Les commerçants péi dans le flou :

Malgré le coronavirus, le Père Noël espère toujours remplir sa hotte


Publié / Actualisé
Confrontés à une baisse significative de la fréquentation de leurs magasins en raison de la crise sanitaire et à plusieurs interrogations concernant les volontés d'achat de leurs clients, les commerçants réunionnais appréhendent les semaines à venir. C'est habituellement la période où ils réalisent une grosse partie de leur chiffre d'affaire grâce à la vente de cadeaux de Noël. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Confrontés à une baisse significative de la fréquentation de leurs magasins en raison de la crise sanitaire et à plusieurs interrogations concernant les volontés d'achat de leurs clients, les commerçants réunionnais appréhendent les semaines à venir. C'est habituellement la période où ils réalisent une grosse partie de leur chiffre d'affaire grâce à la vente de cadeaux de Noël. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

Les fêtes de fin d'année sont habituellement une période faste pour les commerçants réunionnais, qui profitent des achats de Noël pour augmenter de façon significative leur activité. "C'est un moment très attendu pour nous. Généralement, les commerçants réalisent près de 30% de leur chiffre d'affaire annuel lors de cette période", annonce Omarjee Irchad, président de l'association des commerçants de Saint-Paul. La crise sanitaire actuelle devrait néanmoins contrecarrer leurs plans.

- Un flou qui rend difficile la gestion des stocks -

La baisse de fréquentation des clients (estimée à près de "20%" par rapport au nombre de clients habituels par les gérants interrogés), déjà perceptible depuis mi-octobre, ne rassure en rien les différents commerçants de l'île, qui aujourd'hui ne savent pas à quoi s'attendre pour les semaines à venir. "On appréhende beaucoup les jours qui vont arriver, c'est très différent par rapport à d'habitude. Il n'y a personne en centre-ville en semaine, on a tous les jours l'impression d'être dimanche", s'inquiète Amina Limbada, gérante de la boutique Carré Blanc, spécialisée dans le linge de maison, à Saint-Denis.

Elle ajoute : "on fait au jour le jour actuellement. On essaye de mettre en place des campagnes de promotion, de proposer des packs avec plusieurs articles pour faciliter l'achat aux clients. Mais depuis les vacances d'octobre, c'est très difficile d'y voir clair." Dans un flou total concernant l'activité prochaine de leur magasin, certains gérants se retrouvent aujourd'hui dans l'incapacité d'anticiper leur gestion de stocks et de commande.

Cette incertitude ambiante est également présente chez les consommateurs, qui pour certains ne savent pas encore ce qu'ils comptent faire d'ici le 25 décembre prochain. "Pour le moment je ne compte rien acheter", confie Aïdée, rencontrée dans la rue piétonne de Saint-Denis. "Aujourd'hui on ne sait pas si on pourra tous se réunir en famille pour Noël donc je n'achète pas. On reste dans l'attente", ajoute-t-elle.

- Des clients plus prudents avec leur porte-monnaie

Au-delà de leur présence dans les magasins, le porte-monnaie des consommateurs laissent lui-aussi planer de gros doutes dans les têtes des commerçants. "Les clients vont venir mais ils n'auront plus le même pouvoir d'achat comparé à d'habitude", prévoit Younous Adame, président de l'Organisation réunionnaise des très petites entreprises (ORTPE). Il enchaîne : "Le panier moyen a diminué et nous allons le ressentir dans les semaines qui arrivent."

Conscients qu'ils ne pourraient pas dépenser autant d'argent qu'à l'accoutumée, certains clients ont même déjà prévenu leurs commerçants qu'il ne fallait pas forcément compter sur eux pour cette année. "Le peu de gens qui viennent me disent qu'ils se contenteront de petits cadeaux pour ce Noël", accuse Amina Limbada.

Mais là où certains prévoient de réduire leurs dépenses, d'autres comptent tout bonnement faire une croix sur les commerces qu'ils fréquentent en temps normal à cette période. "J'ai des clients qui m'ont carrément dit qu'ils ne viendraient pas cette année", raconte Sandiren Permale, président de l'association des commerçants de Saint-Denis et gérant d'une bijouterie.

- Un retour des touristes espéré -

Ayant de quoi être inquiets, les commerçants espèrent toutefois quelques éventuelles éclaircies d'ici la fin d'année. Prévue le 15 décembre prochain, la levée des motifs impérieux pourraient dans un premier temps permettre le retour tant attendu des touristes sur l'île. "On espère qu'ils vont venir après le 15", avoue ainsi Omarjee Irchad.

C'est aussi pour venir en aide à ces commerçants que le conseil départemental a annoncé ce lundi le lancement de deux nouveaux dispositifs : le chèque d'accompagnement personnalisé alimentaire et hygiène (Capah) et le pass bien-être. Le Capah permettra aux familles les plus modestes de s'acheter des denrées alimentaires et des produits d'hygiène de leur choix ; le pass bien-être quant à lui, permettra l'accès à des loisirs, à des prestations de bien-être, des activités sportives et culturelles.

Ces dispositifs profiteront donc aussi aux commerçants malmenés par la crise financière "puisque les familles pourront utiliser le, Capah et le pass bien-être pour leurs achats dans les commerces" précise le président du Département Cyrille Melchior

Lire aussi : Crise sanitaire : deux nouveaux chèques du Département pour les personnes en difficulté

Dans le même but, la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR) et la Région ont débliqué une aide pouvant s'élever à 2000 euros par enseigne à partir du 1er décembre.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com
 

   

2 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile, Posté
L' avenir est incertain ; nous ne sommes pas tranquilles et nous
réfléchissons un peu plus à nos dépenses .
Ste suzanne, Posté
Pour les petits commerçants mais pour les patrons des grandes surfaces Comparer les prix ici et métropole et ils vous diront qu ils appliquent les même que la bas