pas le jeu" liste amèrement le préfet.
     

  • IPR

    "La Réunion voit désormais ses indicateurs approcher de la zone de danger" annonce le préfet

    "Nous avions décidé avec la Directrice générale de l’agence régionale de santé que si le taux d’incidence de l’île se fixait durablement au-dessus des 150 pour 100 000 habitants, je prononcerai le couvre-feu et que si le taux d’incidence dépassait les 200 pour 100 000 habitants, je déciderai du confinement" détaille-t-il

    Le taux d’incidence a connu ces derniers jours une augmentation de 77 %. Le taux de positivité est de 4,5%. Le taux d’occupation des lits de réanimation par des patients COVID est de 23% sur les quatre derniers jours. Le seuil d’alerte du couvre- feu est proche.

     

A propos

L'heure de serrer la vis

Le préfet de La Réunion Jacques Billant prend la parole ce vendredi 13 novembre 2020 dans les journaux télévisés d'Antenne Réunion et Réunion 1ère, à 19h donc. Un exercice inhabituel pour le représentant de l'Etat, plutôt habitué des conférences de presse. Cette prise de parole laisse donc pressentir des annonces fortes.

Le préfet va-t-il sermonner les Réunionnais une ultime fois, alors que les cas de Covid-19 augmentent sur l'île et que le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu annonçait lors de sa venue que les habitants avaient 10 jours pour se reprendre ? Va-t-il annoncer un couvre-feu, étendu aux week-ends ? Va-t-il carrément annoncer un nouveau confinement ?

Autant de scénarios possibles, alors que les nouveaux chiffres du coronavirus sont censés être diffusés ce vendredi, comme en chaque fin de semaine. Depuis plusieurs semaines, les cas semblent repartir à la hausse. C'est d'ailleurs aujourd'hui que le CHOR a rouvert son unité Covid, fermée depuis la fin du premier confinement. Une décision prise pour soulager le CHU nord et qui laisserait justement penser que la situation sanitaire tend à s'aggraver.

Si un couvr-feu voire un confinement sont annoncés, il va sans dire que la réaction des élus sera forte, eux qui réclamaient jusqu'ici en grand nombre une obligation du test à J+4 ou le renforcement d'autres mesures. Les entreprises péi, elles aussi, devraient réagir avec force, déjà menacées par une crise économique sans précédent.

Rappelons que la Métropole et la Martinique sont confinées depuis le 30 octobre dernier, suite à une annonce du président de la République. Les territoires des Outre-mer ne sont pas concernés (sauf la Martinique) et c'est donc aux préfets de gérer la crise sanitaire sur leur sol.

   

3 Commentaire(s)

Bibi, Posté
Franchement, si vous croyez que ce que vous avez déclaré vont faire peur à ceux qui ne respectent pas bein bravo.
Missouk, Posté
Ouais, bon... Après Castex hier, une sorte de "clone" local. Heureusement, bien plus court, et, au bout du compte, moins paternaliste et moins pessimiste que le discours d'hier. Les nouvelles mesures étaient plus ou moins attendues, les publics qui sont à l'origine de la progression de l'épidémie aussi. Sur ce point, plutÃ't d'accord avec les sanctions proposées. Que ceux qui ne font aucun effort puissent se moquer de ceux qui en font, peut-être, mais demain, ils paieront!
HULK, Posté
Vous savez comment on fait taire un peuple?- d'abord on lui fait peur, avec une bonne épidémie que l'on ne veut pas contrÃ'ler- ensuite on le culpabilise. Vous allez tuer des gens en les contaminant- enfin on l'empêche de s'exprimer. Pas de réunions, port du masque (symbolique, dont nos gouvernants disaient que c'était inutile il y a quelques mois)La boucle est bouclée. Plus personne ne dit rien. On tue les petits commerces au profit des grandes société. On licencieuses syndicats ne peuvent rien dire.Et demain les gens iront voter pour MACRON,comme des moutons ou des veaux, qu'importe l'animal de toute manière ce sont des animaux soumis.-